FC Metz – KV Malines : retour à Saint Symphorien

Ce Samedi, le FC Metz disputait son quatrième match de préparation face au KV Malines, pensionnaire de D1 Belge. Le match initialement prévu l’après midi a été avancé au matin pour contrecarrer les fortes chaleurs attendues.

Malgré des débuts réussis à domicile (4-1 face à Seraing, 3-0 face à Charleroi), le FC Metz sort d’une défaite à l’extérieur face à un adversaire de choix, le KAA Gent (3-0) et il était donc important de reprendre le chemin de la victoire, à fortiori dans le cadre d’un retour à Saint Symphorien.

La composition du FC Metz

Pour cette rencontre, Vincent Hognon a choisi d’aligner une équipe plutôt familière :
Oukidja – Centonze – Bronn – Boye (Cap.) – Delaine – Maïga – Angban – Pajot – Boulaya – Nguette – Niane

Malgré l’absence de public, c’est sous les yeux de Frédéric Antonetti, Carlo Molinari, Bernard Serin, Hélène Schrub ou encore Philippe Gaillot que les deux équipes se sont élancées sur la pelouse du stade en travaux.

Première période

Le match démarre sur les chapeaux de roue puisque dès la 1ère minute nous assistons à une montée de Centonze, lancé par Boulaya. Dans un jeu très rapide le ballon trouve la tête de Nguette, mais passe juste à côté du poteau ! Les grenats pressent haut dans ce début de match mais en contrepartie l’équipe belge joue le physique et ose aller au contact. Farid Boulaya en fait les frais dès la 3ème minute et perd un ballon. Le bloc messin est très homogène et on sent que les automatismes qui avaient notamment fait le succès de la défense messine début 2020 ont été retrouvés. C’est ce qui permet assez tôt à la quasi totalité de l’équipe de se positionner dans la partie de terrain adverse. Seuls Boye, Bronn et bien entendu Oukidja restent en assurance tout risque dans leur partie de terrain.
Le jeu est relativement tranchant lors de ces 10 premières minutes. On remarque notamment que Thomas Delaine est en jambe et montre une certaine assurance dans ses retours défensifs. Malgré tout, une mauvaise passe de Boye pour Oukidja vient apporter du danger dans le camp Grenat mais heureusement cela reste sans conséquence.
Les Belges imposent un pressing aux hommes de Vincent Hognon mais ces derniers restent calmes et appliqués. Suite à une ouverture de Vincent Pajot, Opa Nguette est réalise une belle percée qui débouche sur un coup franc. C’est sans surprise Farid Boulaya qui prend la responsabilité de tenter une frappe directe qui oblige le gardien adverse à une parade compliquée.

Dylan Bronn est imperturbable dans sa zone et cela permet à Fabien Centonze de monter beaucoup plus que son homologue à gauche, ce qui ne l’empêche pas de perdre un ballon suite d’une passe en retrait mal assurée. Cela reste une nouvelle fois sans conséquence malgré la sortie hasardeuse d’Alexandre Oukidja. Peu de temps plus tard, Thomas Delaine se lance dans un récital avec un magnifique grand pont suivi d’un centre bien ajustée, malheureusement ce très bel effort reste vain puisque personne ne parvient à s’imposer à la retombée. De son côté, Victorien Angban est intenable en cette première période puisque les deux joueurs chargés de le museler enchaînent les échecs lui depuis le début du match, l’Ivoirien se défait sans cesse de ses poursuivants pour lancer ses coéquipiers.
A la 15ème minute, c’est l’équipe Belge qui s’illustre avec un centre dangereux, heureusement les attaquants se trouent. La période chaude continue quelques minutes puisque sur un corner, Alexandre Oukidja est contraint à une parade pour sauver les siens, avant d’être à nouveau mis en alerte trois minutes plus tard sur une frappe venue de l’extérieur de la surface.
A la trentième minute, Farid Boulaya surprend ses défenseurs tout autant que les quelques spectateurs en se démarquant d’un geste assuré avant d’enclencher une frappe imparable. Un nouveau bijou dans la collection de l’Algérien qui permet au FC Metz de mener 1 à 0. Les Belges tentent de rapidement de refaire leur retard avec une nouvelle frappe lointaine, qui s’avère sans danger pour Alexandre Oukidja.
Du côté de l’attaque Messine, on peine à créer des occasions franches et force est de constater qu’Ibrahima Niane n’est pas dans son match. Constamment pris physiquement par un ou deux défenseurs qui le poussent à la faute, il ne parvient pas à s’exprimer et les ballons sont rares.
Peu avant la mi temps les Grenats tremblent une nouvelle fois et sont sauvés in extremis sur la ligne par un Thomas Delaine qui se montre sous son meilleur visage aujourd’hui. Il s’agit malgré tout d’un gros avertissement pour les joueurs qui retournent au vestiaire sans fanfaronner.

Deuxième période

Comme pour tout amical qui se respecte, les changements sont nombreux avant de reprendre le match. Du côté des Grenats on constate l’entrée de Warren Tchimbembe, Thierry Ambrose et Marc-Aurèle Caillard à la place de Farid Boulaya, Victorien Angban et Alexandre Oukidja. Poste pour poste.

La mi temps débute mal avec un carton jaune pour John Boye suivi d’un coup franc pour Malines. C’est frappé dans le mur et l’avertissement reste une nouvelle fois sans frais.
Les visiteurs jouent encore plus le physique dans cette deuxième période ce qui hache le jeu. On observe malgré tout de beaux mouvements collectifs coté Messin et le jeu en triangle entre Dylan Bronn, Fabien Centonze et Habib Maïga régale. Ils se trouvent les yeux fermés et pour y remédier, les belges resserrent les rangs et montent l’agressivité d’un cran. Cela débouche sur une série de fautes mais cela paie d’une certaine manière puisque l’on sent que les Grenats osent de moins en moins, privilégiant des passes sures et souvent en retrait. On constate cependant que Warren Tchimbembe s’adapte bien et lance proprement ses ailiers, le joueur fait oublier son âge en montrant beaucoup de maturité et d’intelligence dans son jeu.
Pour sa part Opa Nguette ne se laisse pas intimider par la chaleur qui commence à frapper le stade et s’illustre dans de grands retours défensifs jusqu’aux 20 mètres ce qui est relativement rare pour un ailier. En revanche Ibrahima Niane, toujours muselé par des défenseurs physiques, commence à montrer des signes d’énervement et monte fort au contact à son tour.

Suite aux changements, le danger vient plus souvent de la gauche désormais. La paire Nguette – Tchimbembe et les montées de Delaine permettent souvent des situations intéressantes. La défense quand à elle reste bien en place, guidée par John Boye en véritable patron, aidé par Marc Aurèle Caillard qui se montre plus expressif qu’Oukidja. En conséquence le danger belge n’est apporté que sur des coups de pieds arrêtés désormais.
Entre la 60ème et la 70ème minute, les temps forts sont rares et on assiste surtout à des ajustements tactiques avec l’entrée de Mamadou Fofana à la place de Boye, celle de Boubacar Traoré et Lamine Gueye pour Nguette et Pajot ainsi que la sortie de Niane pour le grand retour d’Habib Diallo.
Lors de ces échanges, Maïga a hérité du brassard et la tactique s’est transformée en un 4-1-4-1.
Malines voit l’horloge tourner et renforce ses offensives et son pressing, bien aidés par l’entrée d’ailiers frais et un passage en 4-4-2.

Diallo, que certains voyaient déjà envolé on ne sait où, ne semble pas totalement à l’aise dans son jeu et pour cause, il est positionné sur l’aile afin de laisser la place de numéro 9 à Thierry Ambrose. A ce stade, les solutions n’abondent pas vraiment pour les deux hommes…
Une nouvelle vague de changements voit Centonze et Bronn sortir au profit de Laurent Jans et Lenny Lacroix.
Malgré une pénurie temporaire de ballons pour les Messins, Tchimbembe valorise toutes les touches qu’il parvient à capter et fait honneur au potentiel qu’on lui prête. Toutefois, la fin du match manque d’engagement et les joueurs des deux équipes attaqués par la chaleur et l’impitoyable soleil de midi peinent à produire des séquences de jeu consistantes. Le FC Metz s’accroche à son avance et le coup de sifflet final ne tarde pas.

Dans un match qui ne rentrera pas dans les livres d’histoire, le FC Metz parvient à s’imposer d’un but et continue de progresser dans sa préparation. Il y a fallu souffrir lors de la deuxième mi-temps face a une équipe très physique et très bien organisée. Nous avons vu de belles choses notamment au milieu de terrain et les nouvelles recrues et les jeunes issus de la formation ont su se mettre au niveau des espoirs placés en eux puisque aucun accroc particulier n’est à relever. La préparation est encore longue mais le prochain match pourrait être révélateur face à une autre équipe de Ligue 1.

Rédaction : Théo Lonni et Matthieu Henkinet
Crédit photo : Matthieu Henkinet