71015317_908823932817775_4568562210313338880_n.jpg

Lors de la sortie du calendrier nous nous étions focalisés sur le mois d’Août qu’on avait jugé périlleux, à juste titre. L’enthousiasme des deux premières journées et des 4 points pris est vite retombé. Le FC Metz reste sur une longue période sans le moindre point inscrit : un mois sans victoire et beaucoup d’inquiétudes quant à la manière et au jeu proposé.

La situation des deux clubs.

Dire que l’ASSE est dans une situation comparable n’est ni totalement vrai, ni à coté de la plaque. Explications: Au niveau comptable, Sainté est à 5 points, Metz est juste derrière avec 4 points dans la besace. Par contre, dans les hautes sphères stéphanoises ça commence à tanguer sérieusement, non pas qu’à Metz c’est la grande sérénité mais le board est préparé à vivre des périodes compliquées.

Hier, Roland Romeyer, président du directoire de l’ASSE, a convoqué Ghislain Printant pour lui demander de quitter son poste, ce que le technicien stéphanois aurait refusé. Et pendant ce temps là, Jean-Louis Gasset est contacté par Bernard Caïazzo pour un éventuel retour. Eh oui… une direction bicéphale c’est souvent la merde!

L’animation de l’ASSE

Au niveau du plan de jeu ça ne change pas, avec un 4-2-3-1 concocté par Ghislain Printant, qui sera encore sur le banc demain soir. On se rapprochera plus d’un onze de départ comme contre Toulouse que celui qui a pris l’eau dimanche contre Angers avec des joueurs peu fiables à certains postes clés comme en défense centrale avec Kolodciejczak.

Dans ce type d’animation, il faut de la créativité. Elle peut venir, et c’est souvent le cas, par les joueurs de coté, qui par leurs percussions apportent le danger et le déséquilibre. Le problème de Sainté, au delà de cette défense très fébrile derrière son dos, c’est que ses attaquants sont sur courant alternatif, et depuis le début de la saison plutôt scotchés sur le négatif. Boudebouz est souvent utilisé en 10 alors qu’il pourrait apporter une touche technique supplémentaire sur un coté.  Pour le moment c’est trop souvent stéréotypé quand les verts ont la balle.

Ce XI parait le plus cohérent au niveau de l’assise défensive, que Sainté a perdue lors de la déroute contre le SCO Angers de l’explosif Casimir Ninga. On peut s’interroger sur le choix de Ghislain Printant de n’aligner que rarement une vraie pointe, et ce, malgré la présence de Robert Berić et Loïs Diony, ce qui condamne Wahbi Khazri à évoluer seul sur le front de l’attaque, un poste qui ne lui convient visiblement pas parfaitement.

Les joueurs à surveiller

Même si l’attaque des verts n’est pas flamboyante, elle est composée de joueurs de qualité.

Khazri en est le joueur majeur même si son positionnement en 9 ne lui permet pas de s’exprimer pleinement. Il reste un buteur avec une bonne frappe et qui possède un grand pouvoir de percussion balle au pied

Boudebouz moins en vue en ce début de saison, reste une belle gâchette sur coup de pied arrêté , point faible du FC Metz ces derniers matchs. (Sur les 6 derniers buts encaissés, 5 le son sur CPA) .

Le scénario du match

L’ASSE démarre très fort, avec un pressing haut. Le FC Metz courbe l’échine mais ne plie pas. Sans inquiéter Saint-Étienne, les messins essaient de ressortir proprement, mais la vitesse mise dans l’exécution ne permet pas de déséquilibrer le bloc vert. A la mi-temps, aux points, l’équipe du Forez est largement devant avec des grenats qui n’ont été dangereux que sur corner.

En deuxième mi temps, rien de nouveau. Hognon qui est venu se rassurer et ramener le point du nul pour stopper cette spirale négative, fait entrer Ndoram et Fofana à la place de Cohade et Angban. Toujours aucune imagination dans le jeu messin, on compte sur un coup de pied arrêté ou un exploit de Diallo mais rien ne viendra.

Le FC Metz ramène le point du match nul avant de recevoir Toulouse en espérant renouer avec la victoire samedi.