L’humeur de Fox Mulder, Saison 2. Épisode 1

Hé salut ma couille!
Ça te dérange pas que je t’appelle ma couille?
Je me permets parce que d’après une étude IFOP INSEE LGM, 97% de mes lecteurs sont des hommes.
Blancs pour la plupart, hétéros cis-genre majoritairement, et bien sûr des bons gros beaufs, comme moi, donc comme on est entre nous… Le patriarcat vaincra ma couille!

Bon je t’avoue que j’ai ma petite idée pour attirer des lectrices à l’avenir, mais je t’en parlerai une autre fois, on va pas s’emmerder avec ces conneries ce soir qu’est-ce que t’en dis?

Tu m’as l’air de très bonne humeur mon pote!
C’est l’été, les vacances, le soleil, et la ligue 2…
Tu te souviens y a quelques mois tu chouinais « Oui le FC Metz fait l’ascenseur, on n’arrive pas à se maintenir en ligue 1, on va encore se taper des vieux Metz-Orléans devant 10 000 pèlerins, et pis la neige elle est trop molle, c’est trop dur! ».
Bin oui.
Absolument.
Mais c’est plutôt cool non?
La dernière fois que t’as vibré pour un match à Saint Symphorien c’était quoi… Y a 6/7/8/9 mois ?
Le match contre le grand racing club de Strasbourg Alsace football association sportive ?
Ça remonte maintenant… Mais ne t’en fais pas, c’est terminé tout ça, retour à la maison, retour là où nous sommes les kings.
Boum ! Mothafucka !

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois!

En parlant de roi, je suis bien obligé d’en parler, quelques heures avant le coup d’envoi nous perdions notre grand Matthieu Dossevi.
Certain(e)s le pleurent, encore en ce moment, à tel point qu’ils n’ont même pas eu le courage de regarder le match tellement les types étaient dégoutés.
On vous avait dit de ne pas vous attacher, vous le saviez pourtant…
Dossevi c’était un peu la meuf top canon que tu réussis à consoler après sa rupture, à faire rire, tu lui redonnes goût à la vie, elle te dit même qu’elle t’aime…
« T’es différent des autres mecs que j’ai eu avant ».
Ah ouais? Quoi, je suis moche, c’est ça?
« Mais non t’es gentil toi! Et pis tu penses pas qu’à me baiser… ».

Elle reprend confiance en elle, et toi… tu n’as de cesse de te dire « putain j’ai tellement de chance de l’avoir ».
Mais au fond de toi, tu sais bien qu’elle n’est pas faite pour toi. Quelque chose t’empêche d’être heureux.
Alors tu perds confiance, tu t’écroules comme Metz la saison dernière. Tu as presqu’aucun espoir de la garder, mais tu insistes. Tu vis dans le déni.
« Si chacun y met un peu du sien, ça peut fonctionner, nan? »
Nan…
Nan mon pote.
Arrive le moment où elle découvre [à nouveau] son potentiel, elle réalise qu’elle peut largement se trouver plus beau, plus riche, alors elle essaie de te faire comprendre qu’elle va partir.
Et toi, bin, tu refuses d’y croire. Tu trouves ça injuste.
Mais elle s’en va.
Maintenant à toi de voir si tu veux lui faire un mausolée dans le jardin…

Merci Matthieu.

Next!

 

Revenons un peu à la fête!

Après la victoire chez Miossec en début de semaine, les grenats 2.0 devaient séduire leur public. (Et si tu n’as pas la réf Miossec, je peux rien pour toi).
Pas évident d’ailleurs, beaucoup de supporters ont boudé les abonnements cette année et les places sèches hors de prix n’incitent vraiment pas à se déplacer, autant dire que la tâche était ardue.
Niveau tribune Est, tout était prévu pour qu’il y ait le moins d’ambiance possible. Des bâches avaient été déposées sur les places non réservées derrière le but par les « familles », des herses et des pièges à oiseaux disséminés un peu partout dans les travées, on n’avait pas lésiné sur les moyens du côté de la Serin factory pour empêcher l’historique groupe de supporters de regagner la place qui leur est due en Est basse.
Derrière mon écran, j’écoutais non sans un certain plaisir notre petit Jordan Abecassis interviewer Grayou avant que ce dernier ne donne le coup d’envoi fictif.

Tout semblait calme à Saint Symph, les messins dominaient sans être véritablement dangereux, ça chantonnait en Ouest, on était parti pour un petit 1-0 des familles sur un but de la tête de Niane en fin de match.

Soudain…19ème minute, une clameur venu d’ailleurs.

J’ai dû baisser le volume de la TV tant ce signal était puissant.
Je reconnais direct le son si frénétique de la horde orientale.

Je ne rêve pas.

Farid Boulaoune, lui-même interpellé par ce bruit assourdissant, va en profiter pour balancer une praline sur le pied de son vis à vis. Lucarne 1 -0
A partir de là, je ne me souviens plus trop, tout est très flou.
Je vois les joueurs messins tels des Harlem globe poppers, pénétrant sans relâche les anus béant des orléanais.
Et la Horda chante.
La défense Boye / Sunzu est [quasi] impérméable.
Le stade vibre.
Udol et Rivierez n’en finissent pas de monter, descendre, monter, descendre.
La Horda régale.
La triplette Fofana, Cohade, Gapka s’amuse au milieu.
Et le stade exulte.
Farid et Ibra s’enjaillent.
La Horda, elle, frénétise.

Habib Diallo claque un quadruplé.

5-1

Clap de fin.

J’ai pas envie d’en dire plus pour ce premier épisode de ma saison 2 (et oui déjà un an que j’écris des conneries sur mon club de cœur, merci à K et J de m’avoir accepté, moi, ma dépression, ma misogynie et mes blagues racistes dans ce magnifique projet Let’s Go Metz, et arrêtez de copier sur les socios putain c’est pas cool…).
On va se contenter de savourer et de focus sur quelques tweets et réactions qui font plaisir!
Je vous bise sur le cœur, le cul, et partout où ça vous chantera!
A très vite…
Fox Mulder 
PS: Nancy a encore perdu.

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *