La formule perdante du FC Metz

Initialement, cet article était prévu avant le match de samedi dernier contre Nice, mais notre ami Fox a eu du nez, en me proposant d’attendre. Résultat une lourde défaite et de plus gros doutes sur ce FC Metz. Quels sont les problèmes ? Le système de jeu? Le onze de départ ? Un manque de qualité dans l’effectif ? Ou un manque de réussite ? C’est certainement un peu de tout ça, mais des points sont plus sensibles que d’autres et la défaite à Nice les a mis en évidence.

Tout d’abord, voici le résultat du sondage de la semaine dernière.

twitt sondage

Le système de jeu

Alors je ne vais pas vous ré-expliquer le système hybride de Vincent Hognon, voilà de la lecture : https://wp.me/p8YXb1-2ts. Système inauguré en grandes pompes à Saint Étienne avec une victoire et qui reste inscrit depuis au marqueur indélébile sur le tableau blanc d’avant match dans le vestiaire des grenats.

Pourquoi ce système ? Le coach messin l’a clairement avoué en conférence de presse vendredi : “ce qui compte aujourd’hui, c’est de mettre Noss Traoré, qui est un joueur important, dans la position de meneur de jeu… et après c’est un équilibre” Pour décrypter, Vincent Hognon ne semble pas vouloir d’un 4-3-3 avec un 10 (Noss) car il considère peut-être qu’il ne possède pas deux milieux défensifs de qualité, qui permettraient une assise défensive suffisamment cohérente. Donc il préfère jouer avec ce système hybride, avec 3 joueurs qui bossent à la récupération : Cohade, Fofana et Maiga comme contre Rennes et pouvoir utiliser Noss en meneur.

Qu’est ce qui cloche dans cette animation ? Déjà, elle n’est possible qu’avec Maiga, qui a le profil pour percuter et défendre. Donc notre jeu est basé depuis deux mois sur un seul joueur de l’effectif. Première incohérence. Ensuite, lorsque l’on a le ballon coté gauche, sur un débordement, on centre, mais il n’y a personne au deuxième pour couper, cette situation arrive au moins 5 fois par match. Maiga sur une phase de déséquilibre préfère être en retrait, devant la surface de réparation, à la retombée pour couper une éventuelle contre attaque et reste positionné dans l’axe pour éviter une perforation plein cœur de jeu, ce qui est totalement logique pour le coup. Deuxième incohérence. Enfin, lorsque le ballon est coté droit, Maiga est isolé quand il arrive à déborder ou à porter le ballon dans le couloir droit parce que Centonze ne peut pas venir l’aider et laisser un boulevard de 40 mètres dans son dos.

Vos réactions concernant ce système de jeu.

11

11 2

Le XI titulaire

Je vais tirer à boulets rouges sur un joueur que je trouve en dessous de tout : Opa Nguette. Je pense qu’on a compris qu’il n’avait pas le niveau de la Ligue 1. Pourtant, il est un titulaire indéboulonnable du onze de Vincent Hognon, et ce malgré des performances très médiocres voire inacceptables sur certains matchs. Clairement, cette équipe a besoin de fraîcheur. Thierry Ambrose? c’est le plus cohérent. Après il y a des joueurs comme Niane, qui joue 10mn quand il rentre ce qui ne l’aide pas a prendre confiance. Ambrose a joué contre Nice samedi, on peut être sûr que vu la prestation d’ensemble, la titularisation de Nguette ne souffre d’aucun doute.

Vos tweets sur les choix du XI de départ

titu 2titu

Un manque de qualité dans l’effectif ?

Je l’avais déjà signalé fin août, avec le jeu au pied de nos défenseurs centraux, proche du néant, une absence d’un ailier confirmé en ligue 1. Après oui, des joueurs peuvent encore se révéler, mais pour le moment je n’en vois pas. Et la cerise sur le gâteau, comme je l’ai dit précédemment on veut absolument faire joueur Noss en 10 et Maiga devient par conséquent indispensable dans ce système de jeu.

Vos réactions concernant cet effectif trop limité

qualité 2

qualité équipe

Ce fameux manque de réussite ?

Chacun se fera son avis sur le manque de réussite. Il est vrai que les rares actions dangereuses menées par les messins ne sont pas récompensées. En soi, que l’entraîneur use de cet argument n’est pas choquant. Par contre, que les joueurs relaient le même phrasé que leur coach là ça devient plus problématique. Nous voudrions voir plus de caractère, plus de leadership. On voudrait voir un gars taper du poing sur la table et pointer du doigts les manquements, avant d’avancer le manque de réussite. Mais pour le moment ce n’est pas le cas.

Samedi 7 décembre 2019 le “POMPON”

Noël avant l’heure, Vincent nous sort de sa hotte un 4-2-3-1, système en théorie plus équilibré, d’ailleurs en conférence de presse une question sur un éventuel changement de système de jeu lui avait été posée : Résultat cataclysmique. Quelques éléments en image.

Voici donc l’organisation mise en place par le staff messin : Udol- Sunzu-Boye -Centonze / Maiga -Fofana/ Delaine – Traoré- Ambrose / Diallo

4231 metz

Petit focus sur la défense à 4

Penalty atal

Au départ de l’action qui amène le penalty, on peut voir l’alignement de la défense à 4, avec Boye aspiré par le jeu qui laisse derrière Centonze et Sunzu en 1 contre 1. Qu’il existe un décalage créé par l’équipe de Nice dans un couloir, c’est tout à fait normal, mais voir le central sortir à l’aventure, c’est inconcevable. Et la conséquence arrive quelques secondes après.

A la fin de l’action, c’était un 2 contre 3 dans la surface, sur cette image Boye est revenu bien après, ce qui a obligé Centonze à refermer dans l’axe et donc laisser Claude Maurice seul au second poteau, un schéma qui se répètera au seconde mi temps.
Focus sur le bloc équipe

Maintenant regardons l’organisation devant, avec Nice qui tient le ballon dans ses 20 premiers mètres

fin de 1ère mi temps

Aucune cohésion. Déjà la notion de bloc semble inexistante ! Il y a 15m entre chaque ligne, un régal pour des joueurs en mouvement et qui vont vers l’avant. On peut essayer de comprendre l’envie de 4 joueurs d’aller chercher l’adversaire qui relance court, par contre derrière ça doit suivre…

Dernière situation, le but de Cyprien qui confirme sur le manque de cohésion.

cyprien but

Long ballon niçois, les hommes de Patrick Vieira sont à la retombée, ils le récupèrent et jouent en remise sur Cyprien qui crucifie Delecroix (no comment). Encore une fois, Boye veut compenser ses milieux de terrain en sortant sur l’ancien Lensois, plus grave nos deux milieux défensifs sont scotchés devant la surface de réparation. Le buteur n’a pas d’adversaire à moins de 5 mètres, et ça, dans le haut niveau, ça pardonne pas. Le but de Lees-melou est une copie conforme mais plus excentrée.

Malgré les résultats et la situation compliquée du FC Metz, faire ces petits montages est un plaisir, et il risque malheureusement d’y en avoir d’autres si les erreurs ne sont pas gommées rapidement.

Derniers articles

29/11/2020
28/11/2020
28/11/2020
27/11/2020
24/11/2020
23/11/2020
22/11/2020
21/11/2020
21/11/2020
20/11/2020
19/11/2020
16/11/2020