Astride N’Gouan : “Je pense que la force d’une joueuse internationale c’est de savoir passer à autre chose assez rapidement”

Les dragonnes reprenaient hier la compétition devant leur public, après une longue trêve internationale. Et pour ce premier match de la phase retour de Ligue Butagaz Énergie face aux joueuses du Nantes Atlantique, les messines ont emmené les spectateurs jusqu’au bout du suspense avant de s’imposer sur le fil. A l’issue du match nous avons interviewé l’une des actrices du match : la pivot internationale Astride N’Gouan.

Let’s Go Metz : Le Metz Handball est de retour aux affaires avec une victoire à l’arrachée pour bien clore l’année 2019, quelle analyse est ce que tu fais de ce match ?

Astride N’Gouan : C’est vrai que cela a été dur au début. Nous avons eu beaucoup de difficulté dans les tirs puisqu’en défense on était bien. Après je pense qu’on a bien commencé la deuxième mi temps et on a su dérouler le jeu. C’est vrai que c’était pas un match facile, il faut être honnête, mais on va retenir la victoire. Il y a eu de très bonnes choses.

LGM: A titre personnel tu t’es illustrée avec deux réalisations mais surtout une forte présence dans le jeu, est ce que c’était important de revenir en puissance à Metz après cette longue trêve dans le championnat ?

A.N’G : Oui, ça fait du bien, surtout qu’il s’agit de mon point fort. Je devais retrouver des sensations après un mois d’absence. Retrouver les filles ça fait du bien, retrouver mon jeu, ma place dans l’équipe également. Tout cela n’est pas évident mais c’est plus facile avec une victoire. 

LGM : Cette saison tu partages ton poste avec Olga Perederiy qui est très en forme, vous avez deux styles de jeu très différents, comment se passe la cohabitation ?

A.N’G : Très bien ! Après comme vous l’avez dit, on a deux jeux très différents et c’est intéressant. On peut apporter différemment à l’équipe et les filles savent vraiment bien s’y adapter. C’est bien je pense d’avoir deux profils différents capables de s’adapter aux différentes situations, cela pose des problèmes à l’adversaire.

 

 

LGM : La parenthèse internationale a surement été difficile à digérer, est ce que tu peux nous en parler ? Comment se passe le retour en club après ça ?

A.N’G : Je pense que la force d’une joueuse internationale c’est de savoir passer à autre chose assez rapidement, entre guillemet. Dans le sens ou il y a l’équipe de France et il y a le club. On a très peu de temps à chaque fois pour changer de statut. Pour moi, l’équipe de France est passée, on a eu le temps de digérer et maintenant on se concentre sur le club car la saison est loin d’être finie et elle vient d’ailleurs juste de recommencer. Toute la concentration est de ce côté.

LGM : L’équipe vient d’officialiser deux départs importants : Laura Glauser et Laura Flippes mais à l’instar de plusieurs coéquipières (Sajka, Nocandy, Kapitanovic, Kanor) tu as choisi de prolonger, qu’est ce qui a motivé cette décision ?

A.N’G : Tout simplement le club. Je me sens bien ici, je progresse, le staff me fait confiance. Vraiment, c’est ce que je recherche donc pourquoi ne pas continuer à progresser ici ?

 

Crédit photo : Matthieu Henkinet