Nantes Atlantique Handball/Metz Handball : Du sérieux dans la cité des Ducs

Après sa première sortie infructueuse à Bucarest, Metz Handball était attendu à Nantes pour disputer la 2ème journée de Championnat. Rapidement dominateur comme la semaine précédente, le Champion de France s’est défait d’un outsider 26 à 35.

“Une grande équipe ne meurt jamais”. Cette citation sera certainement la nouvelle devise de cette équipe jeune mais plein d’entrain. Alors que nous avions pu apercevoir un capital collectif en difficulté face au CSM Bucarest, les Messines n’ont pas tardé à mettre les ingrédients nécessaires pour étouffer un adversaire pourtant renforcé à l’intersaison. Privé de ses deux pivots professionnelles, Nantes a bien eu du mal à exister défensivement. 

Ce match débute en défense avec un 7 de départ plus expérimenté que face à l’OGC Nice. Hatadou Sako débute une nouvelle fois la rencontre après sa très bonne prestation de la semaine passée. 

7 de départ de Nantes Atlantique Handball et de Metz Handball

Hésitantes, les deux équipes se répondent pourtant coup sur coup en tout début de rencontre. Les Dragonnes ne parviennent pas à canaliser l’explosivité et les débordements de Bruna de Paula qui inscrit 3 des 5 premiers buts nantais en à peine 6 minutes. Mais en montrant de la solidarité, les Messines imposent une très grosse défense pour priver les Ligériennes d’espaces et de solutions. Les joueuses de Emmanuel Mayonnade entraînent alors les Roses dans leur piège et accentuent leur avance sur grand espace. L’attaque nantaise se veut trop imprévisible pour ne pas se laisser dépasser par un Metz Handball qui a préservé un rythme européen et oblige Guillaume Saurina à poser son premier temps mort (7-11, 15′). Cette pause semble salvatrice pour les nouvelles coéquipières de Marion Maubon qui profitent des quelques précipitations et relances approximatives pour ne plus se laisser distancer (10-12, 20′). Mais piquées dans leur orgueil, les Dragonnes resserrent de nouveau leur défense et provoquent une totale perte de contrôle de la part des Roses qui ne parviennent plus à traverser les 9m mosellans sans mauvaise passe. L’engagement de Louise Burgaard et de ses coéquipières leur permet de creuser un écart considérable avant de rejoindre le vestiaire (11-20, 30′).

Protégées par cette avance de 9 buts, les Lorraines lâchent du leste sans pour autant être inquiétées une seule seconde, malgré l’activité offensive de Bruna de Paula. Par son impétuosité et l’audace qu’on lui connait, elle maintient son équipe en-dessous de la barre symbolique des 10 buts. Mais les Messines temporisent toute la seconde mi-temps, la défense nantaise continue de se heurter à la tactique Mayonnade, ne s’oriente pas suffisamment sur le ballon et subit de plein fouet la vitesse d’exécution de des soeurs Kanor, de Louise Burgaard et de Olga Perederiy. Le rouleau compresseur poursuit son travail en dynamisant la circulation de balle sur une attaque placée qui progresse au fil des rencontres. Porté par de nouveaux objectifs, Emmanuel Mayonnade fait confiance à l’entièreté de son jeune groupe qui apporte à sa manière dans tous les secteurs de jeu. Malgré une combativité sans faille, Nantes n’a jamais su comment exister et a montré un manque de vécu collectif et de spontanéité. A la fin du temps réglementaire, Metz Handball a laissé un message fort à ses futurs adversaires. Le multiple champion de France est bel et bien encore présent avec des recrues qui semblent peu à peu s’insérer dans cette équipe.

Statistiques : 

Nantes Atlantique Handball : Floriane André (5 parades/15), Adrianna Placzek (9/33). Bruna de Paula (8 buts sur 14 tirs), Nathalie Hagman (2/4), Camille Ayglon-Saurina (3/6), Blandine Dancette (3/3), Charlotte Kieffer, Orlane Ahanda (1/2), Gordana Mitrovic, Déborah Kpodar (5/11), Marion Maubon (2/3), Justine Godet, Lotte Grigel (2/4), Dyénéba Scylla (0/1). 

Metz Handball : Ivana Kapitanovic (3 parades sur 11 tirs), Hatadou Sako (7/25). Camila Micijevic (3 buts sur 5 tirs), Méline Nocandy (0/3), Debbie Bont (2/2), Tjasa Stanko (3/3), Orlane Kanor (5/7), Louise Burgaard (4/6), Laura Kanor (4/4), Marie-Hélène Sajka (2/6), Sarah Bouktit (1/2), Maud-Eva Copy (4/5), Olga Perederiy (6/7), Melvine Deba (1/2).

Crédit photo : Surf’up prod.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *