Metz Handball-HC Podravka Vegeta : Un retour spectaculaire en Ligue des Champions

 

Ce dimanche 6 octobre, Metz Handball retrouvait ses belles arènes pour entamer une nouvelle campagne européenne. Avides d’un nouveau Final 4, les Messines avaient pour objectif de bien entamer cette Ligue des Champions avec sérieux et détermination et les vaillants 3 886 spectateurs se sont vus offrir des combinaisons collectives démonstratives. Les Dragonnes n’ont laissé aucune miette à des Croates trop permissives et se sont largement imposées 40 à 26 pour ce premier match de Tour Préliminaire de Ligue des Champions.

Dans l’un des groupes les plus dense de cette édition 2019/2020, l’adversaire croate était peut-être l’adversaire le moins expérimenté avec la présence des dernières 1/2 finalistes de Vipers Kristiansand et des Hongroises du FTC Budapest. Mais il fallait prendre au sérieux un adversaire capable de se créer des occasions avec sa défense très compacte.

 

 

Une première mi-temps rapidement à sens unique

En l’absence de plusieurs joueuses cadres, Metz Handball démarre tout de même avec un 7 de départ quasiment classique : Ivana Kapitanovic, Grâce Zaadi en métronome habituel, Méline Nocandy en position d’arrière gauche, Marie-Hélène Sajka, Astride N’Gouan, Manon Houette et Ailly Luciano.

Les Dragonnes donnent le 1er coup d’envoi de leur nouvelle saison européenne qui s’annonce encore une fois palpitante. Le jeu sur attaque placée se pose tranquillement, les Messines se cherchent avant de créer une opportunité de tir vers Marie-Hélène Sajka qui ouvre le score. Tout un symbole pour la jeune messine qui retrouve l’Europe après 1 an de prêt dans le Sud de la France. Les Croates sont à l’attaque mais se retrouvent face à une défense messine très intense avec une charnière centrale Zaadi/N’Gouan. Derrière, Ivana Kapitanovic termine le travail avec ses placements déstabilisants menant à des tirs très hachés de la part des bras adverses. Ce travail tout en finesse permet à l’attaque messine de repartir rapidement vers l’avant. Grâce Zaadi continue sa distribution vers Astride N’Gouan qui pousse à la faute défensive et obtient un jet de 7m conclu habilement par Marie-Hélène Sajka. Au bout de 3 minutes de jeu et plusieurs tentatives infructueuses, Podravka Vegeta ouvre son compteur avec la talentueuse Tjasa Stanko qui peut commencer à mener l’activité offensive de son équipe. Ce qui donne l’occasion de donner de la voix au petit contingent de supporters Croates ayant fait le déplacement.

 

 

Ensuite, pendant les 15 minutes qui suivent, les 2 équipes essaient de dominer l’adversaire mais elles se heurtent à des gardiennes incisives. Du côté de Metz, nous noterons ce 1er but d’Ailly Luciano après 1 an d’absence en Ligue des Champions. Les solutions se trouvent très souvent avec l’ailière droite Néerlandaise qui ne manque pas une occasion de se faire oublier ou de s’extirper de son vis à vis pour plonger vers le but. Elle qui était incertaine pour ce match en raison d’une blessure, profite finalement de la bonne occasion pour s’illustrer et regagner du temps de jeu en l’absence de Laura Flippes.

 

 

Pendant ce temps-là, Ivana Kapitanovic écœure son ancienne équipe. La gardienne croate poursuit son très bon début de saison sans trembler et permet à ses coéquipières de se sortir de ce faux rythme pour accélérer (5 arrêts sur 8 tirs à 11′). La montée en puissance Messine provoque des gestes à la limite du danger du côté Croate qui commence à tenter le tout pour le tout quand les offensives commencent à manquer de lucidité face au but. Ce soudain ascendant oblige Zlatko Saracevic de poser un premier temps mort. Malheureusement ce dernier ne profite pas à son équipe puisque Emmanuel Mayonnade en profite pour faire rentrer ses deux nouvelles pièces maîtresses. Rapidement très efficaces à l’image d’une Olga Perederiy qui parvient à se dégager des espaces très facilement pour trouver sa cible. Metz déroule et peut se permettre un peu de spectacle avec cette contre-attaque haletante et ce but de Louise Burgaard très désaxé. Les contre-attaques s’enchaînent, les joueuses de Podravka semblent désarmées et n’arrivent plus à lutter.

 

Metz peut partir au vestiaire l’esprit tranquille, l’équipe a suffisamment eu d’impact pour creuser l’écart avec un jeu de transition très propre sans aucune perte de balle. Après 15 minutes accrochées, les Croates ont eu du mal à exister et n’ont trouvé des solutions qu’à de très rares occasions, tant sur le plan offensif que sur le plan défensif (24-13, 30′).

 

 

Une seconde mi-temps détonante et gestion de l’effectif pour travailler des automatismes

Malgré le grand écart, le 7 de départ reste identique à celui du début de rencontre et les Lorraines ne veulent en aucun cas poursuivre ce match en sous-régime. Durant les 7 premières minutes, les championnes de France bloquent la quasi-totalité des tentatives Croates (2 buts en 7′). Au poste de demi centre, Méline Nocandy prend de l’envergure avec une audace sans faille et trouve des intervalles impraticables pour le commun des mortels quand son aînée et capitaine se montre plus redoutable dans sa distribution et ses feintes de passe. Ce binôme a été trop rapide pour la défense 0-6 de Vegeta : « On a eu beaucoup de difficultés avec Grâce Zaadi, on ne pouvait pas l’arrêter, on a essayé une défense en stricte mais ça n’a pas fonctionné. » a plus tard réagi Zlatko Saracevic en conférence de presse.

 

 

Le banc Croate arrive tout de même à proposer quelques fulgurances à l’aile droite ou sur la base arrière gauche avec Dijana Mugosa, Lamprini Stakalou ou encore Tjasa Stanko (seuls secteurs de jeu opérationnels ce dimanche). Ce n’est hélas pas suffisant face à l’intensité émise par Louise Burgaard et consorts.

Cette vivacité continue de faire grimper le score (32-18, 43′) et autorise Emmanuel Mayonnade à puiser dans sa profondeur de banc pour reposer le 7 majeur. Julie Le Blevec rentre sur le terrain suivi de très près par Ilona Di Rocco. La jeunesse messine tente de briller par son engagement mais Di Rocco manque quelque peu d’expérience pour le réalisme aux 9 mètres. Qui peut lui en vouloir quand elle compense avec ses magnifiques prises d’intervalles permettant de provoquer un jet de 7 mètres. Cette gestion de groupe très maîtrisée donne du temps de jeu à Maïssa Maurice et Sarah Bouktit qui honorent leur toute première apparition en équipe 1ère. Malgré l’utilisation éphémère de Bouktit au poste 3 pour défendre, le niveau de jeu baisse en conséquence mais l’essentiel a déjà été effectué dès le début du match (36-24, 56′). Et comme un symbole de ce festival offensif et collectif, le match se termine par un magistral Kung-fu initié par Louise Burgaard et Grâce Zaadi. Une nouvelle complicité qui promet pour la suite.

 

 

Cette 1ère rencontre européenne à domicile avait un parfum de piège avec la venue d’une formation en reconstruction mais une énergie sans équivoque a permis à Metz Handball de poursuivre sa dynamique dominatrice. Une victoire essentielle dans un match impressionnant pour la confiance avant des confrontations qui s’annoncent plus corsées face aux Norvégiennes et aux Hongroises. « On était dans un contexte très complexe avec ces absences, mais celles qui étaient là ont montré qu’elles avaient le niveau parfait pour la Ligue des Champions. On est très contents de ce retour. Les jeunes joueuses ont été très satisfaisantes dans leur engagement et leur envie tout le long de la semaine. C’est l’un des plus beaux matches que j’ai pu disputer avec Metz Handball. » conclut Emmanuel Mayonnade en conférence de presse.

 

Notre joueuse du match : Louise Burgaard

Il a été très complexe de mettre en lumière une seule joueuse tant le collectif entier s’est illustré une nouvelle fois. Mais Louise Burgaard devient une pièce maîtresse de ce groupe et mûrit de match en match. Son jeu se libère, sa serviabilité et sa générosité n’ont d’égale que sa fougue puissante. L’arrière droite a une nouvelle fois épaté le public avec ses prises de risque et ses 8 buts sur 9. Les supporters messins l’ont rapidement adoptée et elle pourrait devenir une joueuse clé pour cette 2ème qualification au Final 4 de Budapest. À l’issue de la rencontre, elle a bien voulu s’entretenir avec nous.

 

LGM: C’est ta première participation à la Champion’s League avec le Metz Handball, qu’as tu pensé de l’accueil du public à cette occasion ?
Louise Burgaard
: Je pense que c’est génial, j’adore cette salle et c’est un bonheur de jouer dans une telle atmosphère avec une équipe aussi fantastique. Ça rend les choses beaucoup plus faciles quand on se sent aussi bien.

LGM: Il y a beaucoup d’attentes qui pèsent sur l’équipe suite à la participation au Final Four l’an passé comment est-ce que tu le vis ?
LB: J’aime ça, c’est en partie une des raisons qui m’a fait venir ici, je veux rêver en grand et y parvenir tout autant que les autres filles de l’équipe. Un de nos grand objectifs est évidement de retourner au Final Four dès cette saison, nous allons faire tout le nécessaire pour que cela se produise.

LGM: La préparation pour ce match a été impactée par les blessures de plusieurs joueuses de l’équipe première. Comment avez-vous fait pour intégrer autant de jeunes joueuses pour un match d’une telle importance ?
LB: Je pense que nous nous sommes très bien préparées en étudiant plusieurs solutions, avec deux pivots, une pivot sur l’aile et en me repositionnant en demi-centre. Nos entraîneurs ont fait un très bon travail pour nous préparer à toutes les situations avant ce match.

LGM: Cela a fonctionné pour toi, puisque tu es la meilleure buteuse du match avec 8 réalisations, comment ton rôle a évolué au sein de cette équipe en comparaison à ce que tu faisais au Danemark ?
LB: Je pense avoir déjà très bien fait évoluer mon jeu depuis que je suis arrivée il y a trois mois. Les choses peuvent être parfois compliquées mais quand on s’entraîne aussi bien qu’ici c’est tout de suite plus facile de performer au haut niveau et de s’adapter aux besoins de l’équipe. Nous sommes sans arrêt opposées à d’excellentes joueuses et c’est ce qui m’aide à grandir. J’adore ce climat compétitif.

Interview réalisée et traduite de l’anglais par nos soins.

 

Statistiques :

Metz Handball :
Ivana Kapitanovic (13 parades sur 39). Grâce Zaadi (4/10) – Astride N’gouan ( 4/5) – Méline Nocandy (4/5) – Manon Houette (1/3) – Ilona Di Rocco (0/3) – Louise Burgaard (8/9) – Marie-Hélène Sajka (6/12) – Marion Maubon (4/4) – Ailly Luciano (5/6) – Julie Le Blevec (1/2) – Olga Perederiy ( 3/3)

HC Podravka Vegeta :
Jovana Risovic (5 parades sur 23) – Magdalena Ecimovic (6 parades sur 29). Ana Turk (1/2) – Korina Karlovcan (0/2) – Selena Milosevic (1/2) – Dejana Milosavljevic (4/9) – Dijana Mugosa (3/6) – Lea Franusic (2/3) – Tjasa Stanko (6/10) – Elena Gjorgjijevska (2/6) – Lamprini Tsakalou (6/11) – Ana Debelic (1/1)

 

Pour la suite de la compétition, les Messines sont attendues face au FTC Rail Cargo Hungaria Dimanche prochain à la Erd Arena, une salle qu’elles n’ont jamais réussi à dompter jusqu’à présent. En championnat, elles retrouveront les Arènes dès Mercredi pour affronter les joueuses de Besançon.

 

Rédaction: Virginie Billa
Crédit photo et interview: Matthieu Henkinet