FC Metz – Sochaux : sans conviction

C’est dans un cadre particulier que s’est tenue la rencontre amicale entre Metz et le FC Sochaux Montbéliard. En effet, c’est dans un stade Saint Symphorien vidé de spectateurs mais en plein montage des derniers gradins de la tribune Sud en attendant l’arrivée de la charpente que le match s’est déroulé ce Vendredi.

Forts d’une victoire salvatrice face à Strasbourg et animés par la volonté de ne pas perdre le rythme, les Messins ont retrouvé un adversaire bien connu de Ligue 2. L’occasion pour Vincent Hognon de tester de nouvelles stratégies et de donner du temps de jeu à des joueurs qui en manquent.

Au coup d’envoi la composition était déjà atypique (Oukidja, Centonze, Bronn, Boye, Delaine, N’Doram, Fofana, Pajot, Maïga, Niane, Diallo) une sorte de 5-3-2 avec trois défenseurs centraux et des latéraux pouvant se montrer très offensifs sur les phases d’attaque, s’apparentant à ce moment plus à un 3-5-2.
En première mi temps les vraies actions dangereuses ont été rares d’un côté comme de l’autre. On retiendra toutefois quelques offensives Messines : une frappe de Maïga à la 7ème minute, une bonne combinaison entre Centonze et Pajot dans la surface qui finit malheureusement dans des pieds Sochaliens à la 22ème, un tir de Niane depuis les 16 mètres à la 32ème et enfin une reprise de volée de Pajot sur un centre de Centonze à la 43eme.

Dans le jeu on a remarqué l’implication de Niane, n’hésitant pas à décrocher pour donner des solutions offensives ou pour aller gratter des ballons. Il s’est illustré lors de plusieurs actions, et a signé l’une des meilleures occasions de son équipe. Maïga a également fait peser sa présence avec de nombreux ballons récupérés bas et orientés intelligemment vers l’attaque. Malheureusement on notera un certain manque de précision dans ces moments clés, ne permettant pas de les concrétiser.

Sur les côtés, Delaine et Centonze se sont montrés intéressants à de nombreuses reprises que cela soit par des retours défensifs précieux ou par des combinaisons offensives réalistes et des appels astucieux. On leur épargnera les quelques déchets concédés.
Dans ses buts Alexandre Oukidja s’est montré solide lors de ses quelques interventions. On notera surtout un arrêt décisif sur la barre, suite à un corner Sochalien que Privat avait réussi à cadrer à la 20ème minute.

La rencontre s’est déroulée à huis-clos

La deuxième mi temps a vu 6 changements s’opérer avec l’entrée en jeu de Dietsch, Lacroix, Angban, Ambrose, Ndiaga et Udol. Dans un schéma de jeu plus classique le jeu s’est plus ouvert qu’en première période mais les offensives se sont avérées assez forcées avec beaucoup de frappes contrées. Dans ses buts, Dietsch s’est montré solide avec quelques arrêts importants, notamment sur une percée Sochalienne après une perte de balle de Lacroix en début de période.
Sur son aile, Ndiaga Yade a su réaliser quelques coups en jouant notamment sur son accélération mais cela n’a abouti à rien. Ambrose lui aussi a su donner un peu de “peps” à l’attaque grenat. La seule vraie occasion franche viendra finalement d’un coup franc tiré par Niane en toute fin de période, stoppé en deux temps par le gardien adverse.

Globalement nous retiendrons que le FC Metz a su négocier de bons ballons  dans le jeu court, aidé par une certaine aisance technique mais le dernier geste n’a jamais été au rendez vous.
Les nombreux déchets laissés par Sochaux ont permis aux Messins de jouer lors de cette rencontre, mais ces derniers ont souvent été mal négociés. Le jeu messin s’est avéré stéréotypé à de trop nombreuses reprises et le manque de créativité dans le milieu de terrain a permis aux Sochaliens de bien fermer le jeu. C’est sur un score parfaitement logique de 0 – 0 que les deux équipes se sont quittées, sans vraiment convaincre qui que ce soit. Il reste à espérer que les expérimentations opérées aussi bien sur le plan tactique que dans le choix des joueurs aient apporté les réponses nécessaires au staff grenat pour permettre un bon résultat lors du prochain match.