Emmanuel Mayonnade empoche une nouvelle distinction

Déjà élu meilleur entraîneur du monde pour l’année 2019 il y a quelques mois, le tacticien des Dragonnes vient de recevoir une nouvelle distinction, celle de meilleur entraîneur de l’EHF Champion’s League édition 2019/2020.

Cette récompense il la connait, puisqu’il l’a déjà empochée la saison passée. Et même si la saveur ne doit pas être la même cette fois, avec une compétition tronquée et un Final 4 (ou 8, on ne sait plus) en suspens, on imagine mal le Girondin bouder son plaisir.
Alors que ceux qui voient le verre à moitié vide pointent du doigt l’équipe Messine en la jugeant affaiblie malgré les grands recrutements entrepris, pourront toujours se féliciter de voir l’un des meilleurs entraîneurs du monde rester à la tête des Dragonnes.

Il ne manque à présent qu’une victoire aux trophées LFH pour qu’Emmanuel Mayonnade réalise le grand chelem, au bout de ce qui semble être à ce jour la période la plus prolifique de sa carrière.

Une All Star Team qui partage

Notre regard est forcément biaisé mais on pourra tout de même être étonnés de ne voir aucune messine parmi les joueuses élues dans la All Star Team. Astride N’Gouan, Grâce Zaadi, Laura Flippes, Ivana Kapitanovic Orlane Kanor figuraient pourtant parmi les prétendantes, mais elles n’ont pas rencontré le succès escompté.
Pourtant les Dragonnes ont effectué une campagne solide en toute circonstance, tout en préservant une invincibilité record aux Arènes. Certaines voix s’élèvent depuis l’annonce estimant qu’a minima la vaillante Ivana Kapitanovic n’aurait pas usurpé une récompense en lieu et place d’Amandine Leynaud qui rafle la mise sur une saison où elle a été moins précieuse pour son club que lors de précédents exercices.
Il faut toutefois reconnaître que les joueuses présentées dans cette équipe type ne manquent pas de talent et dans le fond, ne soyons pas mauvais perdants, il s’agit du jeu des récompenses décernées par le vote des fans et il y aura toujours des déçus. Le plus important reste évidement de bien figurer dans la drôle de fin de compétition qui se dessine en Septembre.

Crédit photo : Matthieu Henkinet (une)
Relecture: Benjamin Feller