Marie-Hélène Sajka : « Je suis une joueuse qui a énormément besoin de ses coéquipières. »

A l’issue d’un match où une fois n’est pas coutume, le piège des joueuses de Bourg de Péage s’est refermé sur les Dragonnes ce Mardi soir, Marie Hélène Sajka nous a accordé une interview durant laquelle nous évoquons le match nul, les difficultés rencontrées, ses ambitions cette saison et l’équipe de France.

 

Les Péageoises vous ont accroché dès la première mi temps avec une stratégie sans gardienne assez assumée et on a senti qu’il manquait un peu d’engagement de la part du Metz Handball pour réussir à faire la différence. Est ce que l’enchaînement des matchs n’a pas eu raison du tranchant Messin ?
Effectivement, elles ont eu beaucoup plus de temps que nous pour préparer ce match alors que de notre côté nous avons enchaîné. D’entrée elles ont su mettre en place une stratégie qui nous a mises en difficulté. Je pense effectivement qu’on a eu un manque d’engagement et pourtant ce n’est pas faute de nous l’être dit, on était hyper motivées avant le match. On essaie vraiment d’aborder chaque rencontre de la même façon, mais là on ne peut pas nier qu’elles en ont fait plus que nous et ce 7 contre 6 nous a mis en difficulté, leur défense étagée également… C’était compliqué.

 

On a eu le sentiment qu’en deuxième période vous avez vraiment eu besoin de vous serrer les coudes pour revenir dans le match, mais cela n’a pas suffi. Qu’est ce qui a manqué ?
On partait déjà avec un désavantage assez important à la mi temps mais je pense que l’on a montré un bon esprit d’équipe, on s’est aidé mutuellement mais nous avons eu beaucoup de difficulté à nous adapter à ce 7 contre 6. En première comme en deuxième mi temps nous avons rencontré les mêmes problèmes défensivement malgré un regain d’engagement. Je ne sais pas trop comment expliquer ça encore mais il y aura un gros travail à la vidéo pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé.

 

 

Au delà de tes cinq buts dans ce match, tu fais un excellent début de saison à Metz après avoir été prêtée à Toulon pendant un an est ce que c’était important pour toi de t’imposer dans ton club formateur ?
Oui, c’est très clair. Quand je suis partie j’étais au centre de formation, je reviens en tant que professionnelle et j’essaie de faire valoir ce statut dans l’équipe. Après, oui, je fais un bon début de saison mais c’est parce que les filles essaient de me mettre en situation le plus possible. Je suis une joueuse qui a énormément besoin de ses coéquipières… J’espère que cela va continuer, il nous reste un match très important en fin de semaine avant la trêve et j’espère que l’on va repartir de plus belle après cela.

 

A titre personnel cela doit être une saison assez importante pour toi, est ce que tu t’es fixé des objectifs individuels ?
Non, je n’ai pas d’objectif précis. On travaille énormément au quotidien et du coup j’ai des « micro objectifs » un peu tous les jours mais pas de grand objectif final si ce n’est de contribuer à réaliser une saison aussi belle que celle passée pour le club, cela serait incroyable et vivre un final four c’est un rêve pour moi.

 

Dernière question un petit peu polémique, on a pu voir que tu ne faisais pas partie de l’équipe de France retenue pour le mondial, malgré une récente convocation pour les qualifications à l’Euro. Quel est ton ressenti à ce sujet ?
Je pense que si je ne suis pas prise, c’est que je ne devais pas l’être. En équipe de France on sait que ce qui compte le plus c’est la défense et ici je ne défends pas, je suis poste 1. Je pense que cela explique ce choix mais cela me motive à travailler encore plus pendant cette période pour espérer être prise la prochaine fois.

 

Interview réalisée par : Matthieu Henkinet
Crédit photo : Matthieu Henkinet