Rejoignez nous !

Bonjour, que cherchez vous ?

Frédéric Antonetti peut être perplexe, il n'a toujours pas trouvé le numéro 9 idéal pour remplacer Ibrahima Niane... (Photo : Matthieu Henkinet)

CHRONIQUES

FC Metz – Dijon FCO : Un milieu de terrain décevant


Pour la 10 ème journée de Ligue 1 Frédéric Antonetti a décidé de bousculer les habitudes messines et d’ajouter un joueur à vocation offensive dans le XI de départ, ce qui a fait saliver pas mal de supporters messins mais le résultat escompté n’a pas eu lieu et le milieu messin n’a pas su s’imposer. Brève analyse de ce qui a pêché pour les milieux grenats.

Une nouvelle animation

Ce nouveau dispositif a impliqué plusieurs choses : un nouveau joueur offensif à placer et donc une nouvelle animation sur phase offensive et défensive pour les lorrains, ce changement se trouve au milieu avec tantôt Boulaya derrière l’attaquant et Maiga – Fofana sur la même ligne, tantôt Boulaya – Maiga sur la même ligne et Fofana devant la défense. 

Dans cette animation, Maiga et Fofana ont un rôle défensif très important, puisque ce sont eux qui doivent compenser les montées des latéraux et surtout couper les attaquants adverses de leurs milieux. Farid Boulaya endosse un rôle du créateur mais est quand même contraint de défendre.

Des décalages trop faciles

Sur le papier cette composition était donc ambitieuse, mais la réalité a rapidement rattrapé les messins. D’habitude symbole de solidité, le milieu messin a souvent été pris de court. Les dijonnais arrivaient à passer d’un côté à l’autre assez facilement et surtout à percer l’axe plusieurs fois, surtout en première mi-temps. L’action la plus criante est intervenue juste après l’égalisation de Pape Ndiaga Yade : 

Maiga et Fofana sont sur le côté et personne ne compense dans l’axe, ce qui provoquait un décalage facile plein axe. Les dijonnais étaient proches de repasser devant. Ce genre d’actions a eu lieu plusieurs fois pendant le match, les grenats se sont mis en dangers quasiment tout seuls.

Un bloc scindé en deux

Autre mal de cette rencontre et de ce schéma, la friabilité du bloc messin. Après avoir eu une bonne période de pressing et un bloc bien organisé, les grenats se sont fait surprendre par un long ballon lors de l’ouverture du score dijonnaise. Après ce but, le bloc messin s’est étiré et ne s’est jamais vraiment remis à presser. Le milieu se retrouvait avec Maiga et Fofana qui reculaient trop près de la défense et avec un Boulaya sur la même ligne que les joueurs offensifs, le problème étant que plusieurs mètres séparaient ces deux « groupes », laissant alors l’espace et le contrôle du milieu aux dijonnais.

Néanmoins, tout n’a pas été à jeter durant ce match. Les grenats ont su se montrer dangereux et malgré tout assez efficaces. Nous pouvons être assez optimistes sur les possibilités offensives du club à la Croix de Lorraine. Que ce soit dans l’axe ou sur les ailes, le FC Metz est bien loti. Et quoi qu’on en dise, la majeure partie des supporters messins a hâte de retrouver son équipe après la trêve, tant le football qu’elle pratique est en ce moment plaisant.


Crédit photo : Matthieu Henkinet

Écrit Par

Les derniers articles

+ DE SPORTS

Alors qu’il devait retrouver l’américain Sam Querrey en 8ème de finale, Ugo Humbert a dû se résoudre à ne pas participer à la rencontre...

+ DE SPORTS

Après une annulation en 2020, le tournoi de tennis féminin basé à Moulins les Metz au complexe de la Saussaie se prépare à faire...

FC METZ

Alors que le club annonçait vendredi dernier les prolongations de Justine Lerond, Marjorie Boilesen, Justine Rougemont et Marine Morel, le FC Metz vient de...

NEWS

Ancien joueur du Rugby Club Metz Moselle, puis membre du staff, Géraud Gas fera son retour dans le staff pour la saison 2021/2022. Il...

METZ HANDBALL

Ancien responsable de la formation Messine et désormais coach de l’équipe de Paris 92, Yacine Messaoudi ajoute une corde à son arc en prenant...

METZ CANONNIERS

Le Metz Basket Club vient d’annoncer la présence d’une équipe au sein du championnat de France U18 masculin en 2021/2022. Il n’y a pas...

Vous aimerez aussi