Winter is here – L’humeur de Fox Mulder

L’hiver s’est installé ce dimanche à Metz. 
Un dimanche bien froid, qui rappelle les combos « Stade 2 – Maguy – Benny Hill » des années 80.

ARTICLE -18 ANS
Ces dimanches où tu sais que le lendemain tu reprends l’école, et où t’as juste envie de te foutre sous la couette pour pleurer avec ta boule dans le ventre.


Mais pas le temps pour la dépression, car il y avait du football à Saint Symphorien.
Du bon football entre le dernier et l’avant dernier du meilleur championnat du monde.



Marcelo Bielsa est arrivé du Nord en conquérant sur les terres de Moselle avec ses marcheurs blancs, avec l’espoir de gagner et sauver sa peau.


Nous de notre côté, on a sorti les petites couvertures en tribune, et le café et le thé à la menthe ont réchauffé nos petits cœurs meurtris pour ce terrible combat entre les forces du mal et les faiblesses du bien.
La guerre s’annonçait terrible, pendant que la nuit tombait sur Saint Symphorien.
 crédit photo @Cedric_HftT  qui nous a autorisé à utiliser sa photo. (N’est-ce pas Culture Grenat ?)
 
Honnêtement, j’dois bien avouer qu’en arrivant au stade, j’y croyais.
J’ai même joué Metz gagnant sur ma grille Loto foot.
Comment ça je suis un couillon ? C’est toi le couillon, parce que le jour où on va gagner, et bin… 
Non rien.

Bref, arrivé au stade, confiant, je prends vite connaissance de la compo.
Hantz Solo nous a concocté un onze somme toute classique, mais avec ce petit quelque chose qui te donne de l’espoir.



17h, coup d’envoi fictif donné par un ptit bonhomme, à qui tout le stade a envoyé force et courage. Sans doute le meilleur moment de l’après-midi. Force à toi mec…

17h02, On était prêt.
Eux l’étaient aussi, et bon Dieu ce n’est pas peu dire.
Les 45 premières minutes sont passées à une vitesse folle, mais nos messins n’ont pas été récompensés pour leurs efforts.
L’intensité promise par le nouveau coach était bien au rendez-vous. Rarement depuis le début de saison on avait vu le bloc grenat aussi haut et aussi resserré. 
C’était surréel. 
(Qu’est-ce qu’ils ont mis dans mon café?)
Ça combinait et surtout ça récupérait haut et avec ardeur le ballon, l’âme d’Ahmed Kashi semblait flotter sur la pelouse…
J’en profite pour déclarer ma flamme à mon Inca préféré, Geronimo Xipe-Topec Poblete, pour l’ensemble de son œuvre depuis le début du championnat et en particulier pour ses moitiés de matchs depuis quelques semaines. T’es beau comme le Machu Picchu, et tu me fais rêver. (Ta gueule, toi le puriste, je sais que c’est pas en Argentine.). Le jour où tu tiendras 90mn sur le même rythme et que tu seras mieux entouré, tu feras véritablement chavirer mon cœur…


Et soudain… c’est le drame.
Pépé s’écroule.
Penalty pour « une faute » de Djo Riv qui jusque là avait été irréprochable.



T’en fais pas Djo, personne ne t’en tiendra rigueur, car tu es sans doute un des derniers à représenter l’âme du FC Metz. Et je plaisante même pas ! 

Et nous voilà donc à la mi-temps avec une olive dans le fion. Une fois de plus…

A partir de là, inutile de vous faire un dessin, tout est parti en couilles. Comme à chaque fois.
L’arbitrage bien évidemment, même si on ne peut pas tout le temps se retrancher derrière le niveau affligeant des arbitres français, faut quand même avouer que ce sont tous pour la plupart de bons gros enculés comme le dit la chanson.

D’ailleurs, l’image forte de ce constat, c’est à la 71e minute de jeu, quand Bahlouli sort et n’oublie pas de remercier ouvertement son copain Jérôme qui refusa quelques minutes plus tôt de lui donner son 2ème carton jaune.


Il y a fort à parier que ce cher arbitre avait du sang Targaryen dans les veines, et qu’il a vu en Farès son Kahl Drogo.
Jérôme Brisard et Farès Bahlouli ce soir en rentrant à la maison…


Quoi d’autre?

Les sifflets à la sortie d’Opa grandpa style. 
Je peux pas ça, désolé. 
Même si  encore une fois, vous avez raison, il est pas au niveau, et il est même complètement cramé avec sa charrette dans le dos, mais putain non, arrêtez de tirer sur l’ambulance. Il donne ce qu’il peut, et c’est pas en le sifflant comme des connards que vous êtes, que le type va y arriver et prendre confiance.  Alors stop! Please !

On s’en est pris 3. Voilà.
Que dire de plus?
Que Philippe Hinschberger n’aurait pas fait mieux ? Sans doute pas. 
Que c’est complètement incompréhensible de faire une aussi belle première mi-temps et de perdre tout contrôle du match à cause de faits de jeu.

Tiens, en parlant de Philou, on attend toujours un ptit mot de la cellule de comm’ pour le remercier pour ses 2 ans au club. Parce que le virer comme un chien sans même un merci… mama mia mais vous êtes des tarés sérieux…Vous avez quoi dans le crâne ? Aucun respect, ça on le savait, pour nous supporters, mais sans déconner pour ce bon vieux Philippe, vous auriez pu faire un effort pour ne pas vous comporter comme des merdes encore une fois. Pouha, j’ai même pas les mots. Bande de saloperies que vous êtes.
Les chants de la Horda remerciant Serin avec ironie sont à mon goût presque trop tendres. Faudrait peut-être voir à hausser le ton de ce côté là.

Y a des images qui restent en tête et qui te marquent quand t’es supporter depuis plus d’un quart de siècle du club la croix de Lorraine… 
Ce soir par exemple j’ai vu des ultras retirer leur bâche au 3ème but, et le stade se vider.
Paraît même que la Horda et le Gruppa, main dans la main, ont tenté d’aller voir les joueurs à la sortie pour leur expliquer leur ressentis.
Si ça c’est pas annonciateur de la fin du monde…
« Sacrifices humains, chiens et chats couchant ensemble, hystérie collective » (Dr. Peter Venkman)

Un de nos envoyés spéciaux m’a envoyé ce message tout à l’heure : « Après-match tendu, Tribune Ouest et EST se sont réunies devant les grilles du parking des joueurs. Le club a accepté que 4-5 membres aillent dans les vestiaires pour y rencontrer les joueurs sauf, qu’apparemment seulement Rivierez aurait eu le courage de venir. Pour la centaine de supp’ qui attendaient dehors dans le froid, RIEN, aucun joueur ou dirigeant n’est venu et tout le monde est reparti énervé à 20h30 !! »

C’est la merde hein…
Et ça ne fait que commencer.
Rendez-vous prochainement, après une trêve internationale dont tout le monde se moque, pour la suite de cette saison cauchemardesque. Je suis certain qu’on peut encore faire pire.
Vivement le mercato qu’on achète Diabaté…

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *