Habib Diallo : chronique d’une descente aux enfers

Vendu lors du dernier jour du mercato à Strasbourg pour 10M€ hors bonus, Habib Diallo a énormément fait parler les passionnés du FC Metz. Ce transfert a assurément fait couler beaucoup d’encre, suscitant la grogne et la colère des supporters. Avec plusieurs jours de recul, nous allons tenter d’expliquer comment un joueur dont le nom circulait dans les plus grands clubs anglais s’est retrouvé chez un club rival du FC Metz pour le maintien en Ligue 1.

Le début de la fin

Bernard Serin savait depuis de longs mois qu’Habib Diallo irait probablement exporter ses talents ailleurs. (Photo : Matthieu Henkinet)

Après une saison exceptionnelle, où il fut le principal artisan du maintien du FC Metz en Ligue 1, Habib Diallo a obtenu un bon de sortie de la part des dirigeants messins. Tottenham, Chelsea, Leicester… Son nom circule dans les hautes sphères de la Premier League, championnat rêvé du buteur. Si nous ne sommes encore qu’au stade de la rumeur, Bernard Serin a bien compris que son avant-centre rêvait plus grand, et s’était déjà préparé à la vente du buteur.

Habib Diallo, à l’âge qui est le sien de 24 ans, je pense qu’il est le bon moment pour lui de franchir une étape supplémentaire. Dans un club qui peut lui donner plus de salaire que le FC Metz. Et puis, pour nous de valoriser le travail réalisé avec lui à Génération Foot et au FC Metz.

Bernard Serin en mai dernier aux micros de France Bleu Lorraine.

Une première erreur est faite, Habib est officiellement “à vendre”. Loin de nous l’idée de donner des leçons “d’économie pour les nuls” mais la communication du club autour de Diallo, a contribué à faire baisser la valeur marchande du joueur. Par définition, ce qui est plus difficile à obtenir est plus cher.

Un recrutement onéreux

Kévin N’Doram, actuellement en convalescence, est la recrue la plus chère du mercato messin. (Photo : Kévin Bignossi)

Le FC Metz a fait beaucoup d’efforts financiers en début de mercato, ainsi près de de 14,7M€ ont été investis par le club (Source des montants : Transfermarkt), voici les principales recrues “payantes” du club à la Croix de Lorraine :

  • Kévin N’Doram (Milieu – 4,5M€)
  • Boubakar Kouyaté (Défenseur – 3,5M€)
  • Vagner Dias (Attaquant – 3M€)
  • Thierry Ambrose (Attaquant – 2M€)
  • Warren Tchimbembé (Milieu – 1M€)
  • Vincent Pajot (Milieu – 700k€)

Le dénominateur commun à ces six recrues achetées par le FC Metz ? Aucune ne figure dans le XI type de Vincent Hognon, à l’exception de l’expérimenté Vincent Pajot. Si Kévin N’Doram prétend bien sûr à une place dans le XI en sentinelle devant la défense, son indisponibilité relève d’une malchance que l’on ne peut imputer au club. A l’inverse, la blessure de Vagner Dias était connue du FC Metz, qui a tout de même pris la décision d’investir sur l’ancien chouchou de Marcel Picot.

Quant à Kouyaté, Ambrose et Tchimbembé, on pourrait tous les trois les qualifier de “joueurs de rotation, avec du potentiel”. Des recrues intéressantes donc, mais pas encore prêtes pour devenir des titulaires réguliers de Vincent Hognon. On ne peut décemment par reprocher au FC Metz de miser sur des joueurs d’avenir mais investir autant d’argent sur des “joueurs en devenir” peut être une stratégie risquée quand l’équilibre de votre budget dépend de la vente d’Habib Diallo. C’est la deuxième erreur.

L’explosion d’un phénomène

Ibrahima Niane est le meilleur buteur de Ligue 1 avec 6 buts en 6 matchs. (Photo : Matthieu Henkinet)

Si l’explosion d’Ibrahima Niane est une aubaine pour le FC Metz, qui ne découle pas du hasard puisque Bernard Serin lui-même a clamé haut et fort sa confiance au numéro 7 grenat, elle l’est beaucoup moins pour Habib Diallo. Désigné comme son successeur naturel, Niane est logiquement propulsé à la pointe de l’attaque messine avec les clés du camion, reléguant Habib Diallo dans un rôle de remplaçant. Protégé pendant la préparation en vue d’une vente, l’ancien capitaine messin joue moins et n’est que l’ombre de lui-même en ce début de saison. Cela a fort probablement contribué à une nouvelle baisse de sa valeur marchande. Le football est un sport où la culture de l’instant est reine, Diallo intéresse moins et plus la fin du mercato avance, plus le FC Metz panique à l’idée de se retrouver avec le buteur sur les bras et un trou dans le budget. Ce qui entraînera l’irréparable.

La fracture

Habib Diallo est vendu à Strasbourg contre 10M€, hors bonus. (Photo : RCSA)

Alors que la presse l’envoyait à Sheffield United (le Républicain Lorrrain faisait part d’une offre de 15M€ + 3M€ de bonus), la folle rumeur d’un départ à Strasbourg est apparue, et s’est finalement concrétisée… Outre l’antagonisme entre lorrains et alsaciens, quelque chose dérange dans ce transfert…

 Les supporters ne savent pas tout ce qui se passe au FC Metz. Si je signe à Strasbourg c’est pas de ma faute, c’est le club qui m’a forcé à partir. Entre Metz et Strasbourg, il y a quelque chose qui se passe. Il y a beaucoup de clubs qui ont mis bien plus, mais finalement c’est à Strasbourg que je signe […] Dimanche, j’ai dit que je voulais rester à Metz, mais ils n’ont pas voulu. Si je restais là-bas, je n’aurais pas joué, ils me l’ont dit carrément.

Habib Diallo, au cours d’une conversation privée qui a fuité sur les réseaux sociaux.

La bombe est lachée, faute de Premier League, Diallo serait donc parti à Strasbourg contre son gré ? Une version formellement démentie par Bernard Serin qui a assuré qu’aucune offre n’est venue sur la table des dirigeants messins, si ce n’est celle du RCSA où Diallo n’a pas été forcé de partir ! Diallo, Serin, qui détient la vérité ? Eux seuls le savent mais le mal est fait. L’image du club est ternie à travers la France et les supporters se rappellent au mauvais souvenir du départ d’Ismaïla Sarr à Rennes, dans des circonstances comparables à celles de Diallo à Strasbourg.

Un équilibre financier incertain

Bernard Serin mardi 6 octobre lors de la conférence de presse consécutive au départ d’Habib Diallo. (Photo : Matthieu Henkinet)

Si l’on met de côté la valeur affective de ce transfert, la vente d’Habib Diallo pour 10M€ est globalement une déception, voire même un crève-cœur. Malgré les circonstances économiques compliquées (crise du Covid-19), Bernard Serin n’a pas caché qu’il s’attendait à mieux vendre Habib Diallo.

C’est inférieur à ce que nous avions budgété mais je vous rappelle que nous avons dépensé les 14 millions. Il faut bien qu’en face il y ait des transferts, sinon d’où vient l’argent ?

Bernard Serin à propos de la vente d’Habib Diallo (10M€).

Bernard Serin a avoué à demi-mots un secret de polichinelle, le FC Metz était dans la nécessité absolue de vendre Habib Diallo pour rembourser les investissements consentis au cours du mercato. Cependant, le FC Metz est déficitaire de 4M€ si on fait la différence entre les recettes et les dépenses sur ce mercato. De quoi donner des sueurs froides aux amoureux du club, qui plus est avec l’apparition de rumeurs de départ de Fabien Centonze.

De plus, la situation financière catastrophique de Mediapro, diffuseur officiel de la Ligue 1 Uber Eats, peut laisser de fortes craintes aux 20 équipes de L1 concernant le paiement des droits TV, plus grosse source de revenus des clubs en particulier dans cette période de restriction de spectateurs dans les stades liée aux normes sanitaires à respecter.

Le diffuseur espagnol n’a pas versé les 172M€ à l’échéance du 6 octobre pour les championnats de France de Ligue 1 et de Ligue 2 et souhaiterait renégocier son contrat avec la LFP. En proie à de grosses difficultés financières, Mediapro escomptait 3,5M d’abonnés afin de rentabiliser le lancement de la chaîne Téléfoot et n’en compterait aujourd’hui que… 278.000 !

Le déficit financier est considérable et le dossier que Vincent Labrune, nouveau président de la LFP, devra gérer est plus que brûlant. Si les clubs sont impuissants face à cette situation, l’ombre d’un choc économique plane de plus en plus sur le football français et le FC Metz, ce qui n’est pas pour nous rassurer…