Une rentrée tout en domination pour Metz Handball

En survolant la rencontre, les Dragonnes offrent à leur public une très large victoire dans les règles de l’art (37-22). En ouverture de la saison, Metz Handball n’a laissé aucun espoir à un OGC Nice Handball très vite dépassé face à un collectif déjà très soudé et impressionnant. 

Un collectif prometteur

Elles restaient sur un 1/4 de finale de Coupe de France maîtrisé, elles retrouvaient le chemin des Arènes comme si l’intersaison mouvementé n’avais jamais existé, 6 mois plus tard. L’ironie aura voulu que les Messines entament ce championnat par une écurie qui les attendait avant… l’annulation de la saison 2019/2020.

A l’approche de ce match, nous pouvions craindre la présence de difficultés liées à une préparation tronquée et un manque de rythme certain, malgré les ambitions affichées par le banc messin. Ce mercredi, Emmanuel Mayonnade se présentait avec un ambitieux 7 de départ : Hatadou Sako (gardienne), Melvine Deba (aile droite), Méline Nocandy (demi-centre), Astride N’Gouan (pivot), Camila Micijevic (arrière gauche) et Laura Kanor (aile gauche). La titularisation de 4 recrues dès le premier match lançait un message fort aux adversaires : le technicien girondin ne compte pas s’asseoir sur ses certitudes et s’installer dans une zone de confort avec ses anciennes joueuses. Preuve en est avec un jeu qui semblait tourner autour de la nouvelle arrière gauche croate. Malheureusement, sa première tentative se heurte à Marija Colic qui permet à sa capitaine Ehsan Abdelmalek de trouver la pivot Marie Fall pour ouvrir le compteur des Niçoises, et de ce nouveau championnat. Le jeu messin se veut hésitant, naïf et moins tranchant que celui des adversaires qui mettent en place un plan défensif impénétrable. Les Dragonnes ont l’obligation de forcer leurs tentatives et échouent face au but malgré un décalage intelligent à l’aile droite pour servir Melvine Deba, possédant pourtant une position de tir favorable. Cependant, une très bonne attitude en défense offre une nouvelle possibilité aux Messines de recoller au score et éviter un break d’entrée. De l’autre coté du terrain, Camila Micijevic donne le ton par son tir puissant en pleine lucarne. Dès lors, le visage des joueuses locales n’est plus le même. Durant quelques instants, les deux équipes s’accrochent et restent au contact. Aucune tendance ne se dégage dans les deux camps, le spectacle est au rendez-vous avec un véritable mano à mano entre le champion et vice-champion de France en titre. Mais plutôt discrète jusqu’alors, Hatadou Sako se met en confiance avec 3 parades, dont un jet de 7 m, en à peine 4 minutes (13 arrêts sur 21 tentatives à la pause). Très vite, les Lorraines prennent les rênes du débat dépassant ainsi les Niçoises à la fois tactiquement et techniquement par un écart minimum de 5-0 qui ne sera jamais rattrapé par les concurrentes du soir. A partir de la 8ème minute, Emmanuel Mayonnade impose sa patte avec de nouvelles variantes de jeu. Habitué à un jeu de transition sur grand espace, le public a pu voir une très nette évolution sur attaque placée grâce à une offensive poussée vers les ailes et les pivots pour créer un problème de répartition et déstabiliser les postes 3, la charnière centrale. Solides et collectives, les coéquipières de Astride N’Gouan sont toutes mises en valeur, à l’image d’une Laura Kanor très précieuse et remarquable de maturité. Cette maîtrise impressionnante leur permet de prendre le large avant de rejoindre le vestiaire (17-7, 30′).

Une seconde mi-temps sans relâchement

Le comportement conquérant des Dragonnes n’est pas resté au vestiaire comme nous pouvions le voir, inconsciemment, les saisons précédentes. C’est avec sérieux que les joueuses de Emmanuel Mayonnade poursuivent leur festival et trompent une défense niçoise bien trop permissive. Elles dominent la rencontre, ne laissent aucun espace aux opposantes avec une rapide adaptation des recrues qui reprennent à leur compte les anciennes habitudes, à savoir un jeu rapide sur contre-attaque, bien trop rapide pour l’équipe de Marjan Kolev qui vit une grande désillusion. De fait, les défenses enchaînent l’irrégularité, poussant certaines filles à perdre possession de leurs moyens et toute attention devant la circulation de balle. Malgré une certaine efficacité offensive, Debbie Bont devient malléable à son poste 1, laissant de larges intervalles à Nice qui ne peut, cependant recoller au score. La partie devient moins fluide des deux côtés du terrain et les esprits s’échauffent avant un temps-mort salvateur de Emmanuel Mayonnade qui permet de temporiser ses troupes à la 55ème minute. Une dernière interception de Maud-Eva Copy offre à Metz un avantage de 15 buts et la 1ère place au classement devant le… Brest Bretagne Handball. Partition parfaite qui met en confiance avant un déplacement périlleux à Bucarest.

Statistiques

Metz Handball :
Ivana Kapitanovic (4 parades sur 18) – Hatadou Sako (13/21, 2sp).
Camila Micijevic (3 buts sur 5 tentatives), Astride N’Gouan (2/3), Méline Nocandy (5/6), Debbie Bont (2/3), Tjasa Stanko (1/2), Orlane Kanor (3/3), Louise Burgaard (3/3), Laura Kanor (4/4), Marie-Hélène Sajka (5/6), Maud-Eva Copy (3/5), Olga Perederiy (2/3), Melvine Deba (4/5)

OGC Nice Handball :
Lucie Satrapova (4 parades sur 11 tentatives) – Marija Colic (2/32).
Diénaba Sy (1 buts sur 2 tentatives), Mélissa Agathe (5/10), Marija Janjic (2/4), Djazz Chambertin (0/1), Marie Prouvensier (5/6), Kimberley Bouchard (0/1), Noémie Lachaud, Barbara Moretto (2/8), Marie Fall (4/4), Martina Skolkova (1/4), Ehsan Abdelmalek (2/4)

Crédit photo : Matthieu Henkinet