Le FC Metz prêt à se séparer d’un élément clef ?

Metz peut-il encore se séparer d’un de ses éléments clefs alors que le mercato vient de se terminer ? Pour cela, les courtisans devront y mettre le prix, explications…

Alors que le mercato s’est terminé dans la douleur pour les supporters messins, avec le départ de son buteur fétiche Habib Diallo chez le rival strasbourgeois, c’est désormais l’Olympique de Marseille, toujours à la recherche d’un successeur joker à Bouna Sarr [parti au Bayern de Munich] qui toque à la porte du FC Metz afin de s’attacher les services de Fabien Centonze.
Désormais seul à son poste après le départ de Laurent Jans au Standard de Liège, le jeune latéral droit de 24 ans arrivé sur les rives de Moselle en 2019 est une pièce maîtresse des grenats, et si l’on ne s’inquiétait guère d’une offre présumée de 4M du Spartak de Moscou, le site 10 Sports nous informe ce jour que les discussions entre les dirigeants messins et marseillais auraient évolué. Le FC Metz réclamerait la somme de 7M d’euros pour Fabien Centonze. Une information à prendre avec beaucoup de recul et de prudence bien entendu.
Si la somme peut malheureusement paraître crédible dans cette période trouble de crise sanitaire, c’est l’idée même de vendre un élément clef du système de Vincent Hognon qui semble saugrenue.
Encore sous contrat jusqu’en 2024, Fabien Centonze est l’un des artisans du maintien du FC Metz la saison dernière et a démarré ce nouvel exercice sur les mêmes bases. Sa vente, si elle permettrait de combler le trou financier que le club semble avoir pour boucler son budget, serait perçue comme un nouveau drame pour le peuple grenat, encore sous le choc des choix de ses dirigeants dans l’affaire Diallo.
Et si l’OM, enclin à prendre son temps pour boucler son recrutement, dégainait une offre à hauteur des attentes présumées des dirigeants messins ?
N’oublions pas que le mercato hivernal ouvrira ses portes dans trois petits mois… De quoi entretenir encore un peu les angoisses des supporters messins !

Crédit photo : Kévin Bignossi