Quand Jean-Michel Aulas s’enfonce dans l’indécence

aulas metz

Alors que notre pays connait une crise sanitaire grave, le président de l’Olympique Lyonnais fait étalage de son indécence sur les réseaux sociaux, au mépris de tous les gens touchés par le COVID-19.

Tout est parti d’une déclaration de Jean-Michel Aulas, qui souhaitait que le championnat soit arrêté et que la saison soit déclarée blanche. Ainsi, les représentants français dans les différentes coupes d’Europe seraient, dans l’hypothèse d’Aulas, les mêmes que la saison précédente. Du pain béni pour l’Olympique Lyonnais, actuellement 7ème de Ligue 1 à 16 points de l’Olympique de Marseille, actuel 2ème de Ligue 1.

Là où on pourrait voir une proposition naïve d’un président inquiet pour la tenue du championnat à cause de la crise sanitaire que connait le pays, on ne peut pas s’empêcher de voir un certain vice dans cette déclaration de Jean-Michel Aulas. Ce qui n’a pas manqué de provoquer un déferlement de réactions véhémentes sur les réseaux sociaux, notamment celle du milieu de terrain marseillais Dimitri Payet.

Si la forme est digne d’une instagrammeuse de 18 ans, le fond est en revanche partagé par énormément d’observateurs. Suite à cela, Jean-Michel Aulas s’en est notamment pris à Jacques-Henri Eyraud, président de l’OM, ainsi qu’à sa pourtant amie de toujours, Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP. Vous pouvez trouver toutes les frasques du président lyonnais en suivant ce lien.

Toutefois, nous n’allons pas nous étendre plus qu’il ne le faut sur le contexte mais voir en quoi le FC Metz serait impacté par un arrêt définitif du championnat.

 

Les conséquences pour le FC Metz

 

Entrainement FC Metz - 04012020 (29)Pajot

Si la saison vient à être déclarée blanche, le FC Metz serait par conséquent maintenu d’office en Ligue 1. Bonne nouvelle me direz-vous ? Pas forcément. Tout d’abord, l’équité sportive serait totalement bafouée si un club comme le Toulouse FC garde sa place en Ligue 1 avec 13 points en 28 journées.
Une simple histoire de morale donc ? Pas totalement. En effet, si la saison venait à être blanche, quid des équipes de Ligue 2 qui se battent pour monter ? Leurs efforts seraient réduits à néant ? Ou bien les 2 actuels premiers de Ligue 2 sont automatiquement promus pour une Ligue 1 à 22 équipes ? Cette possibilité n’est guère enchantante pour une équipe comme le FC Metz qui joue le maintien et qui va devoir donc mettre derrière elle 4 voire 5 équipes ? Cela est bien évidemment de l’ordre du conditionnel, l’idée ayant été vaguement évoquée par les instances qui s’inquiètent de la tenue de notre championnat.

 

Et si on arrêtait le championnat à l’issue de la 19ème journée ?

Conf de presse FC Metz - 28112019 Maïga (6)

Autre solution plausible, le classement est arrêté à l’issue de la phase aller, tout le monde s’étant joué une seule fois. Il y a une équité relative. Dans ce cas, le FC Metz serait également maintenu puisqu’il a fini la phase à l’aller à la 17ème position, avec 17 points et une différence de buts de -11.
Dans ce scénario de football fiction, Metz tiendrait son maintien grâce à un but salvateur d’Habib Maïga dans les arrêts de jeu à Dijon.
Cependant, il est difficile d’imaginer une Ligue s’arrêter au bout de 19 matchs, même si l’identité des 3 premiers et des 3 derniers de Ligue 1 est la même que l’image du championnat aujourd’hui. Toutefois Amiens se verrait offrir un barrage pour le maintien, au détriment de Nîmes, alors que le club de l’Oise est classé derrière les crocodiles aujourd’hui. Là encore la solution n’est pas idéale.

 

Vous l’aurez compris, le FC Metz ne craint pas forcément pour son avenir en Ligue 1 malgré les événements actuels que l’on connait. Dans le cas où la saison 2019-2020 de Ligue 1 Conforama n’arriverait pas à son terme, les Grenats seraient forcément parmi l’élite la saison prochaine. Néanmoins, on souhaite tous que le championnat puisse reprendre et que cette crise sanitaire s’estompe. Un maintien acquis sur le terrain serait beaucoup gratifiant aux yeux des supporters, ce qui serait le deuxième maintien en Ligue 1 de la décennie pour les Grenats, après celui du FC Metz de Philippe Hinschberger édition 2016-2017.

 

Crédit photo : footmercato (Aulas) et Matthieu Henkinet (Pajot et Maïga)