BasketBall: Canonniers – DA Dijon 21

Il y a quelques semaines je vous avais déjà proposé un hors-série, lors d’un match de ligue des champions de handball mettant à l’honneur les Dragonnes de Metz. Cette fois je me rapproche des terres de football, puisque je me rends à Saint Symphorien… au complexe Saint Symphorien pour être précis, pour y voir évoluer un ballon orange entre les mains des Canonniers de l’entente Metz – Sainte Marie face au DA Dijon 21. Les deux clubs évoluent en Nationale 2 et lors de l’affrontement précédent, en Novembre, ce sont les Messins qui avaient emporté la victoire.

Nous espérons donc assister à une rencontre similaire ce soir, d’autant plus qu’une nouvelle réussite pourrait garantir le maintien aux hommes de Philippe Ory au terme d’une saison en demi-teinte. En effet, malgré de belles ambitions et la présence de joueurs de qualité dans l’effectif, l’Union Sainte Marie – Metz s’est heurtée à la réalité du championnat de N2 : quelques blessures pour des joueurs importants et des matchs clés perdus sur le fil et les voici à la 10ème place de la poule D à 5 matchs de la clôture des débats.

 

Alors que mes collègues et moi même prenons place dans les gradins, on me fait remarquer que malgré le tarif attractif (6€, gratuit pour les mineurs), les rangs sont clairsemés. Alors certes, à cette heure c’est plutôt à la buvette que l’on retrouve le plus de monde, mais nous sommes effectivement loin de l’affluence que pourrait espérer le club de basket le plus important de la ville, pour un match clé.

Du côté du parquet les joueurs sont déjà occupés à s’échauffer, les shoots réussis se suivent pour certains, tandis que d’autres privilégient la course. Dans un coin du terrain la mascotte, Dunky une sorte de kangourou ayant abusé de certaines vitamines, commence son spectacle en mobilisant les enfants de l’école de Cuvry et du club d’Augny venus soutenir les joueurs.

L’heure du match approche et la corne de brume résonne dans l’enceinte. Tous les joueurs rejoignent le terrain avant de débuter le cérémonial de l’entrée des équipes. Dans les travées les conversations tournent beaucoup autour du fait qu’il s’agit de l’avant dernier match à domicile avant la fin de la saison et qu’il faut absolument assurer la victoire pour le maintien. Ces données, les Canonniers les ont bien intégrées puisque le match débute sur un solide 6-0.

Du côté Dijonnais, la stratégie défensive tourne dès l’entame du match autour de la prise à deux. Les forces vives des Canonniers ont été identifiées et elles reçoivent systématiquement une double ration de défenseur adverse. Cela paie assez vite, puisque les rouge et blanc sont ralentis dans leurs phases offensives et parviennent moins facilement à engranger des points. Le score se resserre et à quelques secondes de la fin l’écart au score n’est plus que de trois points. C’était sans compter sur L’Hassane Niangane qui plante justement un tir à… 3 points, pour conserver l’avance.

Fin du premier quart temps: Canonniers 20 – Dijon 16

 

Un regard du côté des tribunes me permet de constater avec plaisir que beaucoup de sièges ont finalement trouvé preneurs, l’ambiance monte d’ailleurs d’un cran grâce un petit ensemble de supporters, munis de tambours et de cordes vocales dissonantes, qui ne manquent pas de mettre la pression à l’adversaire et de saluer les belles initiatives des locaux.

Sur le terrain, à la mène, Damien Jean-Joseph demande régulièrement la mise en place de schémas ou des écrans mais en ce début de deuxième quart temps, il motive également les troupes avec un « Allez les gars ! » qui se fait bien entendre. Et cela fonctionne puisque peu de temps plus tard, un de ses coéquipiers plante un nouveau tir à trois points pour creuser l’écart à 10 points.

Malgré tout, les Dijonnais se montrent eux aussi adroits et profitent de quelques moments de faiblesse de la « second unit » messine pour remonter au score. Cyril Dacourt donne de sa personne et rentre un panier au contact pour terminer la mi temps sur une bonne note.

Fin du second quart temps: Canonniers 43 – Dijon 34

 

Pendant la mi temps, le terrain est envahi par tous les enfants présents dans la salle, qui en profitent pour s’essayer au tir et se défouler avant la seconde partie de la rencontre. Dunky ne manque pas de réaliser quelques cascades au passage et il est bien difficile pour le speaker de ramener tout ce beau monde vers les sièges pour la reprise du match.

Au retour des vestiaires les joueurs de l’Union se montrent solides en défense et efficaces en attaque, ce qui force le coach de Dijon à prendre un temps mort très tôt pour essayer de regonfler son équipe et la garder à flot. Le discours fonctionne peut être trop bien, puisque deux actions plus tard, un joueur Bourguignon commet une faute flagrante et offre ainsi deux lancers francs.

L’errance continue et les locaux en profitent pour creuser l’écart, jusqu’au score de 55 à 36. Pourtant la machine des Canonniers semble caler et l’équipe reste deux minutes sans marquer le moindre point, entre maladresses et pertes de balle…Kevin Kaly finit par casser la série en scorant après un rebond offensif.

Fin du troisième quart temps: Canonniers 70 – Dijon 44

 

Alors que le match approche de la fin, les Dijonnais semblent lâcher du terrain mentalement, ils commettent plus de fautes et laissent les Canonniers asseoir leur domination sur le match via plusieurs contre attaques et même un dunk. Malgré quelques joueurs à 3 ou 4 fautes, les locaux n’ont plus rien à craindre et il ne reste plus qu’à faire tourner l’effectif jusqu’au dernier coup de sifflet.

Score final: Canonniers 87 – Dijon 66

 

L’Union Metz – Sainte Marie a fait le travail ce soir, en signant une victoire primordiale. C’est tout sourires que les membres de l’équipe font le tour du terrain pour saluer leurs soutiens. Cependant l’assurance du maintien devra attendre, puisque les résultats sur d’autres terrains repoussent la certitude mathématique. Mais après ce match, il semble évident que les joueurs ont la détermination nécessaire pour porter leur club jusqu’à l’objectif fixé.

 

Article et photos: Matthieu Henkinet