Coronavirus : Qu’adviendra-t-il des joueurs en fin de contrat ?

On ne vous apprend rien, l’épidémie de Coronavirus gèle toute la société et le sport n’est pas épargné. De nombreux événements ont été reportés, comme l’Euro et les Jeux Olympiques, qui se tiendront en 2021. La priorité étant de terminer les championnats nationaux coûte que coûte. Or, certains joueurs sont en fin de contrat le 30 juin 2020…

Renaud Cohade, John Boye, Paul Delecroix… Ils sont trois, trois dont le contrat s’achèvera le 30 juin 2020. Ajoutez à cela les quatre prêtés Kévin N’Doram, Vincent Pajot, Adama Traoré et Thierry Ambrose qui devront retourner dans leur club et nous avons là sept joueurs figurant régulièrement dans le groupe de Vincent Hognon, dont plusieurs titulaires indiscutables…

Si la compétition venait à durer jusqu’en juillet, voire même en août, ces huit joueurs ne pourraient légalement pas représenter les couleurs du FC Metz pour une fin de saison qui pourrait s’avérer décisive en Ligue 1 Conforama. Cependant, selon RMC Sport, la FIFA devrait autoriser les clubs à prolonger les joueurs en fin de contrat en date du 30 juin 2020, à la date de la fin saison si la compétition venait bien sûr à reprendre.

Cela n’a rien d’officiel car nous ne savons pas combien de temps la situation de confinement va durer mais finir les championnats, et bien sûr les compétitions européennes pour les équipes concernées, est primordial pour les clubs. En effet, si la saison venait à ne pas reprendre, les pertes financières seraient considérables pour n’importe quel club de Ligue 1. On espère que cela peut donner de bonnes idées à d’autres fédérations, comme au handball par exemple où on envisage de reprendre la Ligue des Champions en juin, avec l’idée d’organiser un Final 4 en septembre prochain, en dépit des contrats en cours.

Nous vous tiendrons bien évidemment informés de l’avancer de cette situation, en espérant des informations positives qui iront dans le sens de l’équité sportive et de la bonne tenue de la fin de saison du FC Metz.

 

Crédit photo : Matthieu Henkinet