Quentin Bigot, coup de marteau sur les mondiaux de Doha

Les mondiaux de Doha ont mauvaise presse. Problèmes de chaleur, de malaises, d’abandons, de censure… Rien ne semble aller dans le sens du beau sport. Pourtant, le Lorrain Quentin Bigot vient de réaliser un rêve en obtenant une médaille d’argent au lancer de marteau, la première pour la France dans ces championnats.

Hier, l’épreuve de lancer de marteau était dominée par le Polonais Paweł Fajdek, auteur d’un lancer à 80,50m sur sa 4ème tentative, qui le mettait totalement hors de portée des autres concurrents pour s’adjuger la médaille d’or. Pourtant derrière ce champion, il y avait de la place pour de belles performances et c’est un Français qui s’est chargé de réaliser le lancer qu’il fallait. Quentin Bigot, pensionnaire de l’A2M (Athlétisme Metz Métropole) a réalisé un lancer à 78,19m synonyme de médaille d’argent historique. Il devance d’un détail un Hongrois, Bence Halasz dont la meilleure marque a été mesurée à 78,18m…

 

 

Cette médaille est aussi celle de la rédemption, suspendu pour dopage de Juillet 2014 à Juillet 2016, Quentin Bigot ne s’est pas offert le parcours de carrière idéal. Trop pressé, il avait fait le choix de l’illégalité via la prise de stéroïdes pour guérir d’une blessure, une erreur de jeunesse qu’il ne cesse de devoir raconter à chaque événement médiatique. Aujourd’hui, le nouveau vice champion du monde se fait volontiers la voix de la prévention et déplore de n’être que trop rarement sollicité en ce sens.
Cette médaille obtenue à Doha est aussi la récompense de ce chemin sinueux pour cet athlète qui restera pointé du doigt pour son erreur passée mais qui a fait le choix du combat pour montrer qu’il vaut plus que cela. Les regards se portent à présent sur les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, où il sera certainement très attendu…

 

Crédit photo: REUTERS – Dylan Martinez