Le débrief de Junior : Derby is coming !

 

Salut la compagnie,

Vous la sentez cette excitation et cette effervescence autour du plus grand derby de l’histoire de la Lorraine en ce dimanche froid et pluvieux ? Comment ça je suis trop sarcastique ? Bah les gars… Force est de constater que tout le monde ici attend ce match avec impatience, on a tous hâte de recevoir le 19ème de Domino’s Ligue 2 un mardi à 19h. C’est en tout cas ce que notre envoyé spécial Let’s Go Metz nous a montré en étant au cœur de l’action comme un brave toutou de BFM TV.

 

Je plaisante Symph’ t’es pas comme eux, dis rien au patron steuplai je tiens à mon job. Je touche la prime d’activité grâce à ça (eh merce Macron hein, allez on fait un dab M’sieur le président).

Mais bon je suis pas venu pour parler politique, ça n’a rien à faire dans le foot (clin d’œil appuyé).

On va causer de choses plus (ou moins) réjouissantes avec les 2 matchs de nos champions cette semaine.

MONACO 1-3 METZ :

La magie de la Coupe de France, ses ambiances champêtres, ses stades où ça sent bon la saucisse et la frite… Nos messins se déplaçaient mardi dernier sur le Rocher avec la ferme intention de ne pas dévoiler sa moule (oh c’est bon on est dimanche j’ai le droit de faire une vanne (pa)lourde).

Pour l’occasion, Vincent Oignon nous a concocté une compo aux petits… il a fait tourner quoi.

Mais ne vous leurrez pas, ce turnover n’est pas un aveu de faiblesse, au contraire.

Ce threesome incroyable Gaucho-Gakpac-PitiJallow en attaque a balayé Monaco comme un ouragan.

(Cette vanne est sponsorisée par les monte-escaliers Stannah)

Le FC Metz que un club va tout simplement réaliser une masterclass et installer la clim (déjà présente) à Louis II avec en chef de file Gaucho 1er, jeune roi des Hein. Partout où il enroule en lucarne la toile d’araignée ne repousse pas.

Le score sera même flatteur pour les adeptes du Daghe Monecul car Zlatan Ibrahima Niane se verra refuser un but valable.

Subasic les bras en croix après s’être pris des golazos venus d’ailleurs, comme un air de déjà-vu.

La République Messine a eu la tête du roi Henry déchu de sa nationalité et de ses fonctions monégasques.

En même temps difficile de réussir à l’AS Monaco dans ces conditions quand t’es un coach débutant, à part quand t’es un putain de GOAT.

On a donc poutré l’AS Monaco avec une équipe largement remaniée, au grand désarroi des fans du club de la Présipauté.

Allez, pour le plaisir je vous laisse une compilation des buts messins. A s’injecter sans modération en intraveineuse.

AJACCIO 0-0 METZ :

Passée l’euphorie de la doyenne des compétitions françaises, le pain quotidien reprend avec un déplacement en Corse chez les ajachiens de Kéké Lejeune et Jéjé Choplin.

Pour l’occasion, le patron de Let’s Go Metz m’a invité chez lui pour regarder la partizado et pour parler un peu business.

The Lord of the Hognon Rings avait remis l’équipe type pour affronter ces valeureux corses.

Dans ce match chiant et moribond, nos Grenats ne commettront pas la même erreur que face à Clermont et ne perdront pas, à défaut de ne pas gagner.

Stoppila Sunzu frappa pourtant la barre en 1ère mi-temps avec une force incroyable comme il l’a fait plus tôt dans la semaine dans son cher foyer.

Alexandre de Troie Oukidja, qui reprenait sa place dans la cage, nous sauvera même de l’ouverture du score corse grâce à une double parade face à Ghislain Gimbert le motard freluquet.

Plus rien de notable ne se passera dans ce match, comme dans la tête de Vincent Oignon, qui ne sortira de zonzon le seul Zlatan Ibrahima Niane en 2ème mi-temps. Paye ton coaching.

Fais rentrer Gaucho la putain de ta grand-mère !

(Henry s’est fait virer pour ça faut que je fasse gaffe.)

Une chose est sûre les amis, le derby aura une importance capitale. Metz doit gagner pour le classement et pour la fierté !

DERBY IS COMING !

Avant de conclure je voudrais vous parler du malheureux Emiliano Sala, disparu en mer. Un garçon qu’on ne présente plus comme dirait le regretté Dominique D’Onofrio. Ce genre de tragédies nous rappelle à quel point la vie ne tient qu’à un fil et qu’au final, on se met la rate au court-bouillon parfois pour rien.

Alors vivez, profitez, aimez-vous et ne vous prenez pas la tête pour des conneries.

Je vous quitte avec cet hommage magnifique signé Omar Da Fonseca.

Peace

Junior