Metz Handball – Team Esbjerg : sur le fil du rasoir !

De retour aux Arènes pour leur troisième match du tour principal de la ligue des champions, les dragonnes recevaient les danoises de Team Esbjerg. L’occasion était offerte aux messines de redonner le sourire à leurs supporters et asseoir leur première place dans ce groupe 1.

Pour clore une semaine compliquée, qui a vu les Dragonnes essuyer deux défaites loin de leurs terres et de leurs habitudes, nous sommes de retour aux Arènes de Metz pour y assister à un match capital de Ligue des Champions. En laissant des points à Bucarest il y a sept jours, les Messines ont permis à leurs poursuivants de recoller au classement au point de mettre en péril cette première place vaillamment conquise. Du côté des visiteurs, la Team Esbjerg se présente en outsider de luxe aux dents longues. Les Danoises sont en réussite cette saison et entendent bien repartir de France avec de précieux points. 

1ère période :

D’entrée, ce sont les Danoises qui se mettent en confiance avec deux buts en autant d’occasions. Nous assistons à un début de match très poussif des messines qui subissent rapidement les assauts des Danoises, bien regroupées en défense et cruellement efficaces et en attaque. Assez tôt nous assistons à des schémas offensifs inhabituels côté messin, avec notamment une Martine Smeets qui n’hésite pas à quitter son aile pour venir s’installer plus haut et offrir une deuxième solution dos au but, à la manière d’un pivot. Cela ne paie que peu, les actions réussies manquent et Emmanuel Mayonnade est forcé de poser son premier temps mort après seulement 8 minutes de jeu. Malgré ces efforts, au bout de 10 minutes de jeu les jaunes et bleues accusent déjà un handicap de 4 buts (3-7), bien difficile à résorber. Conformément aux attentes placées sur elle, Estavana Polman se montre irrésistible avec 5 buts en seulement 15 minutes.
Heureusement, poussées par leur public et galvanisées par quelques arrêts de grande classe de Tea Pijevic, entrée pour suppléer Ivana Kapitanovic en manque de réussite, les filles du Metz Handball recollent au score par Ailly Luciano et ont même l’occasion de prendre l’avantage pour la première fois du match à 5 minutes de la pause. Mais Team Esbjerg reste redoutable et au gré d’un temps mort opportun, les danoises rendent les coups dans les dernières minutes et c’est sur un score de parité (15 – 15) que les deux équipes rentrent aux vestiaires. Le mal qui semble habiter les messines depuis quelques semaines est toujours palpable : beaucoup de maladresses dans les tirs, un manque flagrant de créativité en attaque, la machine paraît à nouveau enrayée.

 

 

2ème période

On prend les mêmes et on recommence. De retour sur le gerflor, les jaunes et bleues se font de nouveau surprendre par l’engagement et la puissance Danoise. Incapables de prendre l’ascendant sur les visiteuses, les dragonnes ne peuvent faire mieux que courir à nouveau après le score. Il faudra attendre le quart d’heure et une supériorité numérique pour voir sonner la révolte. Laura Flippes par deux fois va faire se lever les arènes puis Louise Burgaard d’un tir surpuissant dont elle a le secret. En grande difficulté depuis le début de la rencontre, Ivana Kapitanovic va de nouveau céder sa place à  Tea Pijevic. Mais rien y fait, et les Danoises enchaînent les combinaisons millimétrées. Elles semblent jouer simplement et efficacement, tandis que du côté de Metz on se complique bien souvent la tâche. On assiste à des modifications de stratégie défensive, avec nottament l’utilisation de Luciano et Flippes simultanément, pour stopper les offensives avec un succès mitigé. Emmanuel Mayonnade utilise un nouveau temps mort pour dynamiser ses troupes et les 4122 spectateurs continuent de pousser les dragonnes. Cela paie cette fois puisque par l’intermédiaire de Laura Flippes et Grâce Zaadi l’écart se réduit à nouveau. S’en suit une cruelle alternance entre égalité, occasions de prendre la main et déficit de un voir deux buts. En cette deuxième période Sonja Frey fait beaucoup de mal grâce à son efficacité face au but. Et alors que les Messines sont menées d’un but à 15 secondes de la fin de la rencontre c’est Orlane Kanor qui va libérer l’assistance du poids qui l’accable en envoyant le ballon le plus précieux du match au fond des filets adverses.
Score final 31 – 31

 

 

Le roseau plie mais ne rompt pas. Toujours premières de leur groupe à la différence de buts avec 9 points au compteur aux côtés de Rostov-Don et de Team Esbjerg, leur adversaire du jour, les Messines ont encore livré une partie décevante à bien des égards, tout en trouvant la force mentale suffisante pour ne pas lâcher et même revenir à égalité dans les dernières secondes. Une égalisation vécue comme une victoire par le public et par le staff. Et pourtant, le résultat n’est pas celui escompté, les dragonnes se sont mises en difficulté seules en multipliant les maladresses, les tirs manqués et les fautes défensives. Alors oui, Metz est toujours invaincu à domicile en Ligue des Champions depuis le 28 janvier 2017 (22 matchs), oui Metz est toujours plus que jamais dans la course pour un 1/4 de finale avec ce match nul, mais il est clair que le mal qui ronge ce collectif depuis quelques temps maintenant, est encore bien présent. Un collectif plombé par les blessures mais qui malgré tout arrive à limiter les dégâts et montrer de la force de caractère sur certaines séquences de jeu, à l’image de Laura Flippes et Orlane Kanor qui ont su mettre les buts qu’il fallait au bon moment. Sera-ce suffisant sur le long terme ? Rien n’est moins sûr, et il serait de bon ton pour les dragonnes de redevenir cette machine à gagner qu’elles ont su être lors des derniers exercices, si elles veulent de nouveau accrocher le final four et rêver plus grand.

 

La dragonne du match

 

Sans véritablement briller, Laura Flippes aura su montrer beaucoup de réussite sur son côté droit avec 5 buts sur 7 tirs, dont 4 inscrits en deuxième période. En effet certains de ces buts sont arrivés au meilleur moment de la partie, alors qu’il ne restait que quelques minutes à jouer et que la première défaite en ligue des champions depuis trois ans semblait se profiler à l’horizon.
Bel et bien présente des deux côté du terrain, Laura a été l’une des instigatrices de la révolte et si le Metz Handball n’a pas perdu ce match important, il peut en partie remercier l’arrière droite.

Dans cette catégorie nous aurions également pu mentionner Téa Pijevic qui, au delà des statistiques, a su réaliser des arrêts primordiaux pour sa première entrée en jeu aux Arènes, tout en permettant à Ivana Kapitanovic de retrouver la sensation de l’assise sur un banc de touche.

 

Les statistiques

Metz Handball

ZAADI Grace : 4/8 (50%)
FLIPPES Laura : 5/7 (71%)
N’GOUAN Astride : 3/5 (60%)
NOCANDY Meline : 4/4 (100%)
KANOR Orlane : 5/10 (50%)
BURGAARD Louise : 2/4 (50%)
SMEETS Martine : 1/2 (50%)
SAJKA Marie-Hélène : 3/5 (60%)
MAUBON Marion : 1/2 (50%)
LUCIANO Ailly : 2/3 (67%)
PEREDERIY Olga : 1/2 (50%)

KAPITANOVIC Ivana : 1 arrêt sur 18 tirs (6%)
PIJEVIC Tea : 6 arrêts sur 20 tirs (30%)

Team Esbjerg

FRAFJORD Marit Malm : 3/3 (100%)
BREISTØL Kristine : 2/5 (40%)
JØRGENSEN Line Anna Ryborg : 1/4 (25%)
JACOBSEN Marit Røsberg : 5/6 (83%)
SOLBERG Sanna Charlotte : 1/2 (50%)
FREY Sonja : 8/11 (73%)
INGSTAD Vilde Mortensen : 2/2 (100%)
POLMAN Estavana : 9/16 (56%)

POULSEN Rikke Vestergaard : 10 arrêts sur 42 tirs (24%)

 

Rédaction : Gérald Russello / Matthieu Henkinet
Crédit photo : Matthieu Henkinet

Derniers articles

23/11/2020
22/11/2020
21/11/2020
21/11/2020
20/11/2020
19/11/2020
16/11/2020
16/11/2020
14/11/2020
13/11/2020
12/11/2020
12/11/2020