Metz Handball – FTC Rail Cargo : Match nul dans la douleur !

Ce samedi 16 novembre, le Metz Handball accueillait la dernière rencontre de la phase préliminaire de la Ligue des Champions. Déjà qualifiées pour le tour principal et premières de leur groupe, les protégées d’Emmanuel Mayonnade avaient à cœur d’enfoncer le clou et de terminer avec 7 points au compteur face au FTC Rail Cargo Hungaria avant d’entamer le tour principal. Tout ne s’est pas passé comme prévu pour les jaunes et bleues…

 

Bien que certaines de finir cette phase de Champions League à la première place, les Messines sont animées par une soif de victoire insatiable. Véritable marque de fabrique de la maison Jaune et Bleue. Ainsi, que cela soit au niveau de l’équipe composée pour le match ou lors de l’entrée des joueuses sur le terrain pour l’échauffement, on ne perçoit aucun relâchement. Les visages sont fermés et la concentration palpable. Beaucoup des joueuses présentes aspirent à des échéances majeures en équipe nationale lors de la trêve qui débutera bientôt, pourtant dans les esprits seuls le match de ce soir importe afin de préserver l’invincibilité et continuer à faire tomber des records…
Du côté Hongrois, cette rencontre est plus anodine et le coach ne s’en cache pas : le FTC Rail Cargo est venu à Metz avec pour seule ambition de réaliser un bon match de handball. Pourtant, avec l’intensité que l’on connait à cette équipe, toutes les surprises sont possibles…

 

 

Première mi-temps :

Le premier sept aligné par Emmanuel Mayonnade se compose d’Ivana Kapitanovic, Grâce Zaadi la capitaine, Manon Houette, Marie-Hélène Sajka, Orlane Kanor, Astride N’Gouan et Jurswailly Luciano. A noter ce soir la présence dans le groupe des jeunes Julie Le Blevec et Sarah Bouktit.
C’est la hongroise Nadine Schatzl qui ouvre le score, et qui le double une minute plus tard. Le ton est rapidement donné côté Hongrois. Les Dragonnes peinent à poser leur jeu dans ce début de période. De son côté, le public messin lutte lui aussi et donne de la voix pour répondre à la centaine d’ultras venus de Budapest pour encourager le FTC. Ambiance des grands soirs aux arènes ce Samedi.
Pourtant sur le parquet, il faut attendre la 5ème minute de jeu pour voir Manon Houette débloquer le compteur des Dragonnes, qui démarrent ce match en grande difficulté. On sent assez tôt un plan de jeu qui vise à chercher Astride N’Gouan en jouant sur un mismatch au poste de pivot, mais aucune balle ne lui parvient convenablement. Le premier temps mort est rapidement posé et le coach Mayonnade bouscule son effectif pour changer la donne. Alors menées 1-6, les Messines s’appuient sur Olga Perederiy pour tenter de sonner la révolte et réduisent la marque avant qu’Orlane Kanor ne soit temporairement exclue. Réduites à 6, les Dragonnes réussissent pourtant à marquer à nouveau par l’intermédiaire de Méline Nocandy, mais ce soir la défense Hongroise est bien en place et les Messines manquent de précision dans le dernier geste. Heureusement, Manon Houette est en forme, à l’instar de Jurswailly Luciano.
Malgré un premier jet de 7 mètres loupé par Marie-Hélène Sajka, les Messines semblent recoller à 6-8. Mais Blanka Biro se dresse face à cette remontée et multiplie les arrêts de grande classe du côté de Budapest, et le score passe à 8-12 à 5 minutes de la mi-temps. Les approximations s’enchaînent, tout comme les décisions arbitrales qui font hurler les supporters jaunes et bleus. Le match est très musclé, et au jeu des mauvais gestes les hongroises sont également largement devant les messines. C’est la mi-temps et les visiteuses mènent 10-14, portées par une Nadine Schatzl infernale qui a déjà inscrit 5 buts.

 

 

 

Deuxième mi-temps :

Après avoir testé toutes les combinaisons possibles en première période, Emmanuel Mayonnade a décidé de démarrer la seconde période avec Marion Maubon, Méline Nocandy, Jurswailly Luciano, Louise Burgaard, Grâce Zaadi, Olga Perederiy et Ivana Kapitanovic. Les 4218 spectateurs présents font trembler les arènes mais ce début de seconde période ressemble beaucoup à la fin de la première. Bien que revenues sur le terrain avec de l’énergie, trop d’imprécisions, et une agressivité parfois mal contrôlée font que les Dragonnes sont clairement dominées aussi bien sur le plan tactique que physique. Les Hongroises quant à elles sont en pleine réussite et l’écart passe à + 5 au bout de la 10ème minute, 14-19.
Grâce Zaadi s’acharne pour prendre le match à son compte comme souvent dans les moments difficiles, avec un leadership et une attitude conquérante, mais les joueuses de Budapest ne lâchent absolument rien. Astride N’Gouan réduit l’écart à 18-21 au quart d’heure et Kapitanovic parvient à élever son niveau de jeu au moment opportun et effectue un arrêt décisif avant que N’Gouan réduise à nouveau l’écart à 19-21. + 2 pour les visiteuses, et il ne reste déjà plus que 10 minutes à jouer.
Il y a énormément d’électricité dans l’air et Astride N’Gouan se fait attraper par la brigade. 2 minutes d’exclusion sous les contestations du public. Mais les Messines ont du cœur et Grâce Zaadi, encore elle, propulse son jet de 7 mètres au fond des filets Hongrois. Plus qu’un but d’écart à 8 minutes du terme de la rencontre, et les bénévoles commencent à distribuer des défibrillateurs dans les gradins. Le suspense est insoutenable alors que les jaunes et bleues asphyxient enfin les Hongroises.
Manon Houette égalise mais les joueuses de Budapest sont décidément intraitables ce soir et reprennent l’avantage.21-22. Il reste 3 minutes. Louise Burgaard égalise à nouveau mais les Hongroises repassent encore devant. Le public se met debout pour accompagner les Dragonnes jusqu’au bout du suspense. Il ne reste qu’une minute à jouer quand les messines passent devant pour la première fois du match, nous sommes proches du hold up. Mais il semblait écrit que les deux équipes n’arriveraient pas à se départager. La dernière attaque Messine ne donne rien et lorsque l’arbitre siffle la fin du match, les hongroises laissent éclater leur joie, comme si elles venaient de remporter la victoire.

Score final 24-24. 

 

 

Les Messines qui terminent à la première place de leur groupe avec 10 points et un avantage de +6 pour le tour principal, auront couru après le score pendant tout le match à l’image de la rencontre contre Bourg de Péage 4 jours plus tôt, pour finalement revenir courageusement et prendre le point du match nul. Lors de la conférence de presse, Emmanuel Mayonnade préférait voir le verre à moitié plein et ne pas dramatiser sur cet enchaînement de matchs nuls malgré une certaine inconstance avouée, tout comme Laura Flippes qui appelait les observateurs à ne pas remettre en question tout ce qui avait été réalisé jusqu’à maintenant et de rappeler la belle qualification d’un groupe très soudé.

Mais à Metz, « un match nul est vécu comme un deuil » nous soufflait Méline Nocandy en zone mixte. Elle a bien voulu répondre à nos questions à l’issue du match. Retrouvez son interview ici.

 

La Dragonne du match :

Grâce Zaadi aura de nouveau montré l’exemple ce soir et ramené de la hargne et de la puissance dans le jeu des Dragonnes. Elle est montée au créneau quand il le fallait, sans prêter attention à la pluie de coups qui s’abattaient systématiquement à proximité de la zone Hongroise. Capable de faire monter son intensité de jeu dans les moments les plus importants, la demi-centre n’a pas été en reste lors d’une deuxième mi temps ou tout ne tenait qu’à un fil pour permettre aux siennes de faire la différence. Créditée de 6 buts en 9 tentatives, la capitaine Messine ne s’est pas contentée de scorer mais à également été à l’origine de presque tous les bons mouvements qui ont enclenché la remontée au score : elle est sans conteste notre Dragonne du match.

Il faudra toutefois se méfier car elle ne pourra pas toujours agir de la sorte et il est primordial de trouver des relais à cette envie débordante de victoire afin d’éviter des désillusions dans une compétitions où tous les matchs ne seront pas souvent à aussi faible enjeu que celui qui vient de se jouer sous nos yeux.

 

 

Les statistiques :

Metz Handball
Ivana Kapitanovic 9 arrêts sur 33 tirs
Grâce Zaadi 6/9; Manon Houette 3/6; Louise Burgaard 3/6; Méline Nocandy 3/4; Olga Perederiy 3/3; Laura Flippes 2/3; Jurswailly Luciano 2/2; Astrid N’Gouan 2/2; Orlane Kanor 0/4; Marie-Hélène Sajka 0/2; Marion Maubon 0/1

 

FTC Rail Cargo Hungaria
Blanka Biro 10 arrêts sur 34 tirs
Pasztor Noemi 2/2; Schatzl Nadine 7/8; Lukacs Victoria 5/8; Snelder Danick 1/1; Klujber Katrin 3/8; Hafra Noemi 5/11; Kovacsics Aniko 1/4

 

Rédaction : Gérald Russello
Crédit photo : Matthieu Henkinet