A la découverte des Pink Ladies du Metz BC

A Metz, le basketball reste encore relativement discret, mais au rythme du développement des Canonniers ce sport prend de plus en plus d’ampleur dans le cœur des Messins. Ainsi le Metz Basket Club est plus actif que jamais de son équipe en Nationale 3 à ses créneaux de 3×3 en passant par les équipes de jeunes, jusqu’au sujet de cet article : Les Pink Ladies.

Malgré le nom de leur équipe, je ne vais pas vous parler de pommes puisque chez les Pink Ladies du Metz BC, ce sont elles qui croquent… les ballons. En cette journée internationale des droits des femmes, l’organisation Messine a eu la riche idée de faire jouer son équipe fanion féminine au Complexe Saint Symphorien, en ouverture du match des Canonniers face à Charleville. Un coup de projecteur que nous n’avons pas manqué d’attraper au vol pour vous faire découvrir une autre facette du sport dans notre ville…

Le basketball messin n’a pas attendu la récente vague de démocratisation du sport féminin pour créer sa section, en effet l’équipe existe depuis maintenant de nombreuses années. Après avoir côtoyé la Nationale 3 et tutoyé l’échelon supérieur, le niveau est redescendu d’un cran et les messines évoluent actuellement au plus haut échelon du championnat régional (pré-national), au sein d’une poule C à 11 équipes où elles occupent une honnête 5ème place avec 9 victoires pour 2 défaites et 1 forfait. Une victoire aujourd’hui et un bon alignement des résultats sur les autres parquets pourrait propulser les locales au deuxième rang de la poule, derrière l’invaincu SLUC Nancy.
Face à nos Pink Ladies, se présente sur le parquet de Saint Symphorien une modeste équipe d’Arnaville, dernière de la poule avec une victoire pour onze défaites.

 

Ce qui frappe en premier au coup d’envoi, c’est la composition des équipes. Les deux formations n’affichent que 8 joueuses chacune sur la feuille de match, soit trois remplaçantes seulement. C’est connu, hormis à très haut niveau, le sport féminin dans son ensemble manque souvent de joueuses les jours de match et il n’est pas évident de proposer une intensité et un niveau constant avec aussi peu de remplacements possibles. Mais nous tirons pour le moment des plans sur la comète puisqu’en ce début de rencontre toutes les actrices sont encore bel et bien fraîches et la tendance est nettement en faveur des Messines avec un 10 – 3 dans les premières minutes qui force Arnaville à poser un premier temps mort.

Dans cette entame de match, Perrine Ory ne peut cacher son lien de sang avec un certain Etienne et un certain Philippe, droite dans ses baskets à la mène, elle parle énormément à ses coéquipières et multiplie les gestes précieux. Comme résultat, les interceptions se succèdent et permettent aux Messines d’asseoir une domination rapide. Les joueuses d’Arnaville jouent pour le moment un jeu stéréotypé dans lequel les Messines voient clair.
Une erreur de numéro sur la feuille de match stoppe le jeu le temps que le coach Messin intervienne pour corriger la bévue. Un coach qui n’est autre que Mamedy Diawara, illustre capitaine des Canonniers qui foulera à son tour le parquet face à Charleville Mézières quelques heures plus tard.
La fin de quart temps qui suit est plus compliquée pour les Messines qui perdent quelques précieux ballons offensivement et ne se placent plus comme il le faudrait en défense, ce qui permet aux visiteuses de combler une partie de leur retard. Le quart temps se termine sur le score de 17 à 11 et arrive à point nommé pour resserrer les boulons autour du banc.

De retour sur le terrain, les Pink Ladies passent en défense tout terrain et imposent un pressing qui fait du mal à leur adversaires. L’écart se refait rapidement et à 23 – 11 le coach adverse est contraint de poser un nouveau temps mort. Ce dernier ne permet pas d’endiguer la progression Messine et l’écart se creuse un peu plus. Offensivement, les joueuses d’Arnaville n’y sont plus et enchaînent les tirs forcés, sans succès. En face, les joueuses du Metz BC ne sont pas d’une efficacité redoutable non plus mais elles accaparent les rebonds et multiplient les paniers en seconde chance. Malgré une nouvelle baisse de régime en fin de quart temps, les Messines retournent au vestiaire sur le score de 41 à 20.

 

La série de 24 points encaissés pour 9 marqués a fait mal aux visiteuses qui semblent déjà relativement abattues au moment de reprendre le match. Malgré l’activité de leur coach sur le bord du terrain et les conseils prodigués sans relâche, les visiteuses sont submergées par le jeu Messin. Mamy Bocandé fait parler l’expérience à de nombreuses reprises en temporisant le jeu tandis qu’Ilana Puech reprend volontiers la mène avec fougue.
Résultat des courses, une nouvelle aggravation du score : 66 à 31.

Entre les deux quart temps, le coach d’Arnaville semble à cours de mots pour rebooster ses joueuses. De son côté Mamedy Diawara ajuste les derniers paramètres qui permettront à ses joueuses de boucler la rencontre de belle manière. Les Messines se muent en prédateur, profitant de la fatigue et de l’abattement caractérisé de leurs adversaires. Le marquage ne suit plus, les air ball se suivent et les Messines terminent avec sérieux cette rencontre sur le score de 84 à 40.

Cette victoire plutôt convaincante clos cette première partie d’après midi de basket de belle manière et montre le chemin aux Canonniers dont le match est à suivre. Les résultats sur les autres parquets ne s’avéreront finalement pas favorables aux Pink Ladies qui ne prennent qu’une place et deviennent provisoirement 4èmes de leur poule. Malgré tout avec 22 points elles se positionnent dans une poursuite parfaite de l’US Silvange et de l’ASPTT Nancy titulaires de 23 points.

 

 

Crédit Photo : Matthieu Henkinet