FC Metz Féminin : place au remaniement

Déséquilibrée par une saison chaotique en première division, la section féminine du FC Metz semble lancée dans de grandes manœuvres au sein de son effectif pour pouvoir mieux rebondir la saison prochaine en deuxième division.

Il fallait s’y attendre, le retour en deuxième division pour le FC Metz Féminin ne pouvait pas se faire sans douleur. A l’heure où nous écrivons ces lignes, pas moins de sept joueuses ont déjà annoncé leur départ du club. Et dans le fond, l’annonce d’autant de prolongations ne cache pas vraiment l’ambition d’une reconstruction assez poussée de l’effectif avant de peut être regarder à nouveau vers l’élite. Mais il faudra tout d’abord digérer un exercice 2019/2020 qui n’a pas fait de cadeaux.

Un exercice 2019/2020 à oublier

Le FC Metz avait pourtant réussi une performance intéressante la saison précédente en se maintenant dans l’élite. On imaginait à l’aube de la saison, une période de consolidation, pour pérenniser cette place et développer au mieux cette section dans le sillage de la coupe du monde 2019. C’était sans compter sur une série de bouleversement sur et en dehors du terrain.
Cela a commencé par le départ en tout début de saison d’Angélique Roujas, qui officiait depuis 5 ans en tant que manager générale de l’équipe. Elle a été remplacée par une directrice technique, Jessica Silva, quatre mois plus tard. Entre temps l’équipe avait perdu une de ses joueuses les plus prolifiques en la personne de Melike Pekel, victime d’une rupture des ligaments croisés. A ce moment de la saison, le sportif était déjà en berne et nombreux sont ceux qui voyaient se profiler la descente en deuxième division et pour cause : en Janvier, la formation n’avait toujours pas quitté la quatorzième et dernière place du classement, avec un seul point glané en 15 matchs (14 défaites et un nul).
Au passage, Manuel Peixoto, entraîneur de l’équipe depuis le départ de David Fanzel la saison précédente, a quitté ses fonctions. Victime du manque de résultats mais aussi, semble-t-il, d’une incompatibilité avec Jessica Silva. Et tandis que cette dernière activait ses réseaux pour combler les brèches par des recrutements à court terme (Easther Mayi Kith, Devon Kerr, Amandine Pierre-Louis et Marie Levasseur), c’est Mickaël Maurice qui a hérité de la casquette d’entraîneur.
Nous titrions alors une “folle course au maintien”, mais les espoirs se sont vite envolés, puisque la saison a pris fin au bout de 16 rencontres en raison de la crise sanitaire. Au classement final, les Messines n’ont pu encaisser qu’un deuxième point de match nul peu convaincant, bien loin des concurrentes de l’Olympique de Marseille (6 points) de l’ASJ Soyaux (13 points) ou encore du Dijon FCO (14 points).
Quelques semaines plus tard, la fédération confirmait le gel des classements et la descente du FC Metz.

Des départs comme s’il en pleuvait

Depuis, c’est le grand flou. Le FC Metz s’est gardé de communiquer la moindre information sur sa section féminine et c’est via les réseaux sociaux que plusieurs joueuses ont fait part de leur fin d’aventure en grenat. Il y a eu tout d’abord les défenseures Charlotte Lorgeré et Mélissa Godart. Puis l’attaquante Jassie Vasconcelos et une autre défenseure, l’internationale Turque Ipek Kaya. La milieu de terrain Écossaise Christy Grimshaw a été la 5ème à annoncer son départ, rapidement suivie par Sh’Nia Gordon et il ne fait aucun doute que Christy Gavory, qui a annoncé elle aussi qu’elle partait via les réseaux sociaux, ne sera pas la dernière à quitter la Moselle.
Faut il s’inquiéter pour autant pour l’effectif Messin ? Probablement pas. Une partie des joueuses va, quoi qu’il arrive, rester en place et on y retrouve de nombreuses qualités. On peut également s’attendre à ce qu’un recrutement conséquent, adapté au nouveau staff en place, soit effectué avec l’attention particulière de ne pas réitérer les erreurs passées. En tout cas, si on en croit un récent tweet, ce n’est pas ce qui effraie Jessica Silva.

J’ai grandi en construisant des équipes sur ma Playstation, j’ai passé des heures sur FIFA jusqu’au petit matin.
Le faire dans la vraie vie, ce n’est pas comme dans le jeu, c’est encore mieux !

Jessica Silva (traduite de l’anglais) sur Twitter le 09/06/2020

Mais aussi des prolongations

Cette intersaison n’est pas que l’affaire de départs et de reconstruction. Le club à la croix de Lorraine vient d’annoncer la prolongation de sept joueuses qui incarneront l’ossature de l’équipe la saison prochaine avec en tête de file l’internationale U20 Française Justine Lerond qui reste fidèle à Metz. Autre prolongation d’importance, celle de Justine Rougement qui endossait le rôle de capitaine en première division. Amélie Delabre, prometteuse internationale U20 continuera elle aussi sa progression en grenat. L’internationale Algérienne Morgane Belkhiter pourra une nouvelle fois prouver ses qualités en D2. Celia Rigaud n’a que 20 ans mais avec 6 ans d’ancienneté elle est bien ancrée dans le club, cela ne changera pas la saison prochaine. Julie Pasquereau ne se défile pas non plus et cherchera à se montrer au sein de la défense messine lors du prochain exercice.
Enfin, Marie Levasseur poursuit l’aventure également, la Canadienne arrivée en Janvier 2020 n’a pas vraiment eu d’occasion de se montrer avant que la saison ne soit suspendue, elle pourra corriger cela en découvrant la deuxième division Française avec le maillot grenat.
Ces prolongations en cachent peut être d’autres, puisque plusieurs inconnues persistent encore mais quoi qu’il arrive, il ne fait pas de doute que les cartes auront été largement redistribuées avant la reprise.

Crédit photo : FC Metz (Roujas, Silva), Théo Lonni (Godart), Julien Buret (Pekel, Lorgeré, Vasconcelos, Kaya, Grimshaw, Gordon, Lerond, Rougemont, Rigaud et Belkhiter)
Relecture: Benjamin Feller