L’humeur de Fox Mulder – C’est parti !

Le début de semaine n’est jamais une sinécure pour les ouvriers de la France qui se lève tôt.
Cette France qui oublie le temps d’un weekend que la vie n’est que marasme administratif et course effrénée contre la montre.
Alors quand ta collègue habituellement moqueuse te sort un délicieux « Et bin alors ils ont gagné !? » avec son air subtilement condescendant pendant que tu sirotes un café calcaire, c’est tout ton corps qui frétille, et ton âme qui jubile.

Les images te reviennent… La titularisation express du crack Didillon et la peur qui s’installe, Chris Magic Philipps titulaire indiscutable, Dossevi ballon d’or, Opa Croquinho désarticulé N’Guette… et pis Nolan.

Mon petit Nolan tout Roux qu’on a envie de lui faire des câlins. On t’a défendu bec et ongle avant le match, contre ces affreux parisiens de la presse spécialisée et leurs questions à peine vexantes, ou contre les tweets grassouillets de Jabba le forestier. Alors merci… merci à toi d’avoir répondu aux critiques de ces connards par une tête salvatrice qui a envoyé le cuir au fond du but angevin.

Oui Metz a gagné ce weekend. Et ça ne tient pas seulement du miracle.

On va pouvoir attendre la venue de Troyes sereinement, sans fanfaronner, et enfin espérer avancer dans le classement. Sortir de cette zone inconfortable car franchement on mérite tellement mieux.

Attention par contre à ne pas crier sauvetage trop vite…

Le sursis accordé à PH n’est que temporaire. Il faudra confirmer en fin de semaine, et continuer encore et encore.
Les lacunes sont encore visibles dans certains compartiments du jeu. La finition par exemple… les loupés d’Opa et Geronimo en face à face ont failli nous coûter 2 points. On doit pouvoir tuer le match bien avant, au lieu de ça on a serré les fesses jusqu’au bout et les sauvetages miraculeux de Balliu et Didillon.

Pourtant, il y a avait quelque chose de différent hier. Une réussite insolente qu’on n’a plus vue depuis longtemps. En temps normal, le scénario aurait été différent, avec les mêmes loupés mais avec une égalisation à la 96ème minute et une expulsion de Cohade ou Bisevac.
Là rien du tout. On a tenu bon tels des luxos face à l’EDF.
Même les commentaires ont été savoureux avec un Brahim Thiam intègre et objectif au point de recadrer lui aussi Jabba du CFC quelques heures avant le coup d’envoi. Y a du Balbir chez Brahim…

Et que dire de la réaction de Stéphane Moulin, l’entraîneur du SCO, qui redonne à Metz ses galons d’équipe de ligue 1 lors de la conférence de presse.

Tout ça cumulé fait qu’on se prêterait presqu’à y croire de nouveau.

Pour combien de temps… c’est toute la question.

Mais le fait est que la qualité de jeu est là, on le dit depuis le début de la saison malgré les défaites, cette équipe a les moyens de se sauver et de faire une remontada au classement.
Alors bien sûr on rêverait d’un coaching plus incisif, ne serait-ce que dans le discours. On sait très bien que le 4-2-3-1 de samedi prochain va nous donner des boutons, on aimerait que PH pose enfin ses couilles sur la table et nous monte une tactique de conquérant, avec une attaque de feu.

Mais on ne va pas faire les fines bouches…

Maintenant y a plus à se poser de questions, fini de se présenter en victime, les grenats vont/doivent prendre chaque match comme des guerriers. Comme des « matchs de coupe » (Coucou Margot Dumont). Exit les discours de looser de PH. On doit voir des guerriers sur le terrain.
On a l’effectif (Pour peu que les blessures et les suspensions nous épargnent), on a la qualité de jeu, tout le monde s’accorde à le dire. Y a plus qu’à…

Alors samedi, on donnera de la voix, à l’image des courageux supporters qui ont fait le déplacement à Angers. GG, Gruppa, Horda, tous unis pour la victoire.

Fox M.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *