Melody : “le rugby féminin se démocratise et c’est une bonne chose”

Dans l’ombre des hommes fraîchement promus en Fédérale 2, les féminines du RC Metz Moselle essaient de se faire une petite place dans le paysage rugbystique messin. Entretien avec Melody, une des joueuses de la section féminine.

Bonjour Melody, peux-tu te présenter en quelques mots pour les lecteurs ?
Bonjour aux lecteurs de Let’s Go Metz ! Je suis Mélody, j’ai 23 ans et je suis ingénieure depuis peu. Je joue principalement en première ligne, talonneuse plus exactement. Ça fait 5 ans que je joue, d’abord en universitaire puis en club.

D’où te vient cette passion pour le rugby ?
J’ai toujours aimé le sport collectif. Mon père, mes oncles et mon grand-père sont des passionnés de rugby depuis toujours. Mes cousins jouent depuis qu’ils sont tout petits et dès que possible j’allais les voir. Je pense que c’est ça qui m’a donné envie d’essayer. Les valeurs, l’ambiance, le jeu et cet esprit combatif.

Dans quelles conditions se déroulent les matchs ?
A Metz nous pratiquons le rugby à X. Le match se déroule en 4 fois 10 minutes. Nous sommes 10 contre 10 sur grand terrain. Il se rapproche un peu du rugby à 7.
Les mêlées sont à 5 (3 premières lignes et 2 deuxièmes lignes) et ne sont pas poussées contrairement au rugby à XV.

Qu’est-ce qui t’a poussée à franchir le cap pour rejoindre un club de rugby ? Et comment tes proches ont réagi ?
Au début, ma mère ne souhaitait pas que je joue au rugby, du coup, quand je suis devenue majeure j’ai décidé d’essayer. J’ai commencé en universitaire dans l’équipe de l’IUT Nancy Brabois. Quand j’ai commencé ma mère a eu très peur pour moi (et encore un peu maintenant), mais bon les mamans sont toutes pareilles ! Mais aujourd’hui elle est ma première supportrice et essaie d’assister à tous mes matchs à domicile donc ça a bien changé.

Cela ne véhicule pas trop de clichés ?
Bien évidemment qu’il y a des clichés sur le rugby féminin. Par exemple, dans la tête de beaucoup de gens on ne peut pas être une fille, faire du rugby et être féminine. Et pourtant si, ce qui est beau dans le rugby c’est que n’importe qui peut jouer. Petite, grande, mince, ronde, jeune, plus âgée… tout le monde a sa place !

Tu nous as dit que tu étais une “talonneuse”, pour les non-initiés, quel est le rôle de ce poste ?

Le talonneur joue en première ligne, il fait partie des avants. La première ligne en particulier est utilisée pour percuter la défense et faire reculer les adversaires. Il est aussi chargé de talonner le ballon lors des mêlées. Très souvent il lance aussi en touche.

On va faire un petit retour sur la saison passée où le RC Metz finit 5e sur 6 au classement. Est-ce que les objectifs ont été atteints ou vous vous attendiez à mieux ?
La saison passée s’est déroulée en deux temps. Un premier, où le manque d’effectif a été une vraie épine dans le pied. Suite à la fin de l’entente avec Thionville il a fallu tout redémarrer de 0. On enchaine les défaites et surtout on joue en effectif incomplet. Il faut savoir qu’en se présentant à moins de 10, nous savons déjà que notre match est perdu. C’est un vrai effort mental. Parfois, le match était perdu sur le papier alors que nous avions gagné.

En deuxième partie de saison cet effort a payé puisqu’en cours de saison nous avons réussi à recruter, et certaines ont eu 18 ans.
Après cela, nous avons enchainé 3 victoires dont celle contre nos anciennes alliées de Thionville.
Le match aller nous avait laissé un gout amer. Nous avions appris la date du premier match une semaine avant. Nous étions loin d’être prêtes. Au match retour nous avons montré ce dont nous étions réellement capables et avons gagné chez elles.

Quel est ton ressenti sur l’évolution du rugby féminin ? Le nombre de licenciées a doublé en 10 ans passant de 9.000 à 20.000, l’EDF de rugby féminin a fait le buzz avec de belles performances en CDM ou au tournoi des 6 nations. C’est plutôt une bonne chose non ?
C’est super, même s’il reste encore du chemin à parcourir. Petit à petit le rugby féminin se démocratise et c’est une bonne chose. D’ailleurs notre slogan cette année est : «Le rugby se conjugue aussi au féminin».

Quels sont les objectifs du club pour la saison prochaine ?
Une des grandes orientations du club cette année est la consolidation de la construction de l’équipe féminine. Notre objectif est évidemment de tabler dans le haut du classement.

Et quels sont tes objectifs personnels ?
C’est de me donner à fond et de m’amuser avec les copines !

Comment fait-on pour rejoindre un club de rugby ? N’importe qui peut rejoindre l’équipe ? Comment se passe le recrutement ?
Forcément, je vais m’adresser aux filles.
Mesdames, n’importe qui peut jouer au rugby. Venez essayer cela n’engage à rien. Vous pouvez assister à quelques entrainements et décider par la suite.

Un dernier mot à faire passer aux lecteurs ?

N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux, notamment sur facebook : Rugby Club Metz – Section féminine et nous contacter si vous avez des questions. Nous nous entrainons le mercredi et le vendredi de 20h à 22h au stade de la Grange au Bois. Vous êtes les bienvenu.e.s !

Propos recueillis par : Julien Buret et Guillaume Klein
Crédit Photo : Page Facebook du RC Metz féminin sauf photos du match Metz – Tygre (Julien Buret)