Challenge Christophe Caraty : Du haut niveau européen pour les Dragonnes

Deux semaines avant son premier match de championnat, Metz Handball a déposé ses valises sur les terres bretonnes pour poursuivre sa préparation estivale. Invaincues depuis la reprise, les joueuses de Emmanuel Mayonnade ont pu tester leurs forces vives face à ce qui se fait de mieux en Europe. Un Final 4 amical porteur d’enseignements…

 

Metz Handball vs ZRK Buducnost Podgorica (30-24) : Une copie séduisante et prometteuse rendue avec sérieux.

Ces deux équipes se connaissent par cœur. En 17 ans, elles se sont rencontrées 13 fois dont 6 fois en 3 ans, à tel point que ces rencontres pouvaient se nommer le “Buducnost classico”. Habituées aux joutes européennes automnales pour se disputer les places du Tour principal, Metz et Buducnost se sont retrouvées à Quimper pour préparer une saison qui s’annonce longue et ardue.

Rapidement, les joueuses ont montré au public breton qu’on pouvait de nouveau compter sur elles en Ligue des Champions. Intenses, rugueuses, hargneuses, à la limite du danger, les Monténégrines ont tenté de réduire toutes les tentatives messines à néant. Mais le collectif messin a changé de dimension. Ici, c’est un top 4 européen qui s’est dressé devant la montagne bleue des Balkans. Longtemps accrochées, parfois dépassées avant un temps mort très bénéfique, à 17 minutes du terme, (19-19 jusqu’à la 43′ minute), les Dragonnes se sont armées de patience pour rentrer dans le jeu de Podgorica avec roublardise. Resserrant une défense qui se reposait sur sa gardienne en début de seconde période, les Lorraines ont provoqué une certaine déroute dans le camp adverse, entraînant des fautes techniques qui leur permettaient de récupérer des ballons et trouver la cible en contournant les replis défensifs. A partir de la 43ème minute et lancés par Grâce Zaadi,  le métronome de l’ombre, ces temps d’action ont eu un impact certain sur l’aspect psychologique. Les Messines ont mieux maîtrisé les duels avec la gardienne, à l’image d’une Olga Perederiy en très grande inspiration pour son tout premier match. Concluant habilement ses appels de balle, la nouvelle pivot a été l’une des pièces maîtresses. Une belle opération prometteuse pour un Metz Handball qui devait composer sans Xenia Smits face à un collectif renforcé à l’intersaison.

 

Metz Handball vs Gyori Audi ETO KC (28-34) : Encore un peu trop juste…

Le lendemain, plus au nord de la Bretagne, les Messines remettaient le bleu de chauffe pour affronter le champion d’Europe en titre. Un Challenge de taille pour des Dragonnes remontées à bloc après leur très beau combat de la veille. Mais voilà, Gyor arrivait avec une victoire nette et sans bavure contre le Brest Bretagne Handball dans sa besace. Il fallait donc être combatives dans tous les secteurs de jeu pour bien figurer et s’affirmer un peu plus.

Dans les 1ères minutes de jeu, tout allait bien. Les joueuses de Emmanuel Mayonnade proposaient un jeu dynamique vers l’avant avec l’impact nécessaire pour repousser les nouvelles coéquipières de Béatrice Edwige dans leurs retranchements. Les Jaune et Bleu entraînaient même le collectif hongrois dans leur jeu pour obtenir des jets de 7m ou des passages en force. Un jeu placé bien construit et les Messines mènent rapidement les débats (6-3 à la 10ème minute). Hélas, soutenues par leur gardienne Eva Kiss en verve, les joueuses de Gyor accélèrent la cadence et ne laissent plus aucune solution aux championnes de France. Elles ne trouvent le chemin du filet qu’à 2 reprises entre la 10ème et la 16ème minute et laissent s’échapper des Hongroises cruellement efficaces face à Laura Glauser, qui tentera de maintenir un petit écart de 2 buts jusqu’à la mi-temps (13-15).

Au retour des vestiaires, Ivana Kapitanovic prend la place de Laura Glauser et met le tempo en arrêtant la 1ère tentative hongroise. Elle permet à Laura Flippes de ramener Metz à 1 but d’écart. Mais ce début de seconde mi-temps devient très vite chaotique pour les Françaises qui encaissent un 2-0 (15-19, 34ème), poussant Emmanuel Mayonnade à poser son temps-mort, 4 minutes après la reprise. Salvateur puisque la jeunesse lorraine vient relancer la dynamique quand les cadres n’arrivent plus à ajuster leurs actions dans la profondeur. A 20 minutes de la fin, Orlane Kanor et Julie le Blevec redonnent de l’espoir à un collectif qui tâtonne depuis le début de la rencontre (18-19). Mais l’équipe hongroise se démarque de nouveau avec Estelle Nze Minko et Stine Oftedal qui se partagent merveilleusement le poste de demi-centre, à tour de rôle. Le Money-time finit par être cruel pour les coéquipières de Grâce Zaadi. Elles n’arrivent plus à construire, se heurtent à une défense agressive et perdent trop de ballons dans les 15 dernières minutes. Mauvaises actions rapidement punies par un collectif coutumier de la vitesse et de la montée de balle rapide. Bien délaissée, Ivana ne parviendra pas à être efficace sur sa ligne, en toute fin de match.

 

Ces deux jours mettent en évidence des chantiers à façonner comme la charnière centrale, point faible face à des équipes européennes bien rodées. Mais ils démontrent également un collectif toujours étonnant, capable de gérer ses temps faibles, en masquant collectivement certaines lacunes.

L’équipe poursuit sa construction avec un dernier match test contre Dortmund, le 24 août prochain.

 

Joueuses Messines mises en évidence : Grâce Zaadi, Orlane Kanor, Julie Le Blevec, Olga Perederiy.

 

 

 

Pour voir les précédents résultats de la préparation messine

Source photos : B. Delhomme/Ligue Butagaz Énergie