Le jugement du FC Metz #4 : Angelo Salemi

On est maintenus ? C’est bon Monsieur le Juge Let’s Go Metz ? Non, la défense continue.

Aujourd’hui, nous recevons Angelo Salemi dans cette 4ème session. Amoureux d’Habib Diallo, le journaliste sport du Républicain Lorrain va apporter son analyse du club lors de cette saison. Il est le dernier de nos invités dans cette série. C’est parti !

7 points de l’Europe, 7 points du barragiste, quel est ton bilan du FC Metz cette saison ?
Vu que le FC Metz est en dehors de la zone rouge on peut dire que c’est réussi car c’était l’objectif annoncé. C’est assez compliqué car on ne sait pas si on va reprendre cette saison ou non (NDLR : L’interview a été réalisée avant l’annonce de l’arrêt du championnat). Mais à l’heure actuelle, le FC Metz fait une bonne saison en se mettant à 7 points du barragiste, il est presque tranquille. Presque, car, si le championnat reprend, tout peut s’inverser en 3 matchs. Mais globalement la deuxième partie de saison a été impressionnante avec un bon apport aussi au niveau du mercato. Strasbourg, Reims et Saint-Etienne puis Amiens et Nîmes sont deux bonnes séries de victoires qui sont un tournant majeur de la saison.

La continuité du projet Antonetti est un franc succès pour toi ?
Oui clairement, le club, à tous les niveaux, va mieux. L’équipe réserve monte en N2. On ne s’en rend pas forcément compte mais il y a très peu d’équipes réserves professionnelles qui évoluent à ce niveau-là. C’est très fort ce qui a été fait par Proment. On sent la patte Antonetti qui nous amène des joueurs d’expérience en ligue 2 comme Boye, Sunzu, etc… C’est une spirale positive pour le club et je souhaite que cela continue.

“On sent la patte Antonneti” Crédit L.Argueyrolles

Pour toi, le début de saison n’était pas à la hauteur des attentes. Qu’est-ce qui a fait que ce début de saison était moyen ? Manque d’expérience ? Groupe jeune ?
Il y a de tout ça oui. Certains matchs, l’équipe a manqué d’expérience, de caractère comme au match contre Toulouse ou Montpellier qui sont des matchs que tu dois gagner sans aucune difficulté. Les arrivées de Bronn et Pajot ont rassuré tout le monde j’ai l’impression sur cet aspect expérience, caractère. Sur les derniers matchs contre Amiens ou Nîmes, on a plus de maîtrise et forcément tu gagnes plus de matchs. Il ne faut pas se voiler la face, il y a eu des belles purges, je pense notamment au match contre Strasbourg, mais cela a relancé l’équipe. Ça lui a redonné confiance et grâce à la confiance, on voit que cette équipe peut faire bien mieux.

Quel a été le joueur qui t’a le plus marqué cette saison ?
Je suis obligé de dire Habib Diallo, parce que chaque été on parle de le vendre, de capitaliser dessus alors que chaque été il reste et chaque saison, il surprend. Honnêtement je pense que personne ne pouvait prédire de telles performances. Le club le prolonge l’année dernière, je trouvais ça bien car c’était un gros buteur de Ligue 2 mais je ne le voyais pas atteindre ce niveau. Avant, c’était un « simple » finisseur. Aujourd’hui dans la conservation du ballon, techniquement, tactiquement, c’est incroyable. Son but face à Saint-Etienne à domicile est un parfait exemple de son top niveau cette saison. Il a atteint un niveau incroyable et il est l’un des cadres désormais. Mais cette saison, même quand il a traversé une période creuse ou de suspension, tu as des joueurs qui se sont révélés comme Farid Boulaya ou Opa Nguette. C’est positif mais pour moi Diallo reste mon numéro 1 cette saison.

“Diallo reste mon numéro 1” Crédit Matthieu Henkinet

Avec un effectif presque identique à celui de Ligue 2, est-ce qu’il y a un joueur en qui tu as fondé beaucoup d’espoirs et qui t’a déçu ?
Je te parlais des joueurs d’expériences tout à l’heure, Boye par exemple ça s’est très bien passé, Oukidja aussi, mais malheureusement, on ne peut pas dire la même chose de Stoppila Sunzu. Sur ce joueur, le FC Metz comptait beaucoup, vu son expérience. Il n’a pas répondu aux attentes même s’il a sorti de très gros matchs comme face à Lille ou Monaco par exemple. Il a été trop irrégulier là ou on l’attendait pour porter sa défense comme le fait Dylan Bronn actuellement.

Et niveau plaisir, le FC Metz est plaisant à regarder pour toi cette saison ?
Oh c’est dur comme question ça (rires). Franchement, pour certains matchs, l’équipe était très agaçante. Quand elle manque de confiance, elle n’est pas agréable à regarder. Par exemple le match contre Rouen m’a vraiment mis en colère, les joueurs sont venus, pas les mains dans les poches mais presque. Après ce match, on a eu la purge contre Strasbourg qui était une insulte au football. Tu gagnes miraculeusement mais tu gagnes de la confiance. Avec cette confiance, tu fais de superbes matchs. Marseille, Montpellier, Nîmes, c’était de superbes matchs. Il y a tout eu, du mouvement, du caractère. Le match de Monaco reste le plus beau match de cette saison, et je dirais même de ces dernières années, c’est incroyable ce qu’il s’est passé ce soir-là.

Que penses-tu du groupe dans sa globalité par rapport aux anciennes équipes en Ligue 1 ?
Je pense que c’est la meilleure équipe en Ligue 1 depuis un paquet de saisons. Clairement. Avec Cartier on a eu de la continuité mais pas tant que ça car on a perdu Diafra Sakho pour des joueurs qui n’ont pas eu le même profil.
Sous Hinschberger, l’équipe s’est bien renforcée au mercato d’hiver, qui a mené au maintien un peu tardif. Cette année, le groupe est cohérent, fort, le groupe vit bien tout simplement. Des joueurs ont progressé, c’est là que ça donne raison au projet des jeunes. C’est assez positif et pour répondre a ta question, pour moi c’est une des meilleures équipes que j’ai vu en Ligue 1.

Pour le mercato, quelle est la meilleure prise de cette saison ?
Pour moi c’est le mercato hivernal qui est le plus gros travail. L’association Bronn Pajot est excellente. Ce sont des gars qui viennent très tôt, et qui sont bons tout de suite. A part la petite réserve sur Ambrose, ces deux derniers mercatos ont été excellents.

Qu’est-ce qui fait pencher la balance selon toi pour que l’on puisse attirer des joueurs comme Dylan Bronn ? Le projet sportif porté pas Antonetti ? Les nouvelles infrastructures ?
Il y a de tout ça, une phrase qui m’a marqué lors de l’arrivée de Dylan Bronn c’est « j’ai vu les infrastructures, je n’ai pas hésité à signer à Metz » Il y a quelques saisons, ce n’était pas le cas. Là-dessus, Bernard Serin a totalement raison. Et aussi depuis 2018, Bernard Serin est conseillé par un mec qui connaît le foot sur le bout des doigts. Antonetti, il a les réseaux et la connaissance. Tous les joueurs qu’il a fait signer qui étaient inconnus, comme Mamadou Fofana par exemple, ont réussi et posé une pierre à l’édifice de son effectif.

Nous remercions Angelo Salemi de sa plaidoirie lors de cette 4ème audience. Mesdames et messieurs, ceci était notre dernier invité de cette série. Restez connectés, le jugement sera bientôt rendu par notre rédaction qui apportera ses arguments pour clôturer cette saison !