Merci messins – L’humeur de Fox Mulder

– Le score… Metz :
– 3!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
– Strasbourg :
– 0!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
– Merci :
– De rien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C’est pour ce genre de matchs qu’on aime le football, pour ce genre de soirées qu’on aime notre club.

Et mon dieu qu’on l’a aimé ce mercredi soir…
Je crois bien avoir craqué sur le 2ème but, prenant tour à tour mes amis dans les bras.
Je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes.
Et puis pareil sur le 3ème.
Des larmes de joie bien évidemment, et de rage aussi.
Un peu.
Les mêmes que celles de Dugarry, du temps où le monde médiatique le prenait en grippe, et qu’il délivrait la France lors du premier match de la coupe du monde 1998 au Vélodrome face à l’Afrique du Sud.
Ce soir là, il marquait après avoir essuyé les pires vannes, les pires insultes même, et ce pendant des semaines et des mois.
Il le dit lui même dans « Les yeux dans les bleus », dans sa tête ça faisait « Je vous ai tous niqués… »


C’est un peu ça que le peuple grenat a ressenti hier soir.

Dans un contexte pareil, gagner contre le club le plus en vogue du moment, et de cette manière, c’est Noël avant l’heure.
Inutile de me sortir vos réflexions pragmatiques sur la situation comptable, ce n’est pas le sujet aujourd’hui, et ça ne le sera pas.
Plus important que de recoller au classement et ne pas être définitivement largués, il fallait redonner vie à notre bon vieux Saint Symphorien.
Il fallait redonner foi au public messin, fidèle parmi les fidèles, humilié depuis des mois dans sa cathédrale jadis imprenable.
Redonner de la fierté à ce maillot, moqué dans les journaux, les télés, les réseaux sociaux.
Vous autres journalistes, nous cassez bien les couilles depuis des semaines à nous marcher dessus sans vergogne, alors prenez-bien note de ce que vous avez vu.
Vous autres les community manager de Winamax et autres mange-merdes du genre, cette victoire on vous la dédicace.


C’est tout ce qu’on peut faire malheureusement, on n’est pas des violents à Metz.
Mais vous mériteriez quelques claques de temps en temps.
Ne parlons pas des choses qui fâchent, ça n’en vaut pas la peine.
Kiffons, simplement, savourons, et profitons de ces rares instants de bonheur que nous offre la vie de supporter du FC Metz.

Ce match les amis, il restera gravé dans les travées du stade.
Il y avait du « Metz 3-0 Nancy » dans ce « Metz 3-0 Strasbourg ».
Depuis combien de mois n’avions nous pas eu droit à une ambiance aussi électrique, aussi intense?
Au passage, je présente mes excuses à mes amis de la tribune Ouest (Si je te promets, j’en ai quelques un-e-s), mais depuis la Est basse, impossible de vous entendre, je ne peux malheureusement pas commenter votre boulot, mais visuellement en tout cas… ça semblait être la fiesta dès que la Gruppa a stoppé la grève pour accompagner la GG, et pis vous avez craqué du fumis, et ça… on aime!
Côté Est, les 600 Strasbourgeois du parcage n’ont jamais réussi à prendre le dessus sur nos valeureux hordistes.

Photo : Angelosalemi

Et je te parle même pas des quelques tarés d’alsaciens qui sont venus en Est basse en indep’.
Ma chère Horda que tu étais belle et sexy ce soir, que ta voix était douce et sensuelle.
Je n’ai pas vraiment vu ton tifo, je l’ai aperçu une fraction de seconde sur l’écran géant ça avait l’air bien dégueulasse, cela dit, y a eu de la pyro donc t’es pardonnée ma belle.
Et pis t’as chanté pendant 90mn, et t’as enflammé le stade plusieurs fois.
Enfin, toi…

A vrai dire, les vrais héros ce soir, ce sont les joueurs.
11 guerriers.
S’il est difficile d’écrire depuis des semaines les mêmes humeurs défaitistes, en visant chaque fois les mêmes défauts, les mêmes acteurs, il est presqu’aussi difficile d’écrire une humeur après un match plein comme celui que vous avez livré hier soir.
Tous sans exception.
Alors bien sûr, si je devais ressortir un nom, ce serait celui de notre petit rouquin préféré.
On t’a tellement détesté, moi le premier, quand tu te battais avec Francky aux entraînements l’an passé, ou quand tu n’étais pas foutu d’aligner 3 passes contre un pensionnaire de ligue 2.
Je te présente au nom de tous ceux qui se sentiront concernés, mes plus sincères excuses.
L’homme du match, c’est de nouveau toi mon petit Florent Mollet.
Et ça fait 3 fois de suite…
Alors continue, je t’en prie.
Et continuez tous d’ailleurs! Vous mordez dans le ballon, vous jouez comme si vous saviez enfin ce que c’est que de jouer avec le maillot du FC Metz.

Photo : @MetzTophe

Tout y était.
Le pressing haut, les récupérations hargneuses, les combinaisons délicieuses, et des buts venus d’ailleurs.
Un Selimovic qui apprend le métier de très belle manière, un Niakhaté toujours aussi bon, un Rivierez juste et conquérant, un Fallou efficace et précis…
Eiji Thomas Price a été grand lui aussi.
Notre Jason Statham Cohade a retrouvé son meilleur niveau.
Quant à la triplette Roux, Dossevi, Riviere… mamamia…
Alors pour cette humeur un peu particulière, je n’ai pas envie de faire de jeu de mots, de sortir d’insultes ou d’illustrer de gif et de montages gênants.
Non je vais simplement savourer.
Savourer et attendre avec impatience la reprise, pour voir jusqu’où vous pouvez nous emmener.
Mais surtout, sincèrement, pour ce derby facilement gagné, au nom de tous les supporters, vous remercier!

Fox Mulder

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *