Méline Nocandy : « On vient de faire égalité et c’est un deuil »

Après avoir couru après le score tout le match face au FTC Rail Cargo Hungaria, les Dragonnes du Metz Handball ont arraché un match nul à domicile pour le dernier match du premier tour de Ligue des Champions. A la sortie du terrain, Méline Nocandy a accepté de répondre à quelques unes de nos questions.

 

Ce match nul déçoit mais il n’a pas de forte incidence, comment vois tu la poursuite de cette Champions League ?
Il n’a pas d’incidence mais c’est tout de même un point de perdu. On pouvait avoir 7 points et on en a 6, pour moi ce n’est pas pareil. On reste premières du groupe ce qui est bien, maintenant ça sera un gros combat pour le deuxième tour. Il y a de grosses équipes qui vont venir à Metz et on va devoir les rencontrer également à l’extérieur. C’était très important je pense de gagner, je suis un peu déçue de cette égalité personnellement.

A titre personnel tu as marqué trois buts et tu fais partie des Messines ayant le plus scoré ce soir. Est ce que c’est leur défense très rugueuse qui vous a posé des problèmes ?
Je ne sais pas si c’est leur défense, je dirais surtout leur gardienne qui a fait beaucoup d’arrêts ce soir. Après, nous avons aussi su répondre présentes à la fin du match, peut être un peu trop tard. On a pris beaucoup de buts rapidement dans le match, c’est plutôt ça.
Après je ne sais pas vraiment ce qui a changé par rapport au match aller au niveau de leur défense mais je dirais plutôt que c’est leur gardienne qui nous a posé problème.

Malgré tout, avec 13 victoires,  3 matchs nuls et 1 défaite comment est ce que tu juges ce début de saison ? Certains annonçaient un effectif affaibli par les départs et les blessures mais c’est assez positif…
Oui c’est positif, après je pense que c’est plutôt la manière. On peut perdre des matchs, c’est le sport. Mais cela fait quelques fois ou soit on mène de beaucoup et on peine à gagner au final, soit on commence très mal et on finit à égalité. C’est « chelou » mais on peut mieux faire je pense.

Au delà de ça, nous arrivons à la trêve et tu as été sélectionnée avec l’Équipe de France pour ta première compétition importante, est ce que tu peux nous en parler ?
Sincèrement, je n’y pense pas trop car nous sommes encore à Metz Handball. Après, je sais que ça sera une expérience extraordinaire. Je ne sais pas si je serais dans les 16 ou dans les 18, peut être que je serais vingtième… Mais le simple fait d’y aller est une récompense de ce qui a pu se passer la saison passée pour moi je pense donc j’ai beaucoup d’excitation, pas encore de pression mais beaucoup d’excitation.

Tu le disais justement, nous sommes encore à Metz Handball et tu as récemment convenu d’y rester pour un peu plus longtemps puisque tu as prolongé ton contrat. Est ce que c’était important de rester avec ce club qui t’a mis sur le devant de la scène ?
Oui, c’est très important pour moi ! Surtout que c’est grâce à ce club que j’ai réussi à progresser et je pense que je n’ai pas fini de le faire. J’ai encore beaucoup de travail à fournir.
En y réfléchissant ce n’était pas convenable de partir maintenant. Je ne suis pas encore bien en Équipe de France, je n’ai fait que deux stages. Si je partais c’est comme si je me perdais je ne sais pas où et que tout était fini. Pour moi c’est important de rester à Metz, là on vient de faire égalité et c’est un deuil parce qu’on a pas gagné. Si on a perdu un point on a perdu tout court.

Est ce que ce n’est pas comme ça qu’on peut symboliser l’état d’esprit du club ? La victoire sinon rien.
Oui, voilà. Et surtout avec la manière !

 

Propos recueillis par : Matthieu Henkinet
Crédit photo : Matthieu Henkinet