Méline Nocandy : “C’est une nouvelle ère mais l’identité reste la même : c’est toujours Metz Handball”

A l’issue du match entre le Metz Handball et Nice, Méline Nocandy s’est confiée à notre micro. C’est avec un large sourire de la victoire qu’elle nous a livré ses impressions sur ce match de reprise, son point de vue sur la cohésion de l’équipe et sur les attentes d’Emmanuel Mayonnade…

Let’s Go Metz : Méline, voici une nouvelle saison qui démarre, enfin un retour aux Arènes après tout une série d’événements, quelles sont les sensations aujourd’hui dans cette salle ?
Méline Nocandy : Ça fait extrêmement plaisir, j’ai l’impression que je suis une nouvelle joueuse qui redécouvre le terrain des Arènes. Au début il y a eu des problèmes de sono* et on était dans un contexte ou on avait le choix entre s’endormir et essayer de montrer du caractère et montrer que l’on pouvait se concentrer sur notre échauffement malgré cela. On a été concentrées du début à la fin pour finir et ça nous a fait très plaisir de revoir tout le monde en jaune, que tout le monde crie et nous supporte. C’était la meilleure manière d’accueillir les nouvelles joueuses et forcément avec une victoire c’est encore plus plaisant !

* ndlr : le système de sonorisation de la salle est tombé en panne pendant l’échauffement des joueuses et n’a été réparé qu’au début du match.

LGM : Justement, c’est toujours important de débuter par une victoire et ce soir vous avez fait le travail sur le terrain. Comment s’est senti l’équipe ?
M.N : Les sensations étaient bonnes. C’est vrai qu’on a fait seulement un match et demi de préparation et même si on savait qu’on serait bonnes grâce aux entraînements mis en place tous les jours, comme dit Manu (ndlr : Mayonnade) on s’entraîne comme on joue en match, mais face à une adversité qui n’est pas celle des coéquipières ce n’est jamais pareil. On connaissait bien sûr Nice, on sait que c’est une équipe très combative du début à la fin et il fallait le transmettre aux nouvelles. Et puis il y a le fait de jouer à la maison, on n’a pas le droit à l’erreur.

LGM : On l’a vu sur le terrain, malgré l’avance l’équipe est restée très concentrée jusqu’à la fin et tout le monde a joué son rôle… Est-ce que l’on peut dire que les Dragonnes sont fin prêtes pour aborder la saison chargée qui les attend ?
M.N : Est ce qu’on est prêtes ? Pour l’instant, en championnat ça a bien démarré. Mais on a aussi un match dimanche qui va être compliqué, à l’extérieur donc on doit utiliser chaque rencontre pour avancer, avancer, avancer. Je ne veux pas dire qu’on est prêtes pour tout gagner, mais on avance progressivement et on verra le résultat final. On peut rater des matchs, on peut gagner des matchs mais si à la fin on n’est pas championnes, si on est éliminées tôt en Champion’s League, ces matchs ne nous auront servi à rien. Aujourd’hui on a gagné mais c’est surtout le travail qu’on a fourni qu’il faudra refaire encore en conservant les acquis.

LGM : Emmanuel Mayonnade a dit à plusieurs reprises qu’il comptait beaucoup sur toi cette saison. Est-ce que c’est le genre de choses qui met un poids sur les épaules ou au contraire qui donne des ailes ?
M.N : Eh bien… ni l’un ni l’autre ! Je reste moi même tout simplement. J’ai eu la chance de jouer avec Grâce (ndlr : Zaadi), on était le duo de demi-centres l’année dernière, il y a deux ans, il y a trois ans… C’est avec elle que j’ai débuté à ce poste et je prends cette responsabilité ni comme un poids ni comme une envolée, je sais juste que je dois avancer. Peut être que j’aurai plus de responsabilités, peut être que je jouerai plus, peut être que ce sera toujours 50/50… Je ne sais pas. Mais c’est surtout l’identité du club qui me permet d’avancer. On s’entraîne dur, il y a de l’exigence mais je ne joue pas n’importe où, c’est Metz Handball et c’est à moi d’avoir du caractère, de répondre présente et on verra où cela mène.

LGM : Un dernier mot, on sait que l’effectif a beaucoup évolué depuis la saison dernière, comment se passe l’intégration des nouvelles joueuses, où en est la vie du vestiaire ?
M.N : C’est très très très bien. Elles sont toutes cools, on est toutes cools (rires). C’est une nouvelle ère mais l’identité reste la même, c’est toujours Metz Handball. Elles sont bien rentrées dans le collectif, elles se sont bien intégrées, on est resté les mêmes, on a une nouvelle capitaine… Quelque part tout est nouveau mais pour moi ce sont juste des personnes en plus qui rentrent dans la famille Metz Handball, ce ne sont pas juste des joueuses qui viennent et qui partiront ou non, c’est une famille qui existait avant ma naissance et c’est l’identité qui restera le plus important.