Monaco c’est même pas la France… – L’humeur de Fox Mulder

Bon alors je vous préviens, je suis vraiment pas d’humeur.

Ça ne vaut vraiment pas le coup de s’épancher une heure sur ce match.
Donc ce sera rapide, concis, et un peu grossier par moment.

Pourquoi?

Quelle fin de weekend de merde… 
Elle avait pourtant bien commencé cette journée.
On comptait les heures avant le match au sommet.

On regardait le soleil illuminer la plaine, heureux, insouciants qu’on était.

Le stade communal de Monaco n’était pas plein, loin s’en faut, les 15 « ultras » rouges et blancs allaient avoir du mal à rivaliser face au J9 de la Horda venu supporter les grenats. (Bravo à vous!).
Certains prédisaient même avec candeur et impertinence, l’exploit chez les stars de la principauté.
« Gneugneugneu on va les poutrer! »

C’est pas faute de vous avoir dit de vous calmer bande d’abrutis!

Je dis pas qu’il fallait pas y aller avec les cojones dans la brouette, parce qu’évidemment il y avait des motifs d’encouragement et une dose de confiance retrouvée après cette démonstration mercredi face aux verts.

Mais quand on vous dit qu’il faut pas jouer les fiers sur les réseaux sociaux bande de gros débiles que vous êtes, avec vos « jour de grenatada », « victoire sur le rocher » et autres « machin va enflammer Louis II ».
Machin il a rien enflammé du tout et toi tu nous a porté l’œil.

L’équipe de Pep Hantz était donc partie pour montrer à la France du foot qu’on peut être dernier de ligue 1 et se taper les équipes de haut de tableau.
Saxe conflants, bannière au vent!

C’était bien sûr sans compter sur la fils de puterie du karma qui nous l’a une nouvelle fois mise bien profonde.
Sans fleurs ni préliminaires.

Aujourd’hui on a enfin retrouvé le FC Metz que l’on connaît, la ligue 1 Conforama qu’on adore.
3-1, la victoire monégasque ne souffre d’aucune protestation.

Si ce n’est qu’on perd notre bon roi Dossevi à la 12ème minute sur blessure, que l’arbitrage maison de monsieur Lesage a été scandaleusement nul, avec comme point culminant une expulsion compulsive de Gian-Eiji Buffon à la 50ème minute de jeu, et cerise sur le gâteau les commentaires de Bruno Cheyrou et sa ptite copine ont été les plus insupportables qu’il m’ait été donné d’entendre depuis des lustres.

« Oh mais que c’est bien joué de la part du joueur monégasque, quel talent chez ces joueurs, que vous êtes beaux mes ptits monégasques, fais-moi l’amour Jardim je t’en prie!!! »

On se serait cru dans « secret d’histoire »…

Mes brûlures d’estomac n’en demandaient pas tant, et le calvaire fût à la hauteur des espérances.
On a failli tenir une mi-temps, mais bien sûr on se prend un but de l’espace dans les arrêts de jeu.
Jorge profonde nous envoie au purgatoire avant le retour aux vestiaires, d’une frappe limpide en dehors de la surface après un arrêt pourtant magique de notre Godzilla préféré.

Des fois qu’on ose revenir à la marque, et surtout pour calmer les rares ardeurs des messins, monsieur l’arbitre, enculé de son état, décidait donc d’exclure Eiji suite à une sortie kungfu sur Diakhaby. Il ne le touche évidemment pas, mais l’occasion est trop grande pour ne pas sortir un rouge.
On finira donc à 10, histoire que Rachid Gewurst puisse crucifier Beubeunardo d’un but somptueux et annihile nos espérances.
A ce moment précis, les commentateurs de beIN ne peuvent retenir leur joie et commencent à se toucher le sifflet mutuellement.

A la 72ème minute de jeu, Farid Boulaya, nouvelle égérie des grenats, aka le Ronaldo algérien, rentre en jeu pour distribuer des loukoums.
A peine une minute sur le terrain que son corner millimétré vient frapper la tête maraboutée de Zlatan Ibrahima Niane, qui transperce les filets monégasque.
C’est toute l’Afrique qui s’est levée sur ce missile balistique.
Niaaaaaaaaaane!!!! Niaaaaaaaaane!!!! Niane Niane Niane Niane !!!!!

La condescendance est à son paroxysme dans la cabine des commentateurs…
« Tout peut arriver dans le football… (rires étouffés) »
« Vont-ils faire une grenatada…? (rires étouffés) »

Et ta mère la grosse pute?

Un je ne sais quoi nous poussait pourtant à y croire encore un peu…
Mais fort heureusement, à la 81ème minute Lopes (encore un) tuait le match et anéantissait nos minces espoirs de revenir avec un point à Metz.

Scène de joie dans la cabine de presse :

Franchement? Allez tous vous faire foutre, vraiment.
Monégasques, journalistes parisiens, joueurs portugais, brésiliens, avec vos millions et vos paradis fiscaux, je vous déteste, je vous conchie.

Pour reprendre les mots d’un célèbre twittos messin : « Et qu’est-ce que vient foutre Monaco dans le championnat de France aussi ? Ils peuvent pas créer un championnat avec leur 37.000 habitant$ ? Qu’on nous rende nos 6 pts, bande d’escrocs!!

Du coup, mercredi y a match contre Tours en coupe, va pas falloir perdre encore un soldat parce que là niveau infirmerie, ça commence à puer sévèrement du cul.
Si on veut faire bonne figure contre super Mario samedi prochain, il faudra être un peu plus concentrés et plus vénères que ce soir.

Parce que là on a pris cher.
Et surtout retrouver notre football, parce que sans Dossevi, ça sent quand même un peu la chiasse.
On en a gros. Très gros.

2 commentaires

  1. Hey Fox !

    Humeur aérienne comme d’habitude et très plaisante à lire dans ce monde consensuel …

    Plus prosaïquement chef Fox, défaite gratuité car les 4 équipes au-dessus ont perdu aussi. Et oas contre un haut de tableau 😇

    Joel

  2. Merci pour ton commentaire une nouvelle fois Seigneur Joel !
    Au delà de la défaite logique, c’est surtout la manière et les forces qu’on y laisse qui me désespèrent…

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *