Metz Handball-Vipers Kristiansand : Du mordant face aux vipères !

« Beaucoup d’engagement et de générosité ». C’est avec les mots de Emmanuel Mayonnade en conférence de presse que nous pouvons résumer cette rencontre. La 14ème en à peine deux mois. Mais rien, ni personne n’aurait pu croire à la surcharge de travail tant les Dragonnes ont montré un visage conquérant ce dimanche soir. Devant 4 066 spectateurs survoltés, les Messines ont dominé les Norvégiennes du Vipers Kristiansand (26-17) et s’envolent vers un 4ème Tour principal consécutif. 

L’avant-match était on ne peut plus incertain. Des échéances qui s’accumulent, une infirmerie qui s’agrandit (entorse de la cheville pour Méline Nocandy) mais surtout deux sorties extrêmement frustrantes contre Vipers Kristiansand et le Brest Bretagne Handball où elles avaient pu manquer de lucidité sur les fins de match. Tous les doutes étaient permis dans les rangs messins avant l’entame de cette rencontre. Face à cette équipe Norvégienne qui leur ressemble en de nombreux points, les Messines avaient à cœur de reprendre leur marche en avant pour retrouver l’ADN qui les compose. Ce dimanche soir, il fallait faire preuve de caractère pour aller chercher une qualification au tour principal.

 

 

Des débats équilibrés malgré un début de match éblouissant

Sous les regards attentifs de Laura Glauser et Méline Nocandy, Metz Handball débute en défense avec Marion Maubon, Grâce Zaadi, Orlane Kanor, Olga Perederiy, Louise Burgaard, Jurswailly Luciano et Ivana Kapitanovic. Le coup d’envoi donné par Vipers aurait pu permettre aux visiteuses de mener rapidement mais le ballon se  retrouve pour la première fois dans les mains d’Ivana Kapitanovic. Luciano peut alors engager les hostilités après un bon décalage de ses coéquipières. La Néerlandaise s’illustre une deuxième fois grâce à la vision de jeu lucide d’Astride N’Gouan et son interception sur l’attaque placée de Vipers Kristiansand. Les Messines font le break d’entrée avec un plan de jeu qui commence à se dégager. Souvent oubliées ces derniers temps, les ailes reprennent l’ascendant pour tromper la défense adverse. Pendant 4 longues minutes, les joueuses adverses n’arrivent à trouver aucune faille dans une défense très resserrée, les Messines peuvent exprimer leur jeu rapide sur contre-attaque (4-0, 5′). Sur le terrain, nous voyons beaucoup d’envie et de rythme pour empêcher les Norvégiennes d’ouvrir le score. Les fautes défensives et offensives pleuvent mais les Dragonnes n’en profitent pas pour creuser un peu plus l’écart. Moins réalistes devant les buts depuis la 5ème minute, elles ne concrétisent pas 3 actions consécutives sans pour autant se mettre en danger. Vipers en profite cependant pour ouvrir son compteur au bout de la… 7ème minute avec un but de Silje Waade. 5 minutes après le dernier but local, Ailly Luciano ajuste son tir pour redémarrer des rouages qui commençaient à rouiller. Mais les Vipers trouvent enfin des failles dans la défense messine coup sur coup (Artzen et Loke) pour réduire un écart qui pouvait devenir bien trop important. Finalement, il faut attendre la douzième minute pour réveiller la dynamique de l’opposition. L’engagement physique devient intense de part et d’autre du terrain, les exclusions affluent à cause des défenses de plus en plus agressives, les compteurs ont du mal à décoller. Pour pallier ce manque offensif, Ivana Kapitanovic fait des arrêts très déterminants pour la suite du match. L’ambiance s’échaude et on constate trop de précipitations devant les buts, les Norvégiennes  de leur côté grignotent et réduisent l’écart comme elles ont su le faire au match aller. Les Messines rentrent malgré tout au vestiaires avec un avantage de 2 buts après un échec de Louise Burgaard sur un jet franc qui trouve le portant (12-10).

 

 

Une immense prestation défensive avec une Ivana Kapitanovic stratosphérique

Le retour des vestiaires se veut très compliqué pour le banc Messin qui se fait punir pour plusieurs fautes techniques et pêche par manque de concentration. Les Mosellanes s’installent dans un faux rythme et ne trouvent plus aucune solution avec des ballons qui croisent très souvent les poteaux. Très vite, les adversaires en profitent pour dominer ce début de seconde mi-temps et prennent les devants à partir de la 33ème minute (12-13). A partir de là, nous pouvions craindre un nouveau scénario similaire aux précédentes confrontations. Que nenni. A aucun moment la panique ne s’est fait ressentir sur le gerflor. Les Dragonnes ont su poser à nouveau leur jeu après ces pertes de ballons problématiques et les voilà une fois de plus devant au score après une entrée d’ailière magistrale de Manon Houette en 1 contre 1 et un nouveau but de Ailly Luciano (14-13, 35′). L’influence norvégienne n’aura finalement duré que quelques minutes. « Nous avons gardé la tête froide, nous avons continué à défendre, sans paniquer. Nous sommes restées fortes et stables. » expliquera plus tard la capitaine messine en conférence de presse. La confrontation reste très équilibrée avec une attaque qui n’est pas très en verve. A partir de la 45ème minute, les Jaune et Bleu accélèrent et retrouvent cette beauté de jeu collectif qui les anime devant une salle qui exulte. Derrière, Ivana reste infranchissable pendant les quinze dernières minutes et n’encaisse que 7 buts dans cette fin de match incroyable. Portée par le public, la portière Croate a retrouvé ses sensations de début de saison, elle qui était mise en difficulté par sa défense trop lisse depuis un certain temps. Malgré leur très grande avance, les Messines ne relâchent pas en emmenant les Vipers à la faute pour chercher les jets de 7m. Ce qui ne s’avère pas être pas leur meilleur exercice de la soirée mais cela reste certainement l’un des rares points noirs d’un match discipliné à défense très collective.

 

 

Dans une rencontre à haute intensité défensive, Metz Handball a rapidement rebondi après son premier revers de la saison à Brest. Malgré quelques imperfections, les Messines ont su rapidement éteindre l’efficacité offensive de Vipers Kristiansand, élément qui leur avait fait défaut il y a deux semaines de ça. La base arrière a été moins réaliste devant le but qu’habituellement mais elle a guidé la physionomie du jeu messin, permettant de développer un jeu plus poussé vers les ailes, comme l’explique Orlane Kanor dans notre interview. Cette victoire permet à Metz de prendre le large dans un groupe très dense et de négocier au mieux la suite de la compétition.
Un premier objectif a été atteint avec cette qualification mais il y a encore beaucoup à accomplir, Grâce Zaadi le rappelle si bien :  » il va falloir chercher les 4 points à Koprinivca et contre Budapest car les matchs du tour principal ne seront pas simples. Il est important d’arriver en bonne position. »

 

 

La joueuse du match : Ivana Kapitanovic

Elle qui alterne les hauts et les bas dernièrement, avec un temps de jeu proche du 100% qui nous faisait craindre une surcharge lors de la rédaction de notre Avant Match, vient de nous démontrer une nouvelle fois la qualité de son jeu. Avec une performance de très haut niveau, elle a fait chanter son nom aux plus de 4000 supporters présents à de nombreuses reprises, allant jusqu’à se transformer un muraille aux moments les plus importants de la seconde mi temps.
Ses 14 arrêts sur les 31 tirs envoyés par Vipers dans sa direction ont grandement aidé le Metz Handball à atteindre la victoire convaincante qu’il fallait au collectif après une « série » de deux matchs moins bons qu’à l’accoutumée. La bonne forme de la portière messine est évidement la clé de voûte du collectif Messin actuellement et nous continuerons de suivre ses prestations en championnat comme en Ligue des Champions à la loupe.

A l’issue du match, elle s’est empressée de rejoindre Laura Glauser pour lui dédier sa réussite du soir. La Française, malgré ses béquilles a en effet assisté au match depuis le bord du terrain, juste derrière le banc messin pour être précis, afin de ne rien louper de la prestation de ses coéquipières. En compagnie de Meline Nocandy elles ont par ailleurs pu recueillir des accolades qui prouveront aux éventuels sceptiques que les Dragonnes sont extrêmement soudées.

 

Les statistiques du match

Metz Handball
Ivana Kapitanovic (14 arrêts sur 31 tirs)
Grâce Zaadi (3/9), Laura Flippes (1/1), Astride N’Gouan (3/3), Manon Houette (4/5), Orlane Kanor (3/7), Louise Burgaard (2/7), Marie Helene Sajka (3/8), Jurswailly Luciano (7/8)

 

Vipers Kristiansand
Andrea Pedersen (6 arrêts sur 27 tirs), Yurou Yang (0 arrêts sur 5 tirs)
Emilie Hegh Arntzen (2/7), Tonje Refsnes (2/3), Malin Aune (0/2), Vilde Jonassen (1/3), Silje Waade (2/7), Linn Jorum Sulland (2/5), Raghnild Dahl (4/7), Marta Tomac (1/7) Sunniva Naes Andersen (0/1), Heidi Loke (3/4)

 

Rédaction : Virginie Billa
Crédit photo : Matthieu Henkinet