Le débrief de Junior : Strasbourg-Metz, Ligue 1 is back !

hognon laurey

« Castagne, tacles à la gorge, intensité, pluie battante, climatisation… Pas de doute, la Ligue 1 est bien de retour ! C’était Junior pour BeIN Sports.

Ok coupez elle était parfaite ! »

 

Roh oui bon ça va laisse moi m’y croire, bien sûr que je bosse pas chez les qataris ou pour toute autre chaîne de sport payante. Et non faire 2-3 news sur des sports mineurs me donne pas la prétention d’être le nouveau Angelo Salami ou Rémi à l’usine.

D’ailleurs ça fait longtemps que j’avais pas fait un débrief pur et dur sur un bon vieux match de foot (oui bon mon débrief sur le foot féminin ça compte pas hein, not a sport), peut-être parce que c’est le premier de la saison aussi espèce de débile.

Enfin bref, pour l’occasion je vais donner la parole à mon n…. mon prête-plume Théo (non c’est pas le même que #JeSuisThéo), qui a fait le déplacement à Strasbourg ce dimanche avec la Horda. (A LIRE A PART ICI)

Je vais, pour ma part, parler ballon.

 

L’avant-match

 

Le prix Trashtalk du jour revient à notre ancienne gloire Ludovic Obraniak qui utilise le montage de l’ami Symphorien57 pour rappeler à l’infâme journalope Gilbert Grivois, le sous-homme qui fait les pipes et le café chez RMC, que LE GRAND EST EST GRENAT ET IL LE RESTERA.

obraniak twitter

Côté terrain, Vincenzo Hognon et son CHARISME ANIMAL nous a concocté un 4-3-3 dégoulinant de peur et de pisse avec pour seul milieu créateur Cap’tain Cohade et ses 34 printemps.

compo rcsa fcm

A noter les présences des recrues : Centonze à droite et un milieu de terrain solidifié par Maïga et N’Doram, dont la choucroute sur la tête est de circonstance pour jouer en Alsace.

Petite surprise en défense centrale avec la présence du Roc de Bamako, Mamadou Fofana, auteur d’une bonne préparation qui supplante l’expérimenté John Boys Boys Boys.

Les inespérables Boulaya Nguette Diallo sont quant à eux alignés sur le front de l’attaque.

Ce match marque le retour d’Alexandre Oukidja à la Meinau, bien chahuté par les cigognes, malgré le soutien de son copain autiste Dimitri Liénard.

 

Le match

 

Cette saison démarre bien mal pour nos Grenats, ce qui était prévisible… Les Alsachiens, qui ont déjà repris la compétition fin juillet avec les tours préliminaires de Ligue Europa, imposent d’entrée leur tempo et privent Metz de ballons.

La punition ne se fait pas attendre quand Adrien Thomasson of bitch profite d’une défense messine apathique pour aller faire trembler les filets d’Alexandre Oukidja. 1-0

Et là on se dit « et merde, c’est reparti comme en l’an 40… »

 

Les vieux démons s’emparent encore du FC Metz et le pessimisme traditionnel revient du côté des supporters.

tortue trisomique
Je vous l’avais dit Strasbourg c’est trop fort pour nous, on va prendre 3-0 et redescendre aussi vite qu’on est montés !

 

Le Racing Club Choucroute croit même doubler la mise à la 36ème minute mais Liénard est largement hors-jeu et s’en rend compte seulement après plusieurs secondes.

dimitri lienard
Groumph moi pas but car hors-jeu ? Pourtan moi avoir chambré parcage sur premier but. Groumph oreilles j’enten po

On te reverra au match retour petite merde, profite de tes jambes, c’est pas le cas de tous tes coéquipiers.

Et oui… La seule éclaircie dans ce début de match est le tacle made in derby de Toto Delaine sur le Fofana nul de l’équipe en face, qui doit sortir sur blessure.

 

Les Grenats rentrent aux vestiaires menés 1-0, fort logiquement.

 

Et là contre toute attente, la magie opère, le CHARISME ANIMAL de Vincent Hognon fait son effet et les Grenats reviennent sur la pelouse le couteau entre les dents.

Dès la reprise, les partenaires de Renaud Cohade sont transfigurés, désinhibés, comme s’il avaient enfin pris la mesure de la Ligain.

Ce même Renaud Cohade, à l’origine du but grâce à une récupération hargneuse au milieu qui va donner le cuir à Opa Nguette, qui sert avec style Sweet Sweet Habib Diallo. Ce dernier, placé astucieusement entre les golgoths (et non les gogoles, quoique) strasbourgeois, profite de son premier ballon exploitable du match pour trouer les filets de Matz Sperme, le gardien spermatozoïde trisomique belgo-alsacien. 1-1

La clim est installée !

clim

 

Coup de chance ? Que nenni ! Les messins dominent de la tête et des épaules cette seconde période pluvieuse mais heureuse, profitant de la fatigue des cigognes pour hausser encore l’intensité du match.

Les hommes de Pep Hognon auraient même très bien pu l’emporter dans le money time mais la frappe puissante de Zlatan Ibrahima Niane glisse sur les gants visqueux de Matz Sperme et meurt sur le poteau. Beaucoup de réussite pour le gardien alsacien.

 

Le match se termine finalement sur un score logique de 1-1.

Belle réaction de nos soldats qui nous ont montré qu’ils pouvaient jouer en Ligue 1. On espère revoir cette seconde mi-temps, pleine d’envie, de cœur et de courage le plus souvent possible. Le symbole de cette hargne n’est autre qu’Habib oh Maïgod, omniprésent à la récupération, alors qu’on pouvait penser qu’un Marvin Gakpac serait plus sexy pour organiser le jeu.

Quoiqu’il en soit, cela fait un nouveau derby de l’Est qui se conclue par un autre résultat qu’une victoire du rcsA, ça commence à faire long hein ? Vous la sentez la frustration longue de 12 ans ? Pourtant les racingmen avaient tout fait pour gagner ce match grâce au hashtag « #MetzOnTEncule » sur Twitter, insuffisant pour la différence sur le terrain. Les tweets confiants se sont traduits en pleurs post-match sur les réseaux sociaux. Un comble pour des gens supportant une équipe de Thierry Laurey, adepte du football rustique et rugueux.

On vous attend au match retour bande de putes.

hognon bring it bitch

Prochain rendez-vous pour nous samedi prochain contre Monaco, qui eux aussi jouaient contre des adorateurs du bras droit tendu, mais se sont lourdement inclinés 3-0, contre l’Olympique Lyonnais.

Saint-Symphorien retrouve donc la Ligue 1, avec une tribune en moins, mais on l’espère avec une ambiance de feu.

It’s gonna be special…

 

La suite, au prochain numéro.

Junior