Metz Handball – OGC Nice Côte d’Azur HB : Les dragonnes font le break !

L’occasion de prendre une longueur d’avance sur leurs poursuivantes brestoises [défaites 27 à 19 à Dijon] ne devait pas leur échapper. Impitoyables d’efficacité, les messines ont livré une copie quasi parfaite aux 1500 supporters venus les soutenir au complexe sportif Saint Symphorien.

 

Une première mi-temps « presque » équilibrée…

Dès les premières minutes de l’échauffement, on les sentait déterminées et prêtes à asseoir leur indéniable supériorité dans cette ligue Butagaz Energie 2019/2020. Mais contre toute attente c’est Nice qui va engager les hostilités et marquer le premier but de la soirée par l’intermédiaire de Jannela Blonbou. Mais moins de dix secondes plus tard, Orlane KANOR égalise tout en puissance ne laissant aucune chance à Marija Colic, la portière niçoise qui remplaçait ce soir Hatadou Sako, blessée. Marija Janjic redonne l’avantage aux rouges et noires, avant que l’insaisissable Louise Burgaard n’ouvre son compteur pour la soirée. Le match est lancé. Messines et niçoises se rendent coups pour coups. Il faudra attendre la huitième minute de jeu et un but absolument fantastique de Méline Nocandy pour que les dragonnes prennent les choses en main dans cette partie très agréable et très rythmée. Le public donne de la voix et l’ambiance est électrique. Alors que Manon Houette, un peu dans le dur ce soir, venait de louper son jet de sept mètres à la dixième minute, ce qui aurait pu la mettre en confiance pour la suite, Melissa Agathe, la numéro 8 niçoise écope de deux minutes d’exclusion temporaire. Laura Flippes en profite pour marquer son deuxième but de la soirée. A peine quelques minutes plus tard, Blonbou écope d’un carton jaune sur un mauvais geste, ce qui ne n’empêchera pas la niçoise de finir meilleure buteuse du match avec 9 réalisations. Peu en réussite lors du premier quart d’heure, Ivana Kapitanovic va commencer son show et dégoûter les attaquantes niçoises. Très agressives en défense, les rouges et noires vont rapidement lâcher prise et très logiquement, Marjan Kolev va demander un temps mort. De son côté Emmanuel Mayonnade va en profiter pour faire tourner l’effectif et faire entrer Olga Perederiy, MarieHelene Sajka, Jurswailly Luciano, Ilona Di Rocco, Marion Maubon et Grace Zaadi. C’est à ce moment que l’on prend conscience de la profondeur de banc sur lequel le staff messin peut compter. Olga Perederiy crucifie la gardienne niçoise par trois fois, tandis qu’Ivana Kapitanovic propulse Marion Maubon à deux reprises.

La mi-temps est sifflée sur le score de 16-13 pour les jaunes et bleues.

 

Le rouleau compresseur en deuxième mi-temps…

Au retour de la pause, Louise Burgaard et Laura Flippes enchaînent sur un rythme impressionnant alors que les niçoises semblent être restées aux vestiaires. Puis c’est au tour de la capitaine messine Grace Zaadi de se mettre entre évidence. Nice est débordé et multiplie passages en force et pertes de balles pour le plus grand bonheur du public messin. On est revenu depuis cinq minutes, et il y a déjà 21 – 14. La machine est en route, et elle ne s’arrêtera plus. Complètement éteintes et asphyxiées, les niçoises n’arrivent plus à contourner une défense messine totalement imperméable. Manu Mayonnade est serein et modifie son sept majeur en toute quiétude. La jeune Laura Portes va rentrer pour les dix dernières minutes du match. Le temps mort demandé par le staff niçois à cinq minutes du coup de sifflet final ne changera plus la donne. Maladroites et incapables de trouver l’ouverture face à une défense messine belliqueuse, les niçoises vont offrir à Metz une victoire très importante pour la suite du championnat.

Score final 31-24

INTRAITABLES !

 

La dragonne du match :

Difficile de faire ressortir une joueuse en particulier, tant le collectif est impressionnant et quelques soient les combinaisons, la machine messine est redoutable en défense comme en attaque. Avec ses 7 buts et 87% de réussite, Louise Burgaard a rendu une copie quasi parfaite et aura donné le tournis à la défense niçoise. Notons également la belle performance de Grace Zaadi (5/6) et bien sûr d’Ivana Kapitanovic avec un très convaincant 11 arrêts sur 28 tentatives.

 

Les statistiques de la partie :

Metz Handball :
Ivana Kapitanovic (11 arrêts sur 28 tirs), Laura Portes (0 arrêts sur 7 tirs), Grace Zaadi (5/6), Laura Flippes (4/7), Meline Nocandy (3/4), Manon Houette (0/1), Orlane Kanor (1/2), Ilona Di Rocco (1/1), Louise Burgaard (7/8), Marie-Helene Sajka (2/4), Marion Maubon (2/4), Jurswailly Luciano (2/6), Olga Perederiy (4/7).

 

OGC Nice Côte d’Azur HB :
Jovana Micevska (2 arrêts sur 9 tirs), Marija Colic (8 arrêts sur 32 tirs), Dienaba SY (1/3), Melissa Agathe (1/5), Marija Janjic (4/7), Marie Prouvensier (3/4), Jannela Blonbou (9/15), Marina David (0/1), Marie Fall (4/5), Lou Le Bechennec (2/3)

 

L’interview d’après match :

Le coup de cœur de la rédac’ ce soir est pour Marion Maubon qui s’est livrée à notre micro après la rencontre :

Let’s Go Metz : Marion, tout d’abord félicitations pour cette victoire ! L’équipe a réalisé un bon coup ce soir en profitant de la défaite de Brest à Dijon. C’était une de vos motivations avant le match ?

Marion Maubon : Non, honnêtement ce que fait Brest, qu’elles gagnent ou qu’elles perdent on s’en fout un peu. Nous tout ce qu’on veut c’est gagner tous les matchs, ce que font les autres équipes ce n’est pas vraiment notre problème. Elles auraient gagné contre Dijon, nous aurions joué de la même manière, avec la même envie. On veut gagner tout, tout le temps, et si possible bien jouer. Ce soir on voulait surtout bien défendre parce que samedi dernier on n’a pas été très bonnes dans ce secteur-là, prendre 24 buts ce soir, je pense qu’on pouvait en éviter encore quelques-uns mais dans l’ensemble on est contentes.

 

LGM : Vous avez marqué 31 buts ce soir face à la meilleure défense du championnat, quel était le plan face à cette équipe solide ?

MM : Tactiquement on avait surtout quelques schémas défensifs bien préparés, on savait qu’il y avait en face de très bonnes joueuses, et on voulait surtout bien défendre face à elles, même si en première mi-temps on n’a pas forcément réussi à faire ce qu’on voulait, mais en deuxième mi-temps c’était plus abouti. Après quelle que soit l’équipe en face, nous avons surtout à cœur de jouer notre jeu et l’adaptation se fait plutôt sur nos schémas défensifs par rapport à ce qu’on nous propose en face.

 

LGM : A titre personnel, 2 buts, la moitié du match joué, vous êtes revenue de blessure il y a quelques semaines, et on sent que vous avez repris un bon rythme depuis quelques matchs, les sensations sont bonnes ?

MM : Oui elles sont bonnes, même si une opération des cervicales ne s’oublie pas comme ça d’autant qu’au quotidien je fais du renforcement musculaire, et c’est quelque chose d’assez fatigant, ce sont des séances que je fais en plus du reste, donc la blessure est toujours présente dans mon quotidien, mais en revanche effectivement depuis la reprise je prends beaucoup de plaisir sur le terrain. Je me suis faite un peu peur cet été, maintenant l’important c’est à nouveau de me faire plaisir.

 

LGM : Observer de loin le début de saison et ne rejoindre vos coéquipières qu’en cours de route a dû être un exercice particulier ?

MM : Oui c’était dur, mais j’y étais préparée, je savais que ce serait compliqué d’être là pour le premier match, que j’allais en louper un ou deux, mais ça faisait partie du processus, il fallait que je prenne mon temps.

 

LGM : Le calendrier est très chargé ce mois-ci et vous enchaînez les matchs à enjeu (deux matchs contre Vipers Kristiansand, Nice, Brest en deux semaines), comment se porte l’équipe ?

MM : Cette semaine c’était un peu poussif à l’entraînement, et même ce soir, je pense qu’on doit pouvoir mieux jouer, encore plus ensemble, j’ai l’impression qu’on s’isole parfois un peu, mais voilà, c’était la première semaine où on repassait à un seul match, on avait pas mal enchaîné les semaines précédentes, inconsciemment on s’est sans doute un peu relâchées, mais je nous fais confiance, je sais que dès la semaine prochaine on va repartir plus fort !

 

Rédaction et interview : Gérald RUSSELLO
Crédit photo : Lucas DESLANGLES