Metz Canonniers vs All Basket Lons-Le-Saunier : ils passent la sixième !

Les Canonniers Metz, forts de leur 5 victoires d’affilée, recevaient Samedi soir au palais des sports, l’Amicale Laïque Lédonienne Basket de Lons-Le-Saunier. Les Francs-Comtois dans le carré de tête des équipes à 7 victoires, à un seul petit point juste devant les grenats, étaient attendus de pied ferme en terre Messine.

Un match au sommet donc et un véritable test dans ce championnat de Nationale 2. Nous étions restés sur une note extrêmement positive à domicile avec la victoire lors du derby face à Joeuf aux Arènes de Metz, et la belle ambiance s’est poursuivie au palais des sports avec un public venu en nombre ainsi que la première sortie basket du groupe ultra « Génération Grenat », qui faisait ce soir des infidélités au FC Metz pour venir applaudir les Canonniers. Le projet soutenu par les joueurs Messins était simple : Gagner à domicile, pour continuer d’accrocher le wagon de tête du championnat. Et pourquoi pas continuer à rêver…

A l’approche du début de la rencontre quelques absences et blessures ont été constatées. Philippe Ory n’est pas présent et a laissé sa place sur le banc à Stéphane Frentzel, son assistant.
Henok Affa est bien présent dans la salle mais souffre d’une blessure au tendon d’achille. Parmi les joueurs en tenue de ville on retrouve également Mahamadou Doucouré et Mathieu Rigaux.

Le 5 majeur en ce début de partie:

Meneur – Damien Jean-Joseph
Arrière – Matthew Lee
Ailier – Patrice Mbianda
Ailier fort – Michel Nsimba
Pivot – David Sainsbury Garcia

 

1er quart temps :

Les Jurassiens entament fort le match avec 2 paniers à 3 points en moins d’une minute. La mire est clairement réglée ce soir pour les visiteurs qui mènent rapidement au score. Les joueurs de Sébastien Bozon sont fidèles à leur réputation et ne pardonnent pas le laxisme défensif de ce début de rencontre.
Le coach Messin prend rapidement son premier temps mort pour remettre les efforts des siens à la bonne place. Cela paie puisque les Grenats reprennent leur écart rapidement, aidés par deux floaters bien sentis de Damien Jean-Joseph coup sur coup. Le début de cette rencontre est plaisant, parfois spectaculaire et les deux équipes s’échangent coups pour coups. Les joueurs Francs-Comtois vont toutefois voir leur adresse faiblir alors que côté Messin l’entrée en jeu d’Etienne Ory vient donner un souffle supplémentaire lors de la deuxième partie de quart temps.
Les 2 équipes se séparent sur le score de 26-21 à la fin du 1er quart temps.

 

 

2ème quart temps :

A peine revenus sur le terrain une superbe combinaison entre David Sainsbury Garcia et Matthew Lee vient donner le ton de cette nouvelle période. Dès l’entame les Messins passent à + 7 avec une grosse maîtrise défensive et une certaine efficacité en attaque. 28-21 et le staff Lédonien demande un temps mort pour mettre en place des solutions face à des Grenats dont l’attitude conquérante est particulièrement remarquable ce soir. En effet à ce stade du match, il nous semble observer le jeu le plus abouti de la saison. Pour preuve, en 4 minutes le score passe à 34-27 pour les Messins. Une avance préservée que les visiteurs tentent de résorber par des paniers à 3 points dont ils ont la recette. La conséquence est immédiate et à 3 minutes de la mi-temps un sentiment de gâchis commence à nous envahir, l’avance Messine est réduite à deux points (36-34). Mais comme après tout élément perturbateur dans une belle histoire, un héros vient sauver la mise. Dans ce deuxième quart, il s’agit d’Etienne Ory qui obtient une faute antisportive avant d’inscrire un panier à trois point en toute fin de la possession suivante. Vingt secondes plus tard, il fait se lever la foule en inscrivant un nouveau panier à trois point, en forme de coup de massue, suite à un stop défensif collectif. Les Messins ont joué à se faire peur mais sont finalement très bien installés dans leur match : 48-38 à la mi-temps.

 

 

3ème quart temps :

De retour des vestiaires les Messins peinent à tenir leur avance. Les visiteurs reviennent à la charge, notamment grâce à une belle adresse de Matic et sont de nouveau à 4 points (55-51) des locaux au bout de 4 minutes. Cette fois c’est David Sainsbury Garcia qui redonne des couleurs au Canonniers avec son jeu polyvalent et sa vista. Le score passe à 58-51 puis à 60-51 après un magnifique mouvement conclu par Michel Nsimba. Les spectateurs donnent de la voix comme rarement, harangués par le speaker et poussés par Génération Grenat.
Le match tient clairement ses promesses et chaque action de jeu semble être celle qui va faire basculer la rencontre. On sent Matthew Lee monter en puissance au fil des minutes et le public lâche d’une seule voix un « oh ! » de surprise quand l’Américain envoie dans le décor trois joueurs Lédonniens d’une feinte de passe on ne peut plus « street » avant de finir avec un layup en finesse. Au delà de ces coups d’éclats on sent toute l’équipe concernée et concentrée face à des Francs-Comtois déterminés à ne pas repartir bredouilles.
Alors que le troisième quart temps se termine sur le score de 64-58, le suspense reste total et le +6 semble extrêmement fragile…

 

 

4ème quart temps :

« Ce n’est pas un concert de Chantal Goya ce soir ! », l’intéressée appréciera peut être, mais toujours est il que le speaker est inspiré et invite ainsi le public à soutenir les Canonniers pour ces 10 dernières minutes de jeu.
La tension commence à devenir palpable sur le parquet et les échanges se durcissent les arbitres semblent parfois dépassés, ce qui agace un public naturellement chauvin. Damien Jean Joseph reprend sa démonstration de mouvements offensifs avec un spin move du plus bel effet pour garder son équipe à flot. Au bout de quatre minutes l’écart est toujours de + 8 en faveur des Messins.
Les fautes et les imprécisions se multiplient de chaque côté et le spectacle baisse en qualité alors que l’intensité continue de monter. Il reste 4 minutes et Lons-Le-Saunier se rapproche dangereusement (71-67). Idéalement placé Patrice Mbianda assène un panier à 3 points qui pourrait s’avérer déterminant. Le public est debout et le staff visiteur demande un temps mort pour calmer le jeu à 76-67.
Suite à cela les Jurassiens, toujours aussi adroits à 3 points, réduisent la marque 76-70 pour rétablir un peu d’espoir, mais Damien Jean-Joseph redonne 2 points aux Canonniers dans la foulée. Matthew Lee, meilleur marqueur du match, parfait sa feuille de stat et enfonce le clou en dehors du cercle. 81-70. Dernier temps mort du match pour les visiteurs qui ne reviendront pas.
Score final 86-71.

 

 

Tous les joueurs ont joué un rôle primordial dans cette victoire Ô combien importante des Canonniers qui valident une 6ème réussite consécutive, qui plus est contre un cador du championnat. L’attitude et le jeu Messin semblent se parfaire de match en match, leur permettant ce soir et malgré les blessures d’envoyer un message à tous ceux qui ne le savaient pas encore : il faudra se méfier d’eux cette saison.

La prochaine rencontre sera un nouveau test majeur puisque les Canonniers se déplaceront à Saverne pour y défier le WOSB, actuel leader de la poule, le 7 Décembre. Après cela ils disputeront un match à domicile face à Cambrai le 14 Décembre.

 

La réaction du coach : Stéphane Frentzel

Alors que les joueurs célébraient la victoire avec leur public au centre du terrain, nous avons recueilli les premières réactions du tacticien Messin resté à l’écart du tumulte, suite à cette victoire à domicile.

LGM : Vous venez de battre avec la manière une des équipes les plus solides de la poule, quel est ton ressenti ?
SF : Tout d’abord une grande satisfaction, parce que nous avons abordé ce match diminués, sans Mathieu, sans Henok… Mais je pense que les joueurs ont répondu présents et ont fait le nécessaire.

LGM : Cette série de victoire est belle. Cela doit être satisfaisant quand on est sur le banc et que l’on obtient de tels résultats.
SF : Forcément, c’est satisfaisant. Cela fait six victoires d’affilées, l’équipe commence à s’assembler. Les joueurs sont vraiment méritants car ils font le nécessaire pour que l’équipe prenne forme.
Après, sur ce match on a vraiment voulu stopper le jeu des meneurs adverses en percussion, car ils distribuaient vraiment. Nos joueurs ont fait le nécessaire en appliquant les consignes et le résultat est là.

 

Des propos très orientés vers les efforts des joueurs pour celui qui, au delà du simple « remplacement » de Philippe Ory, a su manager son équipe avec brio face aux différentes offensives de Lons le Saunier. Alors que nous quittons le couloir du vestiaire, plusieurs joueurs et officiels viennent congratuler leur entraîneur et le créditer pour la victoire. Les ajustements tactiques, les rotations choisies, la gestion individuelle et l’efficacité post temps morts parlent d’eux mêmes ce soir : au delà de la victoire collective manifeste nous avons assisté à la réussite d’un coaching.

 

Rédaction : Gérald Russello et Matthieu Henkinet
Crédit photo : Matthieu Henkinet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *