Grâce Zaadi : “Je suis quand même fière de l’image qu’on a montré”

Nouvelle journée de Champions League, nouveau match accroché. A l’issue d’un match extrêmement disputé entre Metz et les Danoises de Team Esbjerg, Grâce Zaadi la capitaine des Dragonnes a accepté de répondre à nos questions.

 

Let’s Go Metz :  Ce soir le résultat n’est pas celui escompté mais la bataille a été très rude, quel est le ressenti général à la sortie du terrain ?
Grâce Zaadi : Au départ un peu frustrée de ne pas avoir fait le match qu’on aurait voulu faire. D’avoir été menées, parce qu’au final la première et la deuxième mi temps sont assez similaires, elles nous mettent un 3-0 dans les dents et ensuite on court au score. On a jamais réussi à les mener je crois, on est seulement venues à égalité.
Mais là, à la sortie du match je suis quand même fière de l’image qu’on a montré parce que tout n’a pas été facile. On a eu des ballons de +1, de belles opportunités avec de belles défenses qu’on ne concrétise pas avec des tirs sur la barre et des pertes de balles sur des remontées. On a gardé les nerfs solides, on est restées solidaires et c’est cet esprit là qu’il faut garder.

LGM : Est ce qu’au final ce n’est pas le début de première période sans réussite qui s’avère le plus pénalisant et qui vous a forcé à courir après le score tout au long du match ?
G.Z : A la mi-temps on est quand même à égalité donc je pense qu’on a pu repartir avec les compteurs à zéro. Dire que c’est le début de match qui nous a mis dedans ce serait mentir, on a eu l’opportunité dès le premier ballon d’attaque en seconde période. On a tout fait pour revenir, on a eu des actions et on a réalisé une meilleure deuxième mi temps au niveau de l’agressivité et défensivement mais on a loupé les occasions offensives.

 

 

LGM : Au niveau de l’équipe vous sortez d’une semaine assez complexe, avec beaucoup de trajets et surtout deux défaites qui sont loin des habitudes de l’équipe, quel est l’état d’esprit dans le vestiaire ?
G.Z : Eh bien, on a essayé de remettre les points sur les “i”, parce que ce ne sont pas tant les défaites qui nous embêtent, c’est plus la manière. Je peux accepter que l’adversaire soit plus fort que nous. Concernant les deux derniers matchs, je vais plus parler de Paris parce que Bucarest c’était assez particulier, mais on a pas été Metz Handball. On a pas donné tout ce qu’on pouvait, dans l’état d’esprit on y était pas, on a été assez amorphes et c’est ce qui est regrettable. C’est plus la manière dont on a perdu qui est embêtante. 

LGM : Dernière question pour la capitaine. Le vestiaire a accueilli deux joueuses inattendues cet hiver (Martine Smeets et Tea Pijevic), comment se passe leur intégration ?
G.Z : Plutôt bien ! Les deux ont la chance d’avoir des compatriotes, Martine est Hollandaise comme Ailly et Tea est Croate comme Ivana. Ce sont deux gentilles filles pleines d’ambitions et qui se fondent dans Metz Handball au sens large, notre routine et ce que l’on fait au quotidien. Elles ne sont pas perdues et prennent leurs marques petit à petit et ça se passe super bien de ce point de vue.

 

Retrouvez notre récit complet et illustré de la rencontre face à Esbjerg sur notre site.

 

Crédit photo : Matthieu Henkinet