La dégringolade du FC Metz au classement des centres de formation

Reconnu pour être un des clubs les plus formateurs de France, le FC Metz connaît depuis quelques années une régression constante dans le classement des centres de formation, si bien que le club pointe à une triste 23ème place dans le dernier classement des centres de formations des clubs professionnels établi par la FFF.

Habituel membre du top 10 des centres de formation de France, le FC Metz ne cesse de décroître dans la hiérarchie nationale. 5ème en 2014 puis 4ème en 2015, le centre de formation du club à la Croix de Lorraine est progressivement sorti du top 5, en décrochant cependant une honorable 8ème place en 2016, ainsi qu’une 6ème place en 2017, avant de chuter au 15ème rang national en 2018. L’an dernier, le club continua de chuter avec une triste 18ème place, avant cette dramatique 23ème place en 2020, derrière des clubs comme Nancy, Lorient, Nîmes ou encore Châteauroux. Une disgrâce totale pour un club qui a formé un nombre incalculable de grands joueurs au fil des années.


Quelles sont les raisons du mal ?

Creux générationnel ou lacunes dans les méthodes de travail ? Aujourd’hui, il est très difficile d’avoir la réponse. D’autant que le classement des centres de formation est établi par cinq critères d’efficacité :

  • le nombre de contrats professionnels signés par les joueurs formés au club ;
  • le nombre de matches joués en équipe première par les joueurs formés au club ;
  • le nombre de matches joués en sélections nationales par les joueurs formés au club ;
  • le nombre de diplômes scolaires obtenus par les joueurs formés au club ;
  • les contrats d’entraîneurs.

En ce qui concerne les contrats professionnels, le FC Metz a récemment signé Milan Robin et a fait passer pros Georges Mikautadze ainsi que Lenny Lacroix la saison passée. Pour grapiller des points dans ce secteur et grimper au classement, le FC Metz doit réussir à faire passer pros plus de joueurs, encore faut-il que les joueurs aient le niveau pour apporter un réel plus dans un effectif de Ligue 1, là où un club de Ligue 2 a plus d’occasions de faire grandir ses jeunes, le niveau y étant moindre.
La descente de la réserve en Régional 1 n’aura sûrement pas aidé les jeunes à se préparer pour les divisions supérieures du football français, ceci explique sûrement la perte de points dans ce domaine. C’est d’ailleurs dans ce but que le club à la Croix de Lorraine a rapatrié Grégory Proment, en lieu et place de José Pinot, pour la réussite que l’on connaît.

Le gros point noir, et l’explication la plus plausible de cette dégringolade au classement, est le nombre de matchs joués en équipe première par les joueurs formés au club. A l’heure actuelle, seul Matthieu Udol parvient à représenter le centre de formation grenat, bien trop peu pour valoriser le travail historique de la formation messine.

D’autres facteurs comme le nombre de matches joués en sélections nationales par les joueurs formés au club, le nombre de diplômes scolaires obtenus par les joueurs formés au club et les contrats d’entraîneurs sont intangibles. Les internationaux ayant été formés au FC Metz (Pjanic, Koulibaly, etc…) sont très souvent des membres éminents de leur sélection et le taux de réussite au Baccalauréat des jeunes grenats est toujours très élevé (100% cette année).


Génération Foot, l’arbre qui cache la fôret ?

Olivier Perrin, ancien homme fort de Génération Foot rapatrié au chevet de la formation messine. (Photo : FC Metz)

Si les moins avertis ne connaissent pas le travail de l’ombre réalisé par Olivier Perrin ces dernières années, les observateurs avisés savent qu’il est l’un des grands artisans de la bonne santé du FC Metz. De Habib Diallo à Ismaïla Sarr, ils sont nombreux à être passé entre ses mains de 2013 à 2018 avant de pouvoir exploser au FC Metz. Souvent au détriment des joueurs du centre de formation, moins armés, moins prêts pour les affrontements âpres de la Ligue 1. Les jeunes messins tardent aujourd’hui à maturer, ce qui les dessert dans un football où la patience est de moins en moins de rigueur. C’est pour cela que le FC Metz a décidé en 2018 de faire revenir au bercail le vainqueur de la Coupe Gambardella en 2010, à la tête du centre de formation. Les résultats de son travail de fond ne pourront se voir que dans quelques années.

Vous l’aurez compris, le centre de formation du FC Metz est en perte de vitesse pour une multitude de raisons. Cependant, la restructuration de la formation messine entreprise en 2018 avec les retours de Grégory Proment et Olivier Perrin commence à porter ses fruits. La réserve du FC Metz retrouvera le National 2, niveau auquel les jeunes grenats pourront faire leurs armes avant de toquer à la porte de l’équipe première.
De plus, la montée du RFC Seraing en D1B (2ème division belge) permettra d’offrir une première expérience professionnelle à des jeunes joueurs, à un niveau proche de celui de la Ligue 2 dans les aspects tactiques, techniques et physiques. Ce sont les premières pierres de la reconstruction du centre de formation du FC Metz, qui à force de travail retrouvera assurément sa place parmi le top 10 français dans les années à venir.