Je veux des moulures au plafond Farid.

Gloire au roi Farid Mahrez

Salut les gars. J’espère que tout baigne pour vous, moi je suis actuellement en train de chercher un motif de meurtre pour mon voisin. Ce nancéein de ses morts à eu la bonne idée de démarrer sa plus belle perceuse Bosch un dimanche matin à 8h30. Enfin bref. Oui le déplacement.

Ah, le dernier jour du mois de février, entre avis de tempête et arrivée du Covid19, on n’est pas trop mal ici. Et oui, fou que je suis, je vais en Picardie pour voir un match de bas de tableau de Ligue 1 Conforama. A peine eu le temps de préparer les Redbull pour la route (Non ce n’est pas un placement de produit, t’as cru que LGM avait le luxe de démarcher une multinationale espèce de fumier ?) que je me fais déjà engueuler. Le respect des anciens me vaut une soufflante de mes ascendants.

– Oui mais tu sais Théo, y’a le coronavirus là bas, faut faire attention…

– Ouais enfin m’an, j’ai survécu à un milieu Angban-Fofana-N’Doram, tu sais la maladie je connais…

– Hein ?

– Non laisse tomber, bisous je t’aime prenez soin de vous avec l’ancien.

C’est ainsi qu’après avoir préparé la glacière, mais pas de masque, que je me dirige vers mon véhicule. Au programme, on récupère les collègues sur Metz, puis Autobahn direction Amiens. Au programme, environ 700km aller-retour, un départ 15h de Metz, arrivée souhaitée 19h pétante en parcage.

15h00. Départ de Metz, avec la pluie, mais pas grand monde sur la route, dans la voiture, discussion autour du club, des anciens joueurs et de mon amour pour Dylan Bronn.

17h30. Arrêt aux stands, on recharge le Redbull, blagues vaseuses sur Thomas De l’Aisne qui vient d’Arras (tu l’as ?) et on repart pour le stade.

18h45. On sort de l’autoroute, Amiens Centre, on avance doucement. Alors que nous sommes à quelques kilomètres du stade, à 1h du coup d’envoi, quelque chose me frappe. EH OHHHHH C’EST VIDE LA VILLE Y’A PERSONNE ??? Mon dieu, ton club est en ligue 1, ta ville est aussi active que Frescaty à 1h du matin qu’est-ce que c’est que ça ? Enfin bref, de gentilles personnes à l’accent picard nous indiquent la route pour le parking visiteur.

19h15. Sous la flotte, dans le froid, et après une double fouille plus qu’incroyable, je me dirige avec mes collègues en parcage, à l’abri. Visuellement, ce stade est loin d’être laid, même s’il reste petit. Il est à l’image de la ville, conviviale, football vrai.

19h50. Ils ont fait un clapping, voilà c’est tout j’ai pas de vanne.

20h00. ALLEZ MESSINS ALLEZ. ALLEZ METZ ALLEZ. METZ ALLEZ. METZ ALLEZ. METZ ALLEZ. OHOHHHHHH. 

20h05. En parcage on ne voit pas si mal, on est très proche du terrain, en espérant ne pas voir la qualité des tribunes rétractables. Bon début de match des grenats ça pousse tranquillement. 

20h18. J’ai peur, belle faute de John Boye, je m’attendais à une biscotte plus rouge de loin au vu de l’action, au final, un jaune uniquement. Contre Lyon c’est rouge ça non ?

20h26. Entre courses excitantes de Centonze, une belle participation d’Ambrose sur son coté, ce diable de Farid Boulaya s’élance pour une première frappe. Contrée, il enchaîne et frappe enroulée. OH FARID. OUI FARID. OUI FARID. OH OUI FARID. QUEL BUUUUUUUUUUUT DE NOTRE RIYAD MARHEZ GRENAT. LA TRIBUNE NOOOOOORD EN PLS. Blague à part, je suis vraiment content pour lui, critiqué alors que c’est un super joueur. Il prouve encore une fois qu’il a le panache et le niveau de la ligue 1. Continue comme ça Farid, tu nous régales.

20h45. Fin de la première mi-temps, les grenats poussent face à des Amiénois fantomatiques. Le break est l’objectif, ça se sent.

21h35. 80ème, on chante toujours mais, on transpire, beaucoup même. Reflet de la qualité d’effectif d’Amiens, beaucoup trop de déchets. On sent le manque de leur joueur phare, plusieurs situations se seraient soldées par un but. Heureusement, Oukidja sort encore une Masterclass (avec l’habituel dégagement en touche, au moins un dans le match).

21h48. VICTOIRE LES GARS. LES 3 POINTS. Des guerriers sur le terrain. Le maintien commence par des victoires comme celle ci face à des équipes derrière nous. Vous nous rendez fiers. On vous aime. 

22h20. Départ pour retrouver les terres messines. Après une victoire, des sourires de tous les côtés, on va aller le chercher ce maintien on y croit !

2h23. Après avoir déposé mes 3 compères, je rentre enfin en mon sain domicile pour prendre une douche et partir rêver des relances de Dylan Bronn, des percées de Fabien Centonze et du toucher de balle de Farid Boulaya. Prenez soin de vous les gars, on se voit au prochain déplacement. 

Théo.

Derniers articles

30/11/2020
29/11/2020
28/11/2020
28/11/2020
27/11/2020
24/11/2020
23/11/2020
22/11/2020
21/11/2020
21/11/2020
20/11/2020
19/11/2020