Rejoignez nous !

Bonjour, que cherchez vous ?

FC METZ

L’histoire des grenats en bleu-blanc-rouge.

Cet article vise à évoquer un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître, en ce temps là le FC Metz brillait suffisamment pour fournir des joueurs à l’équipe de France… Flashback.

Initialement proposé comme chronique dans 100% Grenat sur France Bleu Lorraine Nord, ce contenu peut être réécouté à cette adresse: France Bleu à partir de 14min29

Les années 90′

Robert Pirès est souvent le premier nom qui vient à l’esprit quand on évoque l’histoire « récente » du FC Metz. Messin de 1993 à 1998, il est sélectionné pour la première fois avec l’équipe de France juste après l’Euro 1996 au cours duquel les bleus avaient été éliminés en demi-finale. Sous le maillot national il a connu la plus grande gloire puisqu’il a soulevé le 12 Juillet 1998 au Stade de France la première coupe du monde Française de l’histoire. A ce moment il est toujours joueur du FC Metz, qu’il quitte quelques jours plus tard pour poursuivre sa carrière à Marseille.
Avec 79 sélections dont 17 au FC Metz il est le joueur le plus capé de l’histoire grenat et le seul à avoir emporté un titre international sous ses couleurs.

Un de ses acolytes à connu quelques sélections à la même période joueur intégralement formé au club qui plus est : Cyrille Pouget. La deuxième moitié des PP flingueurs a connu trois sélections en bleu à l’issue d’une saison 1996 remarquable et semblait très proche de disputer l’Euro avec l’équipe d’Aimé Jacquet. Cependant cela ne se concrétise pas et il quitte le FC Metz pour rejoindre le Servette FC en Suisse, un tournant de carrière et plus aucune sélection ensuite.

Plus anecdotique peut être, le passage en bleu de Lionel Letizi. Messin entre 1996 et 2000 il a enfilé les gants pour l’équipe de France à 4 reprises lors de matchs amicaux, deux en tant que messin.

Ce sont les trois seuls joueurs grenat à avoir évolué en équipe de France dans les années 90 et il n’y en a pas eu depuis…

Les années 80′

Phillippe Mahut, messin de 1978 à 1982, a porté le maillot Français à 9 reprises, 4 en tant que pensionnaire de Moselle. Sélectionné pour la première fois fin 1981 par Michel Hidalgo, il semblait en lice pour disputer le mondial 82 à Séville mais il ne se contente que de deux matchs qui le précèdent et de ceux qui le suivent.

Carmelo Micchiche a lui aussi été sélectionné en équipe de France en tant que joueur du FC Metz. Grenat de 1980 à 1990, avec quelques périodes de prêt en chemin, il est sélectionné avec l’équipe de France à deux reprises en 1987. Il inscrit d’ailleurs un but sur une passe décisive de Michel Platini face à l’Islande. Il n’est malgré tout plus sélectionné après ces deux rencontres.

Comment l’oublier ? Le Messin le plus capé de l’histoire, Sylvain Kastendeuch a disputé 9 matchs sous la tunique nationale entre 87 et 89 mais il s’agit d’une période noire lors de laquelle les bleus, pourtant champions en titre, ne parviennent pas à se qualifier à l’Euro 88 et le palmarès reste bien mince en définitive pour un joueur de ce calibre.

Enfin, dans les mêmes années un autre nom que l’on agrafe volontiers au FC Metz a grappillé sa dernière sélection. Il s’agit de Bernard Zénier, messin de 1974 à 1978 et de 1986 à 1991. Sélectionné à 5 reprises en équipe de France, ses deux apparitions en tant que Messin sont espacées de 10 ans : la première en 1977 et la dernière en 1987.

Les années 70′

Pour commencer cette décennie, le souvenir des 10 sélections d’André Rey. Messin de 1974 à 1980 le portier au sommet de son art dès 1977 semblait promis à un bel avenir en bleu, à commencer par le Mondial 78. Malheureusement « le grand » se fracture le poignet dans la dernière ligne droite et doit céder sa place. Rappelé à quelques reprises ensuite, il ne parvient plus à s’imposer en équipe nationale et son compteur reste figé au chiffre 10.

Reste enfin à évoquer Patrick Battiston. Ce n’est pas forcément avec le maillot messin qu’il est resté dans les mémoires pourtant il a évolué en Moselle de 1973 à 1980 et y a honoré 14 de ses 56 sélections Nationales.
Il démarre très tôt en bleu, à tout juste 20 ans et dispute le mondial 78 puis après son départ de Metz le Mondial 82, l’Euro 84 qu’il remporte et le mondial 86.
Parmi ses faits d’armes on se souvient notamment de sa rencontre avec Harald Schumacher en demi-finale de l’Euro 82. Alors qu’il se présente face au but, il est percuté par le gardien Allemand et quitte le terrain inconscient avec quelques dents en moins et une vertèbre endommagée, la faute n’a pas été sifflée. Une autre époque.

Crédit photo : DR

Écrit Par

Messin convaincu, fanatique de sports, photographe à www.MHphoto.fr et basketteur du dimanche.

Les derniers articles

INTERVIEWS

Au terme d’une prestation collective intéressante face à Mérignac en Ligue Butagaz Énergie, Astride N’Gouan s’est arrêtée à notre micro pour évoquer la rencontre...

METZ HANDBALL

Sans avoir forcé leur talent, les Dragonnes ont triomphé sur Mérignac 32-18 ce mercredi aux Arènes de Metz. Loin de son meilleur niveau en...

FC METZ

Entraîneur de l’équipe réserve du FC Metz depuis cet été, Stéphane Saillant a déjà bien pris ses marques en Lorraine ! Le technicien revient...

METZ HANDBALL

Metz Handball n’est pas tombé dans le piège du Krim Mercator en s’imposant sur le fil. Si la victoire arrive au bout, elle n’a...

FC METZ

Privé de huit joueurs, le FC Metz s’est une nouvelle fois incliné en Ligue 1. C’est le Stade Rennais qui a profité cette fois-ci...

FC METZ

Le FC Metz a remporté son premier succès à l’extérieur sur le terrain de Brest. Les messines réalisent la très bonne opération du jour...

Vous aimerez aussi

INTERVIEWS

Au terme d’une prestation collective intéressante face à Mérignac en Ligue Butagaz Énergie, Astride N’Gouan s’est arrêtée à notre micro pour évoquer la rencontre...

METZ HANDBALL

Sans avoir forcé leur talent, les Dragonnes ont triomphé sur Mérignac 32-18 ce mercredi aux Arènes de Metz. Loin de son meilleur niveau en...

FC METZ

Entraîneur de l’équipe réserve du FC Metz depuis cet été, Stéphane Saillant a déjà bien pris ses marques en Lorraine ! Le technicien revient...

METZ HANDBALL

Metz Handball n’est pas tombé dans le piège du Krim Mercator en s’imposant sur le fil. Si la victoire arrive au bout, elle n’a...